Aller à la recherche

février 2013

samedi 2 février 2013 10:58

petite musique de nuit

perforer le carton de ma vie d'instants de prière qui viendront ouvrir mes rigidités ne laisseront passer que si peu de lumière mais ouvriront, ineffables, comme un chant discret. On aurait voulu lire une histoire, un discours, une harangue mais le carton est vierge, ne sait que se taire quelques points de poésie, du braille en creux et Dieu me joue de sa mélodie, d'une note une harmonie.  je voudrais partager avec le poète l'ouverture du rien, la sagesse du sourire qui donne, dans l'éphémère, à l'humain sa sagesse quand le regard levé, il se met à m'ouvrir.   Fichier audio intégré Après le séisme, un feu. Pas dans le feu, IHVH-Adonaï. Après le feu, une voix, un silence subtil." (1...

Lire la suite

sur un fil

pourquoi laisser surgir une parole ? ou d'un monde, une caresse? comment oser la poser? triste subjectivité ? apposée ? exposée ? imposée aux autres? quand mes mots, émotifs, sont de colère, il m'a fallu les taire. et puis hier, un poète est passé pas loin, un poète aimé, un poète léger, tendre, juste, amoureux, émerveillé, et il a susurré du prêtre un mystère, un dévoilement quelque part en frontière. aimer, être père, sourire, chercher, rêver être libre, funambuler, écarquiller le quotidien, oser une parole, qui dessille le silence pour ouvrir un espace, où l'homme apprend sa beauté. ces chemins du prêtre et du poète sont fragiles essentiels. laisser l'ineffable traverser la scène et...

Lire la suite

mardi 5 février 2013 10:54

pour les jours d'inconfort

« Sans une forte consistance spirituelle, (le prêtre) ne peut pas persévérer à la longue dans le ministère. Il doit apprendre du Christ que dans sa vie l'important n'est ni l'autoréalisation ni le succès ; il n'est pas question de construire une vie intéressante ou agréable, de se créer une communauté d'admirateurs ou de partisans, mais d'agir pour le bien d'autrui, qui est le véritable sujet d'intérêt. Au début, cela contrarie la pesanteur naturelle de notre existence, mais avec le temps, on s'aperçoit que l'insignifiance progressive du moi est l'agent libérateur authentique. Quiconque agit pour le Christ sait que celui qui sème n'est pas celui qui récolte. Il n'est pas besoin de...

Lire la suite

mercredi 6 février 2013 22:21

souffle de vie

Seigneur, envoyez votre Esprit et tout sera créé, et vous renouvellerez la face de la terre. Seigneur, renouvelez votre première Pentecôte. Accordez, Jésus, à tous vos bien-aimés prêtres la grâce du discernement des esprits, comblez-les de vos dons, augmentez leur amour, faites de tous de vaillants apôtres et de vrais saints parmi les hommes. Esprit Saint, Dieu d’Amour, venez, tel un vent puissant, dans nos cathédrales, dans nos églises, dans nos chapelles, dans nos cénacles, dans les plus luxueuses maisons comme dans les plus humbles demeures. Emplissez la terre entière de vos lumières, de vos consolations et de votre amour. Venez, Esprit d’Amour, apportez au monde la fraîcheur de votre...

Lire la suite

jeudi 7 février 2013 16:02

dans ta tronche (2)

Il est probable que, jeune, j’aurais ri des sentencieux spirituels qui prophétisent ce qui passe par la foi de tout un chacun, au nom du cheminement original de chacun, justement, de l'histoire nouvelle de Dieu dans chaque vie, toussa. N’empêche que, coup de bambou sur le dessus du crâne - même si on se dit qu’on n’en est pas là-, ce texte m'est tombé dessus... et on devine qu’il a raison, le bougre. Ça prend 1500 mots, mais c’est d’un poil à gratter qui va en titiller plus d’un. C’est donc “dans ta tronche”, épisode 2.   Le risque de la durée est pour nous, comme pour toute entreprise humaine, celui d’une certaine usure de l’idéal poursuivi et de l’effort fourni pour le réaliser, usure qui...

Lire la suite

David jeudi 7 février 2013, 16:02 les mots d'un autre 10 commentaires

samedi 9 février 2013 12:41

la foi sur le bout des doigts

Je suis plus ou moins fier de ma manière d'être chrétien. Fier parce que peu à peu l'Evangile a traversé mon humanité, en a révélé les harmoniques où simplement elle se déploie, moins parce qu'il est évident que cette conversion au Christ est loin d'être complète ou achevée. Fier parce que j'ai reçu cette suite du Christ, moins parce que l'Evangile est plus grand que mon cœur, Fier parce que j'aime l'Église, moins parce que je me découvre de plus en plus profondément un fieffé pécheur c'est pourquoi j'ai reçu avec une avidité évidente ce petit compendium de la vie chrétienne à exercer sur le bout des doigts, proposé par Mgr Le Saux, évêque du Mans, qui a prêché cette petite retraite qui vous...

Lire la suite

David samedi 9 février 2013, 12:41 les mots pour le dire 3 commentaires

lundi 11 février 2013 23:38

N.N.

si un jour, tel un jeune homme riche, je m'appuyais sur la richesse de la mission que "j'ai" je pourrais réentendre la vocation par Celui que je "suis" ce que tu as, vends-le, donne-le aux pauvres, et suis-moi. Chacun est appelé par son nom à être configuré au Christ, vie donnée. Addendum sous forme de lien: on pourrait croire à une sagesse qui vous fait accéder à des responsabilités plus importantes pour l'un, ou à un repos bien mérité d'une retraite douillette près d'un piano pour l'autre, on pourrait saluer le courage de se retirer... mais comment ne pas relire, autrement, puissamment les mots du P. Caillot quand il eut le courage de l'abandon. Je suis profondément...

Lire la suite

David lundi 11 février 2013, 23:38 les mots pour le dire 6 commentaires

mardi 12 février 2013 11:15

Monsieur le Président,

Nous avons voté lors de votre élection, et vous avez été élu par une majorité de Français, vous avez donc toute légitimité à présider aux destinées de la France, et à guider tant ceux qui vous ont soutenu, ceux qui ont rejeté votre prédécesseur que tous les autres Français. Seul chef de l'Etat, vous êtes donc mon président, représentant de la France, pour nous et à l'extérieur et pour cela je vous écoute, je vous respecte, et je me sens tenu de vous aimer. Je dois avouer, toutefois, que bien souvent, vous me perdez en route, et je ne comprends pas, mais vraiment pas, ce qui vous inspire ou vous pousse...  Dans un raidissement spectaculaire, vous avez réussi à opposer frontalement des...

Lire la suite

David mardi 12 février 2013, 11:15 les mots pour le dire 41 commentaires

mercredi 13 février 2013 08:08

le cash et le chas

C'est Biblique, Pâques est un temps de passage, de la mer comme de la mort, et le carême nous y prépare, nous y conduit par amour... car ce n'est pas tant un passage que j'organise, comme un voyage dont je coche les options et dont je choisis l'amplitude en fonction de mes moyens ou des promotions qu'un transport, une aspiration hors de mes entraves du péché, de mes morts, des contreforts rassurants de mes talents, de mes richesses que pourtant je croyais Lui avoir consacrées pour être sauvé, transfiguré par le visage du Christ qui se révèle seul trésor. Jeûner, partager, prier sont des consentements à ne plus vouloir tout maîtriser comme une dépose des sécurités de mes propres forces pour...

Lire la suite

David mercredi 13 février 2013, 08:08 les mots pour le dire 5 commentaires

samedi 16 février 2013 10:45

de l'usage homéopathique des internets

Fichier audio intégré(c) Philippe Meyer, France Culture, 14 février 2013 chronique, dont je partage l'analyse, comme une invitation à relire mes pratiques, et à lire au dehors......

Lire la suite

David samedi 16 février 2013, 10:45 les mots d'un autre 3 commentaires

OSEF

Quand tu es aumônier, au bout de quelques années[1] , il finit par y avoir ce petit glissement subreptice qui t'accentcirconflexise le sourcil quand les jeunes se mettent à délirer. "Je... je... je suis vieux" susurre la voix intérieure déjà chevrotante. A vrai dire tu les côtoies encore suffisamment pour qu'ils ne t'intriguent point trop, mais tu as déserté depuis trop longtemps les chaises où, lycéens, ils s'ennuient suffisamment pour rigoler. Bref, les mots te manquent. Tu nostalgises sur tes propres errances où on avait réécrit l'Evangile à coup de bons mots... Et tu découvres qu'ils en sont capables aussi. Bon, il manque pas mal de fond, mais outch, c'est le choc de...

Lire la suite

David samedi 16 février 2013, 14:41 franchement, parfois on se demande 7 commentaires

dimanche 17 février 2013 23:00

ikebana

Aube de carême, premier dimanche l'eucharistie rassemble toute la paroisse musiciens, chanteurs, servants, prêtres, chrétiens unis pour un même appel les vitraux léchaient les piliers de lumière, les voûtes étaient immaculées et sur la nappe d'autel, sous mes yeux, l'ombre de la croix, et d'une branche presque nue ....

Lire la suite

David dimanche 17 février 2013, 23:00 les mots pour le dire 7 commentaires

(

glissant, léger, sur l’arrondi de la terre, j’ouvre dans mes sentences et mes silences une parenthèse, un temps en suspens même quête de l’homme, de Dieu, au delà des mers...

Lire la suite

David dimanche 17 février 2013, 23:03 les mots pour le dire 3 commentaires

samedi 23 février 2013 16:47

Pemulung di Tanjung Uma

Poussant le sens de la découverte et de la passion pour un pays à l’extrême, j’ai eu la joie de goûter à l’asphalte indonésienne ces derniers jours, en application rugueuse et manuelle, via une petite glissade à moto organisée par mon chauffeur du soir. Conclusion petit bobo dans la main pour moi, belles éraflures pour lui, et une heure à faire des blagues à l’hosto avec les religieuses qui, comme cadeau d’anniversaire, m’ont piqué contre le tétanos. Bref, je peux désormais attester de l’efficacité des urgences indonésiennes. Je les avais déjà goûtées il y a bien longtemps avec les jeunes du séminaire, ça peut être efficace (surtout quand on a le bon réseau, en fait, ou les sous) Il y a...

Lire la suite

David samedi 23 février 2013, 16:47 les mots pour le dire 6 commentaires

jeudi 28 février 2013 02:01

l'instant d'avant

l’instant d’avant le surgissement du tigre blanc l’instant d’avant les trombes d’eau s’abattant sur le cimetière l’instant d’avant la prière rituelle au pied du volcan l’instant d’avant le monde qui se compresse avant d’exploser....

Lire la suite

David jeudi 28 février 2013, 02:01 regard partagé 2 commentaires

Outch

21h51, la température tombe rapidement, et la bougie vient d’être soufflée par la tempête. L’électricité a sauté il y a une vingtaine de minutes dans un tremblement de tonnerre sympathique. Les éclairs griffent la nuit de loin en loin et la pluie horizontale s’abat, torrentielle, sur le Balé. Nous devrions être à un spectacle de théâtre de marionnettes d’ombre mais le temps est trop violent pour nous éloigner de notre petit havre relatif. A vrai dire, c’est la 3e fois de la journée que le temps se déchaîne. La première a eu lieu dans un cimetière. Il était un peu plus de midi. Trois gars étaient passés nous chercher, nous étions franchement à la bourre, pour une grosse course de quelques...

Lire la suite

David jeudi 28 février 2013, 20:22 les mots pour le dire 2 commentaires
Page top