Aller à la recherche

juillet 2010

vendredi 2 juillet 2010 15:22

du retard dans l'eschatologie

en fait, c'était plutôt, "si ça fait du bruit cette nuit, je me lève...". Et pas cool, ils font du bruit. minuit – 1h – 2h – 3h – 4h (là je suis plus sûr) – 5h  – 7h le réveil. pas le temps pour les idées géniales. sobre messe, assis dans le sable, la marée montante. saynètes actualisées des Evangiles de la femme adultère, des talents, du Bon Samaritain partage des psaumes autour du feu, une bougie à la main, entre les braconnes et les marshmallows. Bons moments qui en appellent un autre: pouvoir me coucher....

Lire la suite

lundi 5 juillet 2010 20:00

aventures estivales

Vous qui venez souvent, ou qui passez pour une première fois, vous l'avez peut-être maintenant oubliée. A force de la voir, elle a parfois disparu... Mais pourtant Cette petite bannière, je l'aime bien. Une police appliquée, un peu (trop) de texte, des mots choisis, un projet. des photos de Bali, de jeunes, de croix et de sacristies, un peu de lumière, un photographe qui ne se laisse pas regarder, mais regarde avec... un livre ouvert, un début d'écriture, quelques lectures le tout posé sur quelques ombres pour que cette bannière garde son sens, il est temps de me remettre en route, pour de beaux projets estivaux. Quelques jours à Pontmain avec des collégiens viendront en chiasme avec...

Lire la suite

jeudi 15 juillet 2010 03:02

flight n°CX633

Les temps de passage sont toujours une aventure, plus ou moins sous contrôle. Les premiers pas dans la vie de foi autonome sont assistés par les retraites et célébration de profession de foi, ou les grands camps d’aumônerie qui vous emmènent, solidement encordés, sur les premières crêtes spirituelles. A la mesure de toute une vie ce ne seront peut-être que des monticules, mais on garde le frisson des premiers vertiges, quand bien même ils ne furent pas si vertigineux. En matière de risque calculé, les voyages en avion se posent là. On transite d’aéroports luxueux en devantures d’échoppes tape-à-l’œil, on vérifie toutes les 3 minutes votre bagage, il y a presque plus de policiers que de...

Lire la suite

vendredi 16 juillet 2010 03:30

l'effet waikiki

parfois, ça arrive comme ça, d’un coup, sans être prévenu. On rentre inopinément chez ses parents, on se retrouve dans sa chambre d’avant, celle qu’on n’utilise plus depuis des années, celle qui n’a pas trop changé ; les parents la laissent avec son charme post ado, début étudiant, et, en voulant ranger ses vêtements dans les tiroirs, on voit, dans le fond d’un de ce derniers un vieux sweat-shirt waïkiki, ou fruits of the loom qu’on avait délibérément laissé en plan, là, il y a quelques années. Un coup d ‘œil pour vérifier que la porte est fermée, et on passe le sweat… déformé, trop petit, mal foutu, bref, le souvenir prend un coup de vieux. Mais dans le même mouvement ressurgissent les...

Lire la suite

samedi 24 juillet 2010 05:51

Le syndrome du vieux con

Le syndrome du vieux con, c’est celui qui te fait voir, quand tu reviens dans une région, un pays, une activité que tu connaissais bien, tout ce qui a empiré. Il se ponctue de nombreux “de mon temps”, “à l’époque”… Il a le chic de tout voir à l’aune de ses souvenirs souvent enjolivés, simplifiés, et résiste allègrement à la nouvelle époque. Parce que voyez vous, Bali a pas mal changé. D’abord, il y a plus de motos, de voitures, de routes, de magasins partout, de cités de maisons, de constructions hautes, de téléphones portables, de jeunes accro à Facebook, de célébrations avec des blancs dedans, de Buddhas ans les magasins, de centres spirituels, d’églises moches, avec des motifs balinais...

Lire la suite

David samedi 24 juillet 2010, 05:51 les mots pour le dire un commentaire

vendredi 30 juillet 2010 03:59

danseurs

Même les lieux touristiques les plus banalisés recèlent des merveilles inattendues. Un concours de jeunes danseurs à Ubud, et hop, c’est l’occasion de revoir quelques Teruna Jaya, discuter avec des entraîneurs de danse, et surprendre quelques préparatifs. En voyant les enfants danser trois par trois les Baris, Kebyar Duduk, et autres, on voit aussi les nuances entre les écoles… et les enfants plus ou moins doués. Le cours de danse de Gaji où j’étais n’était sans doute pas le meilleur mais aurait bien tiré son épingle du jeu. Mais bon, Bali a beau être une île toute petite, à 40km de distance, on ne se connaît pas forcément. Le plus surprenant dans tout cela, c’est la capacité du moindre...

Lire la suite

David vendredi 30 juillet 2010, 03:59 les mots pour le dire un commentaire
Page top