Aller à la recherche

sers toi de tes yeux

Miracle,
Deux heures se sont libérées dans un agenda qui tend à se compresser et je rejoins un petit havre de bonheur.
Pour cela nul besoin d'élimer le moral à la grisaille d'un RER mais simplement fendre une nature hospitalière et illuminée... où une vie éclot, une vie fragile, dans une joie immarcescible.
Deux heures pour apercevoir ses paupières s'entrouvir sur deux yeux bleus profond, pour se laisser toucher par un regard encore muet.

Regard muet qui ne sait pas encore accueillir la richesse qui se présente à lui. Pour l'instant, la chaleur est voix de maman, lumière, caresses... mais tout vient à point... Peu à peu le regard s'éclaircira et le monde, bleu, pétillera dans ses yeux.

Mais quand le soir approche, il faut repartir.
La voix de Kathleen Evin ouate l'habitacle de la voiture, et son humeur vagabonde habille les ombres qui s'allongent, de l'univers sonore du Mont Athos, un son de cloche, un rayon de soleil caresse la croix du catholicos.
 
Là bas, sur la montagne, Ils avaient voulu s'isoler pour trouver un paradis sur terre, un paradis inquiétant où les femmes et les enfants sont absents, cap canaveral mystique d'où s'envoler en fusée vers d'autres cieux.

Sous les pastels plus cléments de la Normandie, le soleil cesse de réchauffer l'air pour transmettre sa chaleur aux tâches de lumière et la nature s'illumine, transfigurée.

Véronique m'avait enjoint de ne pas oublier mon appareil photo, j'essaierai de me conformer à l'injonction féconde.
Face à tant de douceur, on est en droit de se demander... comment peut on habiter ailleurs?

Commentaires

1. Le vendredi 7 septembre 2007, 00:00 par NO NAME
je viens de lire les derniers envois  et contempler les magnifiques photos du petit neveu qui est magnifique et photographié avec tendresse et talent bien sûr . (sourire)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top