Aller à la recherche

Laudo Dominum

 

Je te loue de me surprendre, quand je suis habitué
de me reprendre, quand je suis égaré
et de me prendre, quand je suis perdu

Je te loue d'être un Dieu vivant,
qui se met en quête de l'homme,
non pas un Dieu qui demeure,
mais un Dieu qui vient.

je te loue d'être moins le but que le chemin
moins le terme que la brèche,
moins l'horizon que la marche.
Dieu vivant, tu es vivifiant.

Apprends-moi à voyager ma vie le coeur en alerte,
l'esprit en éveil, le corps en souplesse,
comme celui qui a encore à s'enchanter
d'être sur la terre des vivants.

André Dumas, Cent prières possibles, Paris Albin Michel, 2000, p. 11-12
cité in Prières Glanées par Enzo Bianchi, 11, ed. Fidélité
[source image arcabas, si le grain ne meurt : http://arts-cultures.cef.fr/]

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top