lundi 11 avril 2016

le livret de famille catholique

C’est rigolo la mémoire,
tout le monde ne garde pas les mêmes souvenirs de la manière par laquelle le mariage fut préparé, parfois même au sein d’un même couple, et avec l’insistance du pape François sur la préparation au mariage, on se demande parfois si on n’est pas un peu en train de réinventer l’eau tiède. En tout cas, accompagner les couples et les familles semble de manière évidente un cœur de métier, et il n’est pas rare de consacrer une dizaine d’heures de rencontre par couple pour un prêtre, sans compter la journée de CPM, les soirées d’accueil, et les parcours un peu complémentaires (catéchétiques, sacramentels, ou Alpha duo et consorts, sans parler des petites retraites proposées à ceux qui le désirent). Le but? permettre au jeune couple de faire le lien entre leur vie et la richesse du sacrement dans lequel ils s’engagent, et les aider à nommer les lieux de la vie qu’ils choisissent… C’est assez chouette, édifiant, et un vrai choix de service public.
Et l’on se dit qu’avant ils ne devaient sûrement pas faire ça.
Samedi dernier, je rencontrais une famille pour un décès, et une des filles me confia le livret de famille catholique de ses parents, pour en tamponner la page obsèques (si!), les pages baptêmes étant remplies à hauteur de 3 sur 8 pages disponibles. Je récupérai le fameux livret, dans sa version “diocèse de Coutances”, imprimatur 1952. Eh bien ça vaut le détour. J’en ai ôté les pages concernant la famille… et je vous le partage ici. Pour une époque où l’on était supposé peu dire les choses, il y en a vraiment beaucoup d’écrites, y compris sur le développement psycho-spi affectif de l’enfant.
attention, c’est pas mince!