Aller à la recherche

octobre 2008

jeudi 9 octobre 2008 03:32

A perte d'être

N'alliez vous pas vous desséchantDans vos lois de chair et de sang, A perte d'être? Hébergez-le, vous renaîtrez, Car Dieu travaille au plus secret: Sa lumière luit aux ténèbres. Patrice de La Tour du Pin...

Lire la suite

dimanche 12 octobre 2008 01:44

éloge de la légèreté

en ce matin, qui succède péniblement à un repas opulent, qui célébrait un baptême d'eau et d'Esprit par le vin... l'élocution est hasardeuse, la vélocité papillotante,même l'homélie suit un cours désordonné... ah! les affres des courtes nuits font ressurgir subrepticement un mot qu'il faut honnir... le dictionnaire est souvent un précieux recours, qui nous donne de multiples variantesalors qu'intuitivement, on ne devinaitque trop peu d'aspects d'un mot, une idée... lourd : accablant, alourdissant, appesanti, âpre, balourd, beaucoup, béotien, bête, bouché, bourgeois, bovin, brut, chargé, compact, confus, considérable, corpulent, court, crasse, dense, difficile, douloureux, dur, écrasant,...

Lire la suite

jeudi 16 octobre 2008 10:28

des étoiles dans les yeux

Tout fout l'camp, mon bon monsieur, tout fout l'camp: France Inter ne diffuse plus la météo marine, Joël Collado résiste encore, certes, mais Jean Pierre Gaillard a disparu. Bon! restons calme! Sa confiance imperturbable dans les bonnes nouvelles de la bourse s'est réincarnée dans toute la société: un optimisme béat  semble prendre les commentateurs au moindre frémissement positif du cours du CAC 40. Ils annoncent les Trente Glorieuses dès que l'indice prend deux chiffres pendant dix minutes après avoir chuté une semaine. Tout ça va faire faiblir les taux de seppuku chez les banquiers fatigués. Mais bon. Souvent, pour donner du baume au coeur, en écho aux chaudes couleurs automnales...

Lire la suite

vendredi 17 octobre 2008 09:37

Au carrefour des églises

Si j'habitais Pontmain, je ferais sans doute l'expérience d'être une ville carrefour, sans route principale, certes, mais au croisement de grandes régions. J'élèverais mon clocher vaillamment à la croisée de la Bretagne, des Pays de Loire et de la Normandie, dans ces Marches où l'on trébuchait, se marchait trop souvent sur les pieds, au prix de guerres savamment travaillées entre ces "imbéciles heureux qui sont nés quelque part" que chantait le moustachu à pipe. Comme Pontmain, j'aimerais la paix. Les desiderata de mon évêque m'éloignent des terres et mers de conflit mais me situent finalement dans des carrefours tout aussi dangereux, aux priorités mal définies et aux feux non...

Lire la suite

mardi 21 octobre 2008 10:11

irisé par la brise...

si le noir et blanc sublime les traits au profit d'une intériorité en transparence,  je redécouvre dans la violence des tons normands dans un automne tranchant inaffadi, la puissance de la couleur...  ...

Lire la suite

David mardi 21 octobre 2008, 10:11 les mots pour le dire 7 commentaires

samedi 25 octobre 2008 09:49

Hambye's blues

Un prêtre est mort, âgé, seul, dans son presbytèredans un patelin sans renommée. Je sais qu'il était mon cousin, lointain, sans aura tapageuse, il avait son caractère, sa générosité, sa fidélité, toute sa vie, il avait été là. Séminaire, armée, centre et sud mancheil avait touché par capillarité. hier, il a été inhumé. Tous ceux qu'il avait touchés un à un étaient là. l'évêque, une cinquantaine de prêtres, les maires, élus, émus, la famille dépassée, les anciens combattants levant leur drapeau pendant l'élévation, des chrétiens des communautés, fidèles. Ils sont venus un à un, ils sont venus nombreux. Les questions stratégiques de laïcité ont trouvé un instant, un moment de paix dans...

Lire la suite

David samedi 25 octobre 2008, 09:49 les mots pour le dire 4 commentaires

lundi 27 octobre 2008 03:58

les cancres de l'Eglise

toi le mauvais élève, sur qui on sait crier, et qui récrimine, toi qui détaches ton attention plus souvent que ton cartable, toi qui te protèges derrière les rangs des consciences assidues, toi qui t'appliques à fermer tes oreilles au flot continu des connaissances qui ne te concernent pas, toi qui laisses vaquer ton imagination à défaut de ta plume, au gré des ruisselets des ondées sur les carreaux, tes amis, dans les églises, tu trouveras un ami, un frère, dans le paroissien de l'ombrequi se cache toujours derrière le huitième pilier, dit merci, distrait, à la communion, décline toute proposition de lecture, s'amuse des enfants qui sont assez bien dans l'église pour y rire, sourit quand...

Lire la suite

David lundi 27 octobre 2008, 03:58 les mots pour le dire 2 commentaires

vendredi 31 octobre 2008 08:25

je fais ma nacre des impuretés

"Dans le fond, ton "j'apprends à regarder" prend une forme baroque, dans son acception étymologique de "perle irrégulière", non ? ;)" Zabou. deux ans - 500 billets - 2590 commentaires Au gré des grains crissant sous les semelles, et des lectures percutantes, sensations sensas, rencontres chatouillantes, coups d'oeil coupants, émissions d'émotion, missives s'immisçant, jeux de mots laids, films touchants, coups de rouge et coups de sang, j'affûte depuis deux ans ma plume virtuelle sur ce clavier, sur ce blog, pour tenter de partager en quelques mots, choisis, l'indicible marquant les journées d'un jeune prêtre normand au rythme d'un billet quasi quotidien. A...

Lire la suite

David vendredi 31 octobre 2008, 08:25 les mots pour le dire 9 commentaires
Page top