Aller à la recherche

parfumés et souriants

Si vous croisez aujourd'hui des personnes belles, souriantes, l'estomac léger, généreusement parfumées, avec des problèmes de latéralisation, sortant seules de leur chambre en pleine journée et qui ont les poches vides, méfiez-vous, ce sont de dangereux activistes! Ils luttent passivement et fermement contre la relance de la consommation, contre l'épargne productive, pour le gagner plus sans travailler plus, le temps perdu pour peu, et pour la bonne figure donnée dispendieusement à tous!

Loin de tout discours politique, cette attitude profondément décalée et incompréhensible pour notre société d'aujourd'hui vient interpeller les discours ambiants. Ils mettent à mal les pratiques qui sembleraient alimenter et justifier ces discours au profit d'un "autrement de l'homme". Je gage que les autorités compétentes et les publicitaires du désir sauront demander à Garcia Marquez le secret pour "marquer" ces incohérents, à la fois adeptes de la diète spirituelle secrète et opposants au régime... Il est loin le temps de la Colombie merveilleuse:

"Le mercredi des cendres, avant qu'ils ne partissent se disperser sur tout le littoral, Amaranta les décida à revêtir un costume du dimanche et à l'accompagner à l'église. Plus amusés que recueillis, ils se laissèrent conduire jusqu'à la sainte table où le père Antonio Isabel leur dessina la croix de cendre sur le front. Ils s'en revinrent à la maison mais lorsque le plus jeune voulut se nettoyer le front, il s'aperçut que la marque était indélébile et qu'il en était de même pour ses frères. Ils essayèrent encore avec de l'eau et du savon, avec de la terre sur un torchon, et pour finir avec une pierre ponce et de l'eau de javel, mais ne réussirent pas à effacer la croix" (Gabriel Garcia Marquez, cent ans de solitude, Seuil-Points P1, p. 230)

Commentaires

1. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par David
Anne-Claire, ça fait plaisir d'inviter les gens à boire des tisanes à pas d'heure... maintenant, avec le stock de pisse-mémé que je me colle, je suis bon pour inviter toute la paroisse, pour écouler.
Guîta, c'est avant que les 17 Aureliano ne se fassent tous tuer, reconnus grâce à leur croix de cendre. Vous savez les 17 aureliano, fils d'aureliano... si c'est pas clair, c'est normal c'est le film qui veut ça.
2. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par Guîta -Shakti
 
3. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par NO NAME
il était temps de rajeunir ton stock de tisanes...ta verveine fadasse périmée depuis 2006, c'était pas bon !!
4. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par Claire
Je suis ravie du JFK, je n'en n'ai pas eu tout à l'heure : que du texte.... Pour les saveurs du soir, à lire les boîtes, on devrait se réjouir de boire notre mug quotidienne.
5. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par David
et oui, je sais, pour l'image je ne me suis pas foulé, mais bon, j'ai des circonstances atténuantes: c'est pas hyper simple de saisir son appareil photo pour attraper le portrait de celui que je viens de "cendrer" avec application. donc forcément. donc jfk. Je sais, on se croirait sur une feuille de messe. faite au ciseau et à la colle.
Et puis on m'a fait boire de la tisane hier, alors bon, pour la santé, on a vu mieux. Je faisais ça pour écouler mon stock et paf, un plein arrivage de saveurs du soir. Vous allez en baver un bon moment!
6. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par David
ne t'inquiète pas Henri, je ne serai jamais un activiste notoire de toute forme de radicalité, ou d'expériences trash de retournement de la société... ça ne doit pas être dans mes gènes, trop normand! mais je trouve intéressant qu'on puisse régulièrement questionner nos habitudes, et les discours convenus qui les soutiennent, par une journée un peu décalée. Le fil du carême est périlleux, qu'on en croie le commentaire de Romy dans un autre billet, et bien peu radical finalement, mais à ce titre intéressant.
Et nous sommes tous admiratifs de ton travail de photographe témoin, dehors par tous les temps, pour mettre en images la vie qui passe. Donc, cette pub, je laisserai soin à mon bloqueur de pub de la faire disparaitre, pour que tu en touches les subsides sans que je n'en profite trop. Ce même bloqueur évite d'ailleurs que je contemple celles qui président à ce blog... je ne suis pas sûr qu'elles soient toutes si catholiques.
7. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par NO NAME
Je ne vois pas les choses comme ça! Gagner sa croute n'a jamais été facile, encore moins au début de l'humanité! Je ne crois pas que les premiers hommes restaient à ne rien faire et à regarder les oiseaux et le ciel bleu à longueur de journée! La tribu ne mangeait pas dans ce cas là! Et ceux qui travaillent comme des dingues ne sont pas forcément des gens assoiffés d'argent! C'est simplement leur truc de travailler! A l'inverse il y a des faignants qui ont un problème avec l'argent! Donc il le vole! Ne pas vouloir travailler est une chose, mais tenter de vivre sans rien faire avec l'argent des autres en est une autre!
Oui j'ai mis de la pub, c'est un essai de quelques mois, car la plupart du temps on me réclame gratuitement mes photos et c'est à peine si on me demande pas de l'argent avec en prime, alors il faut bien que je me débrouille autrement et comme j'ai de nombreuses visites, je vais me payer un peu comme ça! 500 euros de prévision de gain pour l'année, ce n'est pas grand chose alors que je suis dehors 7 jours sur 7 pour faire de la photo ;-) Pour le design, c'est a revoir, c'est juste en test
8. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par Claire
Que ce jour soit un jour de joie !!!
9. Le mercredi 6 février 2008, 00:00 par NO NAME
      La conversion n'est jamais faite une fois pour toutes, mais elle est un processus, un chemin intérieur de toute la vie. Cet itinéraire de conversion évangélique ne peut pas se limiter à une période particulière de l'année ; elle est un chemin de chaque jour, qui doit embrasser la globalité de l'existence, chaque jour de notre vie... Se convertir, qu'est-ce donc en réalité ? Se convertir, c'est chercher Dieu, marcher avec Dieu, suivre docilement les enseignements de son Fils Jésus Christ ; ce n'est pas un effort d'auto-réalisation, parce que l'être humain n'est pas l'architecte de son propre destin éternel. Ce n'est pas nous qui nous sommes faits. C'est pourquoi la réalisation personnelle est en réalité une contradiction, et même, elle est encore trop peu pour nous. Nous avons une destinée plus élevée. Nous pourrions dire que la conversion consiste justement à ne pas se considérer comme le « créateur » de nous-mêmes et à découvrir par là la vérité, parce que nous ne sommes pas nos propres auteurs. La conversion consiste dans la libre et amoureuse acceptation de notre dépendance en toute chose de Dieu notre vrai Créateur, une dépendance d'amour. Ce n'est pas une entrave, c'est la liberté.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top