mercredi 31 janvier 2007

pour lutter contre la misanthropie atrabilaire

Seigneur, réconcilie-moi avec moi-même
Comment pourrai-je rencontrer et aimer les autres
Si je ne me rencontre et ne m'aime plus?

           Seigneur, Toi qui m'aimes, tel que je suis
  
        et non tel que je me rêve, 
           aide-moi à accepter ma condition d' homme 
           limité, mais appelé à se dépasser.

Apprends-moi à vivre avec mes ombres et mes lumières
mes douceurs et mes colères, mes rires et mes larmes
mon passé et mon présent.

           Donne-moi de m'accueillir comme tu m'accueilles 
           de m'aimer comme tu m'aimes. 
           Délivre-moi de la perfection que je veux me donner 
           Amène-moi à la sainteté que tu veux m'accorder.

Epargne-moi les remords de Judas
rentrant en lui-même pour n'en plus sortir,
épouvanté et désespéré devant son péché.

           Accorde-moi le repentir de Pierre 
           rencontrant le silence de ton regard 
           plein de tendresse et de pitié.

Et si je dois pleurer
que ce ne soit pas sur moi-même
mais sur ton amour offensé.

           Donne-moi le courage de sortir de moi-même 
           Dis-moi que tout est possible à celui qui croit 
           Dis-moi que je peux encore guérir, 
           dans le lumière de ton regard et de ta parole.

MICHEL HUBAUT

mardi 23 janvier 2007

qui sont les prêtres?

"A trop vouloir répondre à la question: "qu'est-ce qu'un prêtre?" sans se demander qui sont les prêtres, on risque de tomber dans le piège des synthèses abstraites et de gommer ce qui fait du prêtre "le serviteur de l'inquiétude et l'homme du paradoxe", comme le désignait si bien Jean Sulivan, en tant qu'il se tient " à la jonction de l'Evangile, de l'Eglise et du monde". Et il ajoutait: "...Il importe qu'il fasse passer l'épée du paradoxe au juste point et qu'il ne soit pas haï, autant qu'il est possible, pour des raisons étrangères à sa mission."(1) Ce "juste point" ne se situe pas dans le champ théorique des définitions et des rôles. C'est le lieu où se joue la vérité de la vie spirituelle du prêtre, l'instance la plus intime où "il respire ce qu'il est par son ordination et ce qu'il fait dans sa fonction."(2) C'est de ce lieu d'infinie solitude, de ce "point de très profonde joie qui [le] constitue dans [son] devenir"(3) que peut se donner à entendre la vérité de l'être prêtre, le secret de la vie des prêtres, jusque dans leur lassitude et leur tristesse, et, pour certains, leurs abandons et leurs naufrages.
 
Les prêtres dont les prétentions apostoliques sont aussi dérisoires que le christianisme chevaleresque de Don Quichotte rendent manifeste la distance absolue qui sépare Dieu et l'homme, le Christ et l'Eglise. Si ridicules soient-elles aux yeux du monde, loin de les humilier, leurs actions glorifient encore la folie de l'amour de Dieu. C'est dire que le trésor que prêtres portent ne se confondra jamais avec le vase d'argile qu'ils sont, cette poterie sans valeur dont parle saint Paul (2co4,7) qui seule cependant donne forme sacramentelle au don de Dieu."
 
Robert Scholtus, petit christianisme de Tradition, Bayard 2006 "A propos des prêtres", p. 73...77
 
faute d'être toujours un fan des figures sacerdotales médiatiques, je me demande si le meilleur hommage à l'Abbé Pierre (et à d'autres encore) n'est pas de le comprendre, de le lire avec ces lignes. Ici se laisse deviner la folie de l'amour de Dieu qui le mettait en mouvement, à hauteur de regard, et l'humanité de celui qui ne pouvait en être qu'un témoin fragile.
________________
(1) Dieu au delà de Dieu, Gallimard, 1968, p. 190 et 214-215
(2) et (3) Jean Schontz, "les dimensions de la vie spirituelle du prêtre", Prêtres diocésains, janvier 1998 p. 11

lundi 22 janvier 2007

quand le visage surgit

"Visage,
déjà langage avant les mots,
langage originel du visage humain
dépouillé de la contenance
qu'il se donne
- ou qu'il supporte -
sous les noms propres, les titres
et les genres du monde.
 
Langage originel,
déjà demande,
déjà comme telle précisément, misère, pour l'en soi de l'être
déjà mendicité,
mais déjà aussi impératif
qui du mortel, qui du prochain me fait répondre,
malgré ma propre mort,
message difficile de la sainteté, du sacrifice ;
origine de la valeur et du bien,
idée de l'ordre humain dans l'ordre donné à l'humain.
 
Langage de l'inaudible,
langage de l'inouï ,
langage du non-dit.
 
Ecriture !"
 
Emmanuel Levinas, Totalité et Infini, essai sur l'extériorité,
Le livre de poche, page III
 
Que le Seigneur fasse resplendir sur nous son visage
et nous accorde sa grâce.
 
Liturgie des heures, Bénédiction de l'Office des Complies du lundi soir.  

mercredi 17 janvier 2007

qui l'eût cru?

"La grâce, par son éternelle nouveauté, a pour propriété de me faire sortir de la répétition, et de m'empêcher de clôturer une fois pour toutes mes visions actuelles de Dieu, du Christ et de l'homme. Elle est brèche. Elle est don et invention de sens, ou mieux encore elle me donne d'inventer le sens de ma vie, en buvant sans cesse à la source du Verbe fait chair. (...)
Le propre de Dieu ne serait-il pas de se dévoiler, non pas comme solution de nos problèmes et de nos interrogations, mais comme Celui dont les réponses ne clôturent jamais un questionnement libérateur? Et le questionnement, n'est-ce pas précisément ce qui alimente toute invention de sens?" (Xavier Thévenot, J'avance en eau profonde, DDB, p. 40)
 
En ce début d'année, je suis frappé par l'audace de cette grâce qui est venue me chercher là où je ne l'attendais plus, là où mes certitudes et mes peurs avaient tout bétonné. Au travers de paroles, de personnes, de lectures, je me retrouve convoqué pour avancer, pour me remettre en marche et "accorder ma vie à l'appel que j'ai reçu", parvenir "tous ensemble ... à l'état d'adultes, à la taille du Christ dans la plénitude"(Eph 4).
 
Chacun devient signe pour aller puiser à la source d'une espérance aussi fragile qu'irraisonnable face à la mort ou la maladie, foi dans une promesse que l'homme est capax dei, par grâce.

jeudi 11 janvier 2007

Décalogue de la sérénité de Jean XXIII

Rien qu'aujourd’'hui,
J'’essaierai de vivre
Exclusivement la journée
sans tenter de résoudre
Le problème de toute ma vie.
 
Rien qu’'aujourd’hui,
Je porterai mon plus grand soin
A mon apparence courtoise
Et à mes manières:
Je ne critiquerai personne
Et ne prétendrai redresser ou discipliner
Personne si ce n'’est moi-même
 
Rien qu'’aujourd'’hui,
Je serai heureux
Dans la certitude d’avoir été créé
Pour le bonheur,
Non seulement dans l’'autre monde,
Mais également dans celui-ci.
 
Rien qu'’aujourd'’hui,
Je m’'adapterai aux circonstances
Sans prétendre que celles-ci
Se plient à mes désirs
 
Rien qu’'aujourd’'hui,
Je consacrerai dix minutes
A la bonne lecture
En me souvenant que,
Comme la nourriture est nécessaire
A la vie du corps,
La bonne lecture est nécessaire
A la vie de l’âme.
 
Rien qu'’aujourd'’hui,
Je ferai une bonne action
Et n'’en parlerai à personne.
 
Rien qu'’aujourd'’hui,
Je ferai au moins une chose
Que je n'’ai pas envie de faire
Et si j’étais offensé,
J’'essaierai que personne ne le sache
 
Rien qu’'aujourd’'hui, J’'établirai un programme
Détaillé de ma journée.
Je ne m’'en acquitterai peut-être pas
Mais je le rédigerai.
Et me garderai de deux calamités :
La hâte et l’'indécision.
 
Rien qu’'aujourd’'hui,
Je croirai fermement
- même si les circonstances prouvent le contraire -
Que la Providence de Dieu
S’'occupe de moi comme si rien d’autre
N'’existait au monde.
 
Rien qu'’aujourd'’hui,
Je ne craindrai pas
Et tout spécialement,
Je n’'aurai pas peur
D’'apprécier ce qui est beau
Et de croire en la bonté.
 
Je suis en mesure
De faire le bien pendant douze heures,
Ce qui ne saurait pas
Me décourager,
Comme si je pensais que je devais
Le faire toute ma vie durant.

mercredi 10 janvier 2007

de la forme et du fond, le rappeur pose la question

"Il faut faire attention lorsqu'on utilise les mots
le verbe du peuple ou le parler de la rue
Parce que du beau peut jaillir la laideur absolue (...)
Et puis le talent, l'aspect novateur d'un style ça veut dire quoi?
Si ça ne fait pas aller vers l'autre?
Si ça ne nous fait pas aimer l'autre? (...)
Mais voilà l'art véritable oblige à être responsable (...)
Ça parle aux gens, ça parle des gens
Alors on n'a pas le droit de jouer un personnage
Question de principe, on doit jamais oublier d'où l'on vient
Question poétique, l'art ne doit jamais être mesquin (...)
Et ça, ça nous concerne tous
Qu'on parle mosquée, synagogue ou église
Qu'on soit croyant ou spirituellement sans domicile fixe.
Faire l'artiste jusqu'à que je sorte de ma nuit
Parce que moi je sais qu'en vrai je suis tout petit"
Abd Al Malik - Céline - album Gibraltar (2006)
 
Le rap n'est pas ma musique... sans doute pas la même clé à mettre sur la portée. C'est d'autant plus émouvant d'y être touché, par de bons sentiments certes, mais bien racontés!