Aller à la recherche

décembre 2007

mercredi 5 décembre 2007 10:55

écheveau

"un jour, tu seras." C'est cette promesse glanée dans un regard d'adulte qui a constitué mon trésor. L'éducation n'est qu'un tissage de regards C. Singer, derniers fragments d'un long voyage,Albin Michel p. 86...

Lire la suite

du lest dans les talons

 La première des valeurs que recommande Calvino aux écrivains du prochain millénaire n'est autre que la légèreté. Une légèreté qu'il se garde bien de confondre avec l'inconsistant, l'aléatoire, le flou. Il la rapporte au contraire à la précision du style et à la détermination de l'écriture. Et Calvino de citer Paul Valéry : "il faut être léger comme l'oiseau, non comme la plume." Une autre citation, du peu recommandable Matzneff, ne m'a jamais quitté depuis plus de vingt ans : "Le contraire de la grâce, ce n'est pas le péché, c'est le cul-de-plomb." Robert Scholtus, Petit Christianisme d'insolence, souplesse du corps, Bayard p. 43....

Lire la suite

jeudi 6 décembre 2007 09:42

précis de terminologie ingénue

Les après midis récréatives dominicales sont une respiration heureuse, poumon nécessaire pour ne rien faire, ou faire autre chose, autrement. A chacun ses plaisirs, pour jouir de la vie. s'envoyer en l'air à deux, ou tenir la chandelle déjeuner avec une femme rencontrée sur Internet, (pour un temps d'immense joie, le week-end dernier à Paris. La profondeur et la douceur ne sont pas que sur le clavier, il y a des gens qui vous rendent intelligents, sensibles.) traîner dans le vieux quartier des pots de vin honni soit qui mal y pense. (ou quiconque ne sachant télécharger les illustrations) ce sera ma contribution au mail toutes boîtes des annonces paroissiales candides. Ce n'est pas parce que...

Lire la suite

vendredi 7 décembre 2007 06:22

éclats de vie évangélique

Il ne faudrait pas faire de promesses, aux autres ou à soi, c'est souvent trop difficile à tenir. Promesses de prière (ça tient AL?), promesses de disponibilité, d'écriture, de courriers (arg)... Comme un imbécile, il y a quelques temps, j'en avais fait deux : venir dans la montagne des petites soeurs de l'Agneau pour retrouver cette amie qui y fait ses premiers pas, et essayer de raconter cette rencontre. J'ai tenu la première, la deuxième résiste depuis plus d'un mois, parce qu'une fois rentré, les mots ne coulent pas de source, les phrases rechignent à circonscrire une telle expérience sans trahir ni ceux qui la vivent, ni celui qui la voit. Après avoir erré dans maintes amorces stériles,...

Lire la suite

lundi 10 décembre 2007 12:23

contemplatif(s)

ils ont les pieds posés juste sur le bordsur le bord de l'image,les deux contemplatifstirent leur substance de l'air et de la lumière, simplement. l'un regarde le monde,l'autre le voit passer ;l'un et l'autre le font, sans appareil, truc, objet, simplement enracinés. Le passant les surprend, interloquéet immortalise d'un déclic ce qui déjà est éternité. Et de retour dans un monde de béton, qu'il transforme de son regardqu'il illumine de ses ampoulesil rêve à nouveau, cherchant l'éternité d'une humanité qu'un vieuxet un jeunelui ont dévoilée. et si les racines puisaient dans ces commentairesdans cette écriture collective qui, d'un événement photographié, fait un événement poétiqueun peu de...

Lire la suite

David lundi 10 décembre 2007, 12:23 les mots pour le dire 2 commentaires

mercredi 12 décembre 2007 11:37

sous les paupières, lourdes

point d'abus d'homilétique, parénétique, théologie de la périchorèse, exégèse narrative, commentaires allégoriques néo-testamentaires dans ce blog, mais il arrive que certaines paroles, inattendues, me percutent... le mercredi matin, cette phrase résonne dans le silence: Voici le Seigneur Dieu qui vient avec puissance; il vient illuminer notre regard. antienne de la communion des mercredis de l'Avent. si vous n'avez pas compris les premiers mots, si vous ne parlez pas à des inconnus du "mystère de la Croix transfigurée par la résurrection", c'est signe que, même la tête au ciel, vous avez encore les pieds sur terre et que le charabia ecclésial n'a pas encore définitivement colonisé...

Lire la suite

David mercredi 12 décembre 2007, 11:37 les mots d'un autre 4 commentaires

jeudi 13 décembre 2007 08:02

Makine

Certains auteurs vous attirent comme une lampe les papillons, sûrs de trouver une écriture, un récit, un livre qui les captivera, illuminera pour un instant. Depuis la musique d'une vie, Andrei Makine fait partie de ceux-ci, et une fois par an, je le retrouve le temps de quelques pages. Cette année, je me suis plongé dans L'amour humain; une rencontre en pleine Afrique d'instructeurs soviétiques et d'un militant communiste angolais, homme à l'histoire chahutée, aux idéaux brûlants, aux convictions émouvantes... Comme à chaque fois, Makine tisse les histoires dans la grande Histoire. Idéologie, espérance dans les étoiles, douceur d'un creux de bras, violence de la mort, cynisme de ceux qui...

Lire la suite

David jeudi 13 décembre 2007, 08:02 les mots pour le dire 4 commentaires

mercredi 19 décembre 2007 10:11

Viens, ô toi, l'au-delà de la nuit

Viens, ô toi, l'au-delà de la nuit, nous rejoindre dans l'obscurité drue de nos vies. Saisis-nous de ta main forte et secourableet entraîne-nous sur l'escarpé sentierdes veilleurs et des guetteurs d'aube.Mets-nous en marche vers le grand solstice intérieur, viens signer la levée d'écrou de nos âmes... Regarde-nous, ô toi, l'au-delà de la nuit, avec douceur et compassion: nous sommes des enfants de l'ombre, des filles et des fils du clair-obscur. La pauvre flammèche de notre foivacille sous les vents âpres de l'hiver. Nous sommes, tu le sais bien, des mal-croyants, des mécréants, des croyants intermittents, grelottant sous les oripeaux de leurs doutes. Viens, ô toi, l'au-delà de la nuit,...

Lire la suite

David mercredi 19 décembre 2007, 10:11 les mots d'un autre 4 commentaires

samedi 22 décembre 2007 06:15

échiné, éreinté, exténué, flapi, fourbu, halbrené (vx), harassé, las, moulu, recru, rendu, rompu, roué; et (fam.) claqué, crevé, esquinté, pompé, vanné, vaseux, vidé.

Grâce aux joies de la fatigue exponentielle, aux quelques heures de sommeil non réparatrices, à la multiplicité des célébrations de Noël, anticipées, et aux conséquences des atermoiements dans la rédaction des cartes de voeux, il y a eu peu de billets ces derniers jours, révélant par l'écrit une fadeur lancinante qui n'est pas sans rappeler quelque légume que nous avions en salade ce midi, et dont je ne suis pas friand. " L'endive en tant que vivante apologie herbacée de la fadeur est l'ennemie de l'homme qu'elle maintient au rang du quelconque , avec des frénésies mitigées, des rêves éteints sitôt rêvés et même des pinces à vélo. L'homme qui s'adonne à l'endive est aisément...

Lire la suite

David samedi 22 décembre 2007, 06:15 franchement, parfois on se demande 3 commentaires

jeudi 27 décembre 2007 11:10

une mesure sans mesure

A la mesure sans mesureDe ton immensité,Tu nous manques, Seigneur.Dans le tréfonds de notre coeurTa place reste marquéeComme un grand vide, une blessure. A l'infini de ta présenceLe monde est allusion,Car tes mains l'ont formé.Mais il gémit, en exilé,Et crie sa désolationDe n'éprouver que ton silence. Dans le tourment de ton absence,C'est toi déjà, Seigneur,Qui nous as rencontrés.Tu n'es jamais un étranger,Mais l'hôte plus intérieurQui se révèle en transparence. Cachés au creux de ton mystère,Nous te reconnaissonsSans jamais te saisir.Le pauvre seul peut t'accueillir,D'un coeur brûlé d'attention,Les yeux tournés vers ta lumière. (c) CFC...

Lire la suite

David jeudi 27 décembre 2007, 11:10 les mots d'un autre 3 commentaires

dimanche 30 décembre 2007 10:04

relire, relier, nommer, remercier, souhaiter...

à ces proches qui passent ici de temps à autres, je me dois de glisser un petit mot, un clin d'oeil sur écran, pour m'avoir laissé vous adresser ces textes, adresse sans destinataire précis, mais écriture qui n'était plus solipsiste. Qui l'eût cru? Il y a les amis qui me connaissaient avant, les butineurs qui sont passés par hasard, les amis de blogs de prêtres, les pas d'accord qui viennent voir, les commentés commentateurs, mais tous éveillent leur regard, et le mien. Vous m'avez donné l'audace de l'écrire, et fait surgir un inattendu. merci (on le lit mieux dans la page blog)...

Lire la suite

David dimanche 30 décembre 2007, 10:04 les mots pour le dire 9 commentaires
Page top