dimanche 8 novembre 2015

Jazz in Saint Pair

Petit concert de Jazz à la maison… toujours un peu sombre, on ne se refait pas.

DavidLerouge2015-43

DavidLerouge2015-40

DavidLerouge2015-41

DavidLerouge2015-44

DavidLerouge2015-42

DavidLerouge2015-50

DavidLerouge2015-52

DavidLerouge2015-51

DavidLerouge2015-45

DavidLerouge2015-46

DavidLerouge2015-48

DavidLerouge2015-49

DavidLerouge2015-53

mais faut dire que c’était éclairé à l’envers. De la jolie lumière sur mes murs, pas trop sur les musiciens, à qui ça allait bien.

lundi 22 juin 2015

fête de la musique à Cherbourg 2015

Comme en écho à Denfert Rochereau, 2004, où ce collégien, une bouteille de Marie Brizard, à la main au large d’une large scène, se dirigeait sans encore le savoir vers le poste de secours gérant les comas éthyliques, je vois surtout chaque année des dizaines de pompes à Heineken tiède, autant de grilleurs de saucisses tièdes, aussi, et des groupes de saroual colorés agitant des percus brésiliennes, et du gros rock tous les 15 mètres. Et généralement peu de jeunes musiciens… sauf une bière à la main.

du rock donc,

DavidLerouge2015-9DavidLerouge2015-10DavidLerouge2015-11
DavidLerouge2015-12
piano harmonica,
DavidLerouge2015-1-4
DavidLerouge2015-3
Bretonneries
DavidLerouge2015-5DavidLerouge2015-6DavidLerouge2015-7DavidLerouge2015-8
rasta things
DavidLerouge2015-23DavidLerouge2015-24
et des jeunes filles attachées à des licornes roses volantes.
DavidLerouge2015-25

et au détour d’une petite place, une clarinette-voix, une caisse claire/cajon, une guitare sèche, et du jazz tout délicat… (à peine plombé par les platines du mec qui “mixe” dans la rue d’à côté) mais super musiciens pas là pour se la raconter
DavidLerouge2015-28DavidLerouge2015-27DavidLerouge2015-2DavidLerouge2015-29

un peu comme d’habitude, le beau temps, toussa, pas de jeunes, toussa, de la bière,

et dans un carrefour, le grand moment qu’on n’espère plus.
un père, Samuel, guitare et claviers
sa fille Lisa, 10 ans, clavier et chant
et Loïs 6 ans, qui s’éclate littéralement à la batterie
et une putain de complicité

des chansons connues, mais bien.
de la fraîcheur,
deux mois de boulot.

C’était bien.

DavidLerouge2015-14DavidLerouge2015-15DavidLerouge2015-16DavidLerouge2015-18DavidLerouge2015-21DavidLerouge2015-20
DavidLerouge2015-31
DavidLerouge2015-13DavidLerouge2015-17DavidLerouge2015-30DavidLerouge2015-19DavidLerouge2015-22

fin à 21h pour ce mini groupe, parce que "école demain" :)

dimanche 11 janvier 2015

Où est Charlie ?

Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. Leur communauté, en effet, s’édifie avec des hommes, rassemblés dans le Christ, conduits par l’Esprit Saint dans leur marche vers le Royaume du Père, et porteurs d’un message de salut qu’il faut proposer à tous. La communauté des chrétiens se reconnaît donc réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire. (GS1)

une foule immense, impossible à compter,
voilà notre espérance, merveille à raconter…

BlogDavidLerouge-458BlogDavidLerouge-456
avec notamment la tête de la liberté
BlogDavidLerouge-459
et quelques mises en perspective.
BlogDavidLerouge-454BlogDavidLerouge-460BlogDavidLerouge-461BlogDavidLerouge-462BlogDavidLerouge-465BlogDavidLerouge-466BlogDavidLerouge-468BlogDavidLerouge-469BlogDavidLerouge-470BlogDavidLerouge-471
en perspective, donc.
BlogDavidLerouge-472BlogDavidLerouge-473BlogDavidLerouge-474
en perspective, toujours,
BlogDavidLerouge-475
et des applaudissements par vagues, pour ponctuer des conversations,
où d’autres mondes apparaissaient, du Nigéria comme d’ailleurs,
BlogDavidLerouge-476BlogDavidLerouge-477BlogDavidLerouge-478

Cherbourg, le 11 janvier 2014, rassemblement en hommage aux victimes des attentats. 

dimanche 4 janvier 2015

2015

au milieu des foules, des ciels clairs et des photos cliché
BlogDavidLerouge-447BlogDavidLerouge-449BlogDavidLerouge-451BlogDavidLerouge-439
faire s’affoler l’appareil photo, dépassé
BlogDavidLerouge-446BlogDavidLerouge-441BlogDavidLerouge-437
y laisser l’autre apparaître doucement, en regard,
BlogDavidLerouge-450BlogDavidLerouge-448
orbes en réponses
BlogDavidLerouge-434
et mondes juxtaposés
BlogDavidLerouge-433
puis dans l’air saturé ne pas craindre brumes et nuages.
BlogDavidLerouge-438BlogDavidLerouge-440BlogDavidLerouge-452BlogDavidLerouge-444
parce que parfois la densité, le mystère de la lumière vient s’y fragmenter.
un brin d’irisation dans la légèreté de ce qui aurait dû occulter…
mystère de foi, dont on perçoit la richesse dans l’épaisseur des jours. BlogDavidLerouge-443

mardi 25 novembre 2014

coucou, petit parisien

lundi 24 novembre
il paraît qu’il pleut à Paris.
je n’ai pas pris mon appareil photo,
mais c’est tellement beau que même le téléphone s’en sort
IMG_20141124_135656IMG_20141124_135951IMG_20141124_140234IMG_20141124_140343IMG_20141124_140532IMG_20141124_140754IMG_20141124_141225IMG_20141124_140955
après, tu peux continuer de te gausser sur mon bout du monde
froid, pluvieux, bouseux (pour le côté frisquet, ok)

simplement, si tu n’es jamais venu par ici (poke … ) tu rates un truc Clignement d'œil