Aller à la recherche

jour de joie...

Voilà le retour des guerriers, qui quatre fois trois jours ont lutté contre la morosité.
ils ont les traits tirés par leurs zygomatiques martyrisés
la voix zébrée d'avoir trop chanté,
les paupières rendues lourdes par les yeux écarquillés d'émerveillement
les mains usées alternativement par les cordes de la guitare et les ballons des tomates
le coeur chaud de tout ce qu'on a partagé,
des sourires qui sont nés, des éclats bruts de personnalité qui irradiaient une joie simple
mais la poitrine un peu serrée d'avoir dû se résigner à ne pas faire passer certaines barrières, tellement inexpugnables, que trois jours de gratuité, de sourires et de chants n'ont pu en venir à bout.
J'espère qu'ils ne seront pas tentés de remettre un coup de clé.

petite prière, laissée au milieu des bougies
la plume était bleue, et courait d'une écriture décidée,
c'est une sixième qui prie... et on pourrait être tenté par la jalousie
mais le plus simple, pour cette prière c'est de l'adopter.
Seigneur,
MERCI
merci car tu nous pardonnes
merci car tu nous aimes
mais ces mercis évoqués
ne sont pas les seuls
ce sont des milliards, des millions
de milliards de mercis
que l'on peut t'adresser
ce n'est pas toujours facile
mais pourquoi ne pas le faire
aussi souvent que l'on mange
que l'on dort
Seigneur, MERCI

Commentaires

1. Le mercredi 16 mai 2007, 00:00 par Isabelle
Je comprends... Mais rendons grâce pour tout ce qu'ils ont déjà pu vivre en ces jours :-) !
2. Le mercredi 16 mai 2007, 00:00 par David
petite précision sur les barrières... le but n'est pas d'emmener les jeunes là où ils ne veulent pas aller, leur inculquer quelque chose, mais leur permettre d'être bien, d'être eux, avec les autres pendant quelques jours. Aller s'ils le veulent à la rencontre de Dieu, lui laisser un peu d'espace et goûter ces temps où il nous est donné de respirer. Petit à petit on s'apprivoise et on s'apporte, mais c'est dur de voir que chez certains jeunes de 12 ans, c'est tellement cassé et fragile au dedans que même ces conditions ne suffisent pas pour qu'ils se trouvent, pour qu'ils le trouvent. Certains ont fait des grands pas, d'autres des plus petits. Parfois, la violence a gagné. Pas eux, non, la violence de celui qui ne peut presque jamais être lui même, parce qu'il doit trop se défendre contre le monde.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top