Aller à la recherche

François Marie Arouet is back


dimanche, malgré l'humidité palpable et le temps blafard
nous étions en famille, en forêt de Saint Sever,
aux coeurs et moral donner de l'air et du fard
dans cette période haletante de fin d'année scolaire

S'attendrir au doux vert de la frondaison,
se restaurer en balade et pique nique bucoliques,
le projet fut mis à l'eau par les affres de la météo.
Heureusement, nous pouvions vivre l'essentiel
l'eucharistie, simple et belle dans la communauté du Carmel

En sortant de la voiture, un canidé de la pire espèce
celle, miniature, qui se nourrit de pois sauteurs
manifesta sa joie de gambader dans la boue
en échappant à l'autorité toute relative de ses maîtres.

Ses sauts désordonnés le menèrent près de nous
et tour à tour, pattes en avant, il bondit vers nos genoux
signant d'une empreinte boueuse nos pantalons jadis immaculés
sous le regard désabusé de ses "mamans" désolées.

Je ne sais si les athées croient à la transmigration des âmes
ou à l'influence du nom sur le caractère
mais il y a bien une morale dans ce petit drame
car le toutou voyou s'appelait Voltaire.

Commentaires

1. Le lundi 2 juillet 2007, 00:00 par NO NAME
"si je suis tombé par terre c'est la faute à Voltaire , le nez dans le ruisseau c'est la faute à Rousseau "
2. Le lundi 2 juillet 2007, 00:00 par David
crédit photo: http://www.paysdubessin.com/fr/phototheque/index.php
3. Le samedi 7 juillet 2007, 00:00 par Amélie Heurtaux
hirk, candide cousine qui n'a pas su réparer une mémoire étriquée...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top