Tout est sûrement question de référentiel. Dans le mien, ça ne ressemblait pas à ce que j’espérais. Dans le leur, c’était sûrement déjà bien. Enfin je pense. Ce n’est pas pour autant que  ça ne portera pas de fruit… Mais bon, pour un samedi après-midi, c’était chaud.

Un baptême, trois même. Familles diverses, sympathiques, qui avaient bien préparé, que j’avais rencontrées dans la semaine pour tout mettre en place, tout mettre au clair. Les baptêmes et les mariages ne sont pas les célébrations les plus simples à porter pour les prêtres: les assemblées sont très très hétéroclites, avec une proportions généralement moins que majoritaire de chrétiens pratiquants. Et pourtant, ils étaient tous là à l’heure. Parents, parrains, marraines, familles, amis. Bon signe. Tous sous le clocher, souriant de l’accueil, marquant les enfants du signe de la croix.

Quelques pas et nous nous installons dans la nef. A l’invitation du prêtre, tout le monde prend sa feuille et le chant commence. Le chant du prêtre. Pour la première fois sans doute, personne n’a chanté avec moi; ou alors si peu fort que je n’entendais pas. Quel contraste avec l’enthousiasme des jeunes de la profession de foi! Les chants sont ultra connus, des vieux rossignols rabâchés dans toutes les églises de France depuis la jeunesse de mes parents… Mais ils n’ont pas chanté. J’avais l’impression d’être le joueur de flûte de Hamelin, entraînant tout le monde à ma suite en solo… en silence.

D’un sourire, inviter à dire plus fort “je rejette”, “je crois” histoire que ça s’entende un peu. ça marche plus ou moins, mais toujours pas de chant. C’est vertigineux. Tout une célébration à chanter en soliste devant une assemblée quasiment aphasique. Je ne sais pas bien ce qui se passe. Ils n’osent peut être pas, n’aiment peut-être pas ça, ne veulent pas trop se mouiller devant les autres. A défaut d’entraîner un enthousiasme délirant, je continue de sourire, intrigué, voulant laisser cette porte ouverte. A défaut de comprendre, ils m’inspirent des questions: 

Pourquoi est-on témoin de tant de joie chez certains, et de cette aphasie surprise chez d’autres? C’est sans doute que la foi ne prendra pas la même place dans la vie. Une respiration, un cœur qui bat, un principe de croissance qui agit au cœur de l’histoire personnelle d’un côté, un rite important qui rappelle que les passages ne sont pas exempts de mystère, une tradition qu’on révère de l’autre.

Si ce n’est ni un souffle, ni une force de croissance de chaque instant, il sera moins aisé de percevoir que l’adhésion, la pratique courante de la foi sont nécessaires ou vitales, une mise-à-jour épisodique, une “vidange des 30 000”, un check up du “kit de religion” trois fois par an pour les plus consciencieux, et ça sera pas mal. Mais si la foi se redécouvre comme principe de vie, alors cette vie explosera, chantera, se jouera dans la fidélité.Et elle aura besoin de chaque instant, de chaque pulsation.

Alors que nous sonnons les cloches avec les enfants, à la fin du baptême, je prends ma décision, les homélies de ce week-end interpelleront les paroissiens. Savez vous donner envie de chanter à vos contemporains? Non? moi non plus… Alors il faut qu’on apprenne, ensemble!

Commentaires

1. Le lundi 4 mai 2009, 17:24 par monsieurb

l’ami j’aime beaucoup ton blog nouvelle version !

ps : pour leur donner envie de chanter apporte un Ukulélé

B.

2. Le lundi 4 mai 2009, 17:28 par David

“quand il reviendra il fera grand jour”…

par ukulele, tu veux dire guitare proportionnelle à la largeur de mes épaules? c’est ça?

sinon, M.B, j’ai aperçu ton long texte sur le centrevillisme, je vais y retourner pour mieux le lire!

3. Le lundi 4 mai 2009, 17:38 par Marc

J’ai déjà fait ça une fois aussi. Un baptême avec 4 autre familles en région parisienne. Nous étions 5 à chanter sur 50, les autres nous regardant comme si nous étions des martiens.

Pendant ce temps là, les photographes et autres caméscopes demandaient au prêtre de se décaler afin qu’ils puissent faire leurs photos-souvenirs.

J’ai vraiment eu de la peine pour le prêtre.

Est-ce que nous donnons envie de chanter ? Moi sûrement pas.

Mais il y a sûrement beaucoup de travail à faire dans ce domaine, déjà en épurant un peu nos répertoires de chants tellement années 80 action catho en avant camarade !!!

4. Le lundi 4 mai 2009, 23:43 par Edmond Prochain

Messe de Noël il y a deux ans.
Un petit bonhomme du rang juste devant moi se retourne et me dévisage… Puis il se détourne avec une mine effarée et murmure à sa mère (pas assez bas, hélas) : “Maman ! Le monsieur derrière, il connaît la chanson !”

Le monsieur derrière n’est pas près d’oublier ça ! :-p

5. Le mardi 5 mai 2009, 01:28 par Guîta

Estce que la pièce montée était visible?
parcequ’elle est vraiment à en couper le souffle ;-))

6. Le mardi 5 mai 2009, 08:28 par Anne-Claire

Commençons par dépoussiérer ces vieux chants qui ressortent régulièrement et qui n’ont plus ni âme, ni rien du tout d’ailleurs…
Guîta, bien d’accord, l’illustration est …grandiose…!!

7. Le mardi 5 mai 2009, 09:17 par David

si on prend des chants nouveaux, c’est encore pire… là, non seulement ils ne veulent pas chanter, mais ils ne connaissent rien. C’est parfois un peu difficile de proposer à des familles des chants, à moins de “pousser” beaucoup… et de savoir qu’on les chantera seul. Le risque, dans ce cas là, c’est de devenir le prêtre de “ce chant là”. pas mieux, pas mieux. 

Mais bon, je le reconnais, certaines paroisses (pour ne pas dire plus) ont du mal à renouveler leur répertoire. 

en tout cas, ça fait parler les chanteurs aphones!

8. Le mardi 5 mai 2009, 09:23 par Zabou

Un mariage l’été dernier, une animatrice qui déraille, le prêtre qui chante plus fort pour tenter de rattraper le coup…
Et, dans l’assemblée -nef remplie, précisons-le-, 5 personnes à chanter de tout coeur quand elles ne riaient pas des nouvelles harmonies ainsi créées !

Plus sérieusement, oui, j’ai souvent peur quand je vais donner un coup de main pour un baptême à la paoisse… A défaut d’ukulélé, j’ai connu dans ma prime jeunesse un curé normand (pas Manchot !!) qui utilisait un tambourin de façon fort plaisante ma foi. Le prêtre, un homme-orchestre ? ;-)

9. Le mardi 5 mai 2009, 13:45 par David

déjà je trouve que “le curé avec la guitare”, c’est limite avec des jeunes… mais ça frise la caricature avec des adultes. En tout cas, je le sentirais moyen de sortir mon tambourin! ;) Je connais pas mal de prêtres qui ont renoncé à chanter, d’autres à prendre des chants plus sympas mais trop nouveaux, d’autres… c’est tout de même un moment surprenant de sentir qu’on va tout chanter seul, et que rien ne pourra les bouger. C’est quand même rare qu’il n’y en ai pas 2 ou 3 qui chantonnent un peu plus fort, pour soutenir.

là, … si!

10. Le mardi 5 mai 2009, 14:29 par Edmond Prochain

Quoi ? Que lis-je ? Le “curé à la guitare”, tu n’aimes pas ?!
Espèce de tradi tendance intégroïde, va ! ;-)

11. Le mardi 5 mai 2009, 18:45 par Claire

Sans doute ces familles étaient tout aussi mal à l’aise que vous… Que cela doit être difficile d’un côté de vouloir le baptême pour son enfant et d’un autre se sentir totalement décalé dans une célébration et d’avoir du mal à trouver sa place.
Mention spéciale pour la pièce montée, ce chausson est de toute beauté.

12. Le mardi 5 mai 2009, 18:48 par David

je n’étais pas si mal à l’aise que ça… je me sentais juste un peu seul. Eux aussi sans doute. Faute de se connaître un peu mieux. dommage pour eux. et pour le signe que cela renvoie. Un paroissien qui passait par l’église à ce moment là m’en a reparlé depuis. Enfin, on va pas en faire un fromage non plus!

13. Le mercredi 6 mai 2009, 00:00 par do

pourquoi on est obligé de chanter pour un baptême ou un enterrement? On peut bien faire comme à la mairie: une formalité, des paroles, quelque chose qui parle à ces personnes, si ça ne leur chante pas..
.un psaume, dit comme une poésie par le poète de service,
un chant en soliste si un membre de la famille se sent d’attaque,
une musique qui suggère, éventuellement,
un CD d’un beau chant contemporain, même, il y en a de très beaux.
écouter, on le fait parfois aussi, pour s’aider à prier.

14. Le mercredi 6 mai 2009, 00:02 par do

rajout:
je voulais dire: un CD d’un chant contemporain Chrétien, bien sûr!
Si c’est pour passer la Marseillaise, autant rester à la mairie…

15. Le mercredi 6 mai 2009, 08:00 par David

peut être justement parce que ces mises en oeuvre là demandent un investissement encore plus grand. Quand j’essaie de proposer des démarches un peu différentes, à réfléchir ensemble, ce n’est pas si simple pour les gens. ils n’avaient pas imaginé qu’on puisse faire autrement, et souvent, ils se rabattent sur le plus commun. ou alors, je les porte seul, quitte à me planter si j’ai mal évalué, compris les gens qui étaient là. Mais je retiens l’idée. Pourquoi pas après tout. Dans la mesure où ça ne devient pas “le truc récurrent de ce curé là”

16. Le jeudi 14 mai 2009, 21:46 par NicoleA

Ah j’imagine .assez bien la scène.

Cela me rappelle le baptème de mon filleul dans la petite église de Beuil. Comme marraine et catéchiste patentée onme charge toujours de préparer les célébrations que ce soit baptème ou funérailles . La rencontre avec le prêtre âgé fut d’ailleurs un moment très sympathique !

La baptème avait lieu après la messe selon la volonté du prêtre et nous étions la seule famille ( dans un petit village de montagne on ne doit pas baptiser très souvent … )

les deux familles n'étaient pas des piliers d'église et de ce fait  tous manifestaient  plus ou moins d'anxiété quant à leur place et rôle dans la célébration car nous avions convenu avec le curé de leur donner à tous "quelque chose à faire " mais tous manifestaient aisso une bonne volonté évidenteet le désir de faire ça très sérieusement .

j’j’ai entrepris de leur faire une répétition le soir et nous nous étions retrouvés près de la caravane de la famille de la maman (famille qui qui profitait du voyage dans le sud pour y passer leurs vacances .!) Et nous voila chantant les cantiques en choeur , répétant les roles de chacun ce qui permit à la célébration d’être paisible,recueillie , et “participante”  !!!

PS : rien à voir avec ce qui précède mais c’est bien ce nouveau blog où l’on peut mettre plus facilement des commentaires ! merci David !

17. Le mercredi 10 juin 2009, 10:04 par Manue

Mais voyons, David, ne néglige jamais de faire venir à tes cérémonies l’ensemble de vieilles personnes aptes, elles, à entonner la plupart de ces ritournelles, pour peu qu’elles soient toutes antérieures aux années 70 … Comme les ferrero rocher, c’est l’assurance, d’une cérémonie religieuse réussie ! Je suis toujours touchée par ces vieilles voix qui s’élèvent et témoignent d’une vie entière passée auprès de ces prêtres qui se succèdent, quand elles sont là jusqu’à la mort …
Cela dit, la présence d’instruments de musique et de bons musiciens (pas l’empêcheur patenté qui massacre un harmonium, quoi !) est tout de même l’assurance d’entraîner un peu l’assistance …
J’étais samedi dernier à deux mariages : une bénédiction, célébrée me semble-t-il par un clerc (je suis toujours surprise …), aucun charisme (ça joue quand même, mais je suis CERTAINE que ce n’est pas ton cas !), une voix monocorde, un discours qui n’en était pas un …. apathie morne plaine … Et l’après-midi, une messe, avec certes une assemblée particulièremnet nombreuse (+ de 100 personnes sans doute), un quator à cordes, un piano, une chorale expérimentée … Je peux t’assurer que l’assemblée chantait pendant les chants, ou au moins fredonnait, et qu’elle était attentive et concentrée pendant les moments de jeu pur des musiciens … Un prêtre très âgé, doté d’une parole forte, pesée, drôle, particulièremnet impliqué auprès des familles … Ca joue beaucoup tout de même …
Et puis tu me connais, je ne vais pas pouvoir m’empêcher d’évoquer la possibilité (= probabilité ) selon laquelle parfois (= souvent ), le baptème, comme les simples bénédictions, sont des passages obligés un peu chiants à se farcir avant un bon gueuleton et la remise de confortables cadeaux, ou même simplement la perspective d’un bon moment en famille … tout ce qui entoure le caractère religieux de la cérémonie étant relégué au 6è plan de la roue du carosse … Et c’est comme ça qu’on a juste l’impression d’être un prof de maths sup en train d’enseigner les statistiques évoluées à une classe de Khâgnes …

18. Le mercredi 10 juin 2009, 10:59 par Anne-Laure

Ouh, ça a dû être difficile… je connais ça du point de vue de l’animatrice de chants, puisque pour le baptême de ma soeur c’est moi qui tenais ce rôle (en plus de marraine ^^)… Baptême de cinq enfants, après la Messe, à laquelle seuls mes parents, frères et soeurs et la famille du parrain de ma soeur avaient assisté bien sûr… (le reste de ma famille est plus… “représentatif”…) heureusement nous avions pu choisir un minimum les chants (mais proposés aux autres familles quand même, en réunion de préparation)… mais du coup ce n’étaient pas les fameux chants râbachés habituels… eh ben une assemblée qui chante à peine, c’est lourd à traîner… alors j’imagine une assemblée qui ne chante pas du tout… quel dommage… dans ces cas-là je serais assez pour la solution évoquée par do, et déjà vue ailleurs : un chant sur disque pour “habiller” un peu la célébration… et/ou effectivement la solution de faire répéter les chants avant, solution utilisée pour la 1e communion de mon autre soeur (j’avais enregistré les chants sur cassette). 3e solution mais qui ne parlera qu’à ceux qui ont un minimum de foi : rappeler la phrase bien connue de St Augustin “chanter c’est prier deux fois”.

19. Le mercredi 10 juin 2009, 15:42 par Nitt

La prochaine fois que je chanterai à la messe (comme dimanche dernier où le chant de la promesse scoute était chantonouillé par un groupe complet de scouts, guides, louveteaux, louvettes et chefs qui ignoraient les paroles et l’ordre des couplets, et même qu’il faut faire le signe de la promesse au refrain - heureusement qu’il y avait la chorale - aïe aïe aïe ça fait mal au scout) je penserai à toi.
En fait, depuis quelques temps, plus ça va, plus je chante fort, surtout si personne autour de moi ne le fait.

20. Le mercredi 10 juin 2009, 18:36 par François

Bonjour David,
Je suis arrivé chez vous par le biais du blog d’un ami : Edmond Prochain. Et comme, en général, je trouve ses propos et réflexions intéressants, et même disons-le intelligents, j’ai été voir les blogs qu’il référençait.
Merci pour ce que vous dites de notre mission, je m’y retrouve bien. A peu de chose près, on doit être du même âge : je suis rentré en 1e primaire (c-à-d en cp, en français de France) 9 mois avant l’élection de Tonton, comme Renaud l’appelle.
Pour les baptêmes, mariages et enterrements, je n’ai pas non plus trouvé de solution miracle …
Une chose dans notre mission qui me fait de la peine et me laisse plein de questions, ce sont les contacts qui ne se poursuivent pas du tout. On a l’impression, après une prépa baptême/mariage/enterrement que le contact est établi, puis … pfffff … ça me fait toujours bizarre. Je sais que “autre est le semeur, autre le moissonneur”, mais quand même.
En tout cas, si jamais, vous trouvez des ‘trucs’ pour les chants, je suis preneur.

21. Le jeudi 11 juin 2009, 15:14 par fabrice85

Mon Père,
chirurgien, je connais le malaise, pour ne pas dire la peine, éprouvé lorsque la relation à l’autre se limite au seul geste technique, du fait de son refus implicite d’un échange plus profond. Quelque uns de mes patients ne “m’ouvrent jamais la porte” et font que, comme vous, je m’interroge.
Je sais qu’il n’est pas facile de discuter de vie, de mort, de foi. Peut être ses sujets sont ils encore plus difficiles à aborder avec son entourage qu’avec un ou des inconnus. “Que vas t’on penser de moi ?”me suis je souvent demandé, hésitant à afficher ma foi, et ce au sein de ma propre famille. Mon cheminement a fait que j’ai résolu ce problème, probablement parce que d’autres m’ont montré que leur porte était ouverte.
N’en doutez pas, les graines que vous semez porteront des fruits. Elles en porteront d’autant plus que les membres de la communauté chrétienne les arroseront en allant porter autour d’eux, à commencer par leur propre famille, l’eau de la Bonne Nouvelle.
Comme le dit le prêtre de ma paroisse “allez dans la paix du Christ, çà ne veut pas dire que je vous fiche la paix jusqu’à la semaine prochaine, mais que vous envoie porter cette paix “… C’est probablement un dangereux extrêmiste.
Au fait, chez moi, les baptêmes sont célébrés pendant la messe dominicale . Je ne sais pas si c’est la solution mais peut etre que çelà montre mieux qu’une cérémonie très “privée” que chacun à sa place au sein de la communauté chrétienne et la joie que celle-ci a d’accueillir un (des) nouveau(x) membre(s).
En tout cas, merci.

22. Le vendredi 12 juin 2009, 10:59 par David

@NicoleA: chapeau pour la répèt… ce n’est pas si simple à mettre en place

@ Manue: ça va faire une grosse mise en oeuvre que de demander un tel groupe de concert pour chaque baptême…

@ Anne-Laure: j’essaie demain un baptême avec moins de chants… je vous en reparlerai

@ Nitt: et moi comme prêtre, je chante, mais pas trop fort… pour que tout le monde se sente de le faire sans se faire couvrir par ma voix… enfin, je chante fort et long quand certain(e)s chantent super faux! ça couvre, un peu et évite de devoir grimacer.

@ François: 33 ans, prêtre depuis 5 ans demain! et toujours pas de “trucs” pour que ça marche. Mais on sème, on sème.

@ Fabrice85: médecin des corps et des âmes! on a sans doute besoin des deux… et on est content quand on ne fait pas que gérer la crise, mais fait grandir et aller bien à long terme. Pour les messes, c’est un choix qui peut s’avérer exigeant aussi pour la communauté chrétienne. S’il y avait une solution toute faite, ça se saurait, non?  merci de votre passage.

23. Le vendredi 12 juin 2009, 13:16 par Alice

Bonjour!
Arrivée aussi par le biais du blog d’Edmond, je trouve qu’ici, c’est tout aussi bien (hop hop, comme ca, on ne froisse personne) !!!
En ce qui concerne les chants, je suis un peu plus jeune (pas encore le cap fatidique des 20 ans …) que la plupart d’entre vous, mais me désole tout autant quand, lorsque je rentre en France dans ma paroisse, le dimanche, personne ne chante ! Mais nous avons la chance, bien que la paroisse soit constituée de 10 petits villages de campagne, d’avoir une chorale, qui, malgrè tout, est entrainante… quand elle ne reprend pas des chants d’avant la guerre froide …
Chez nous, les bâptèmes se font pendant la messe dominicale, et le prêtre insiste même pour que, quand il dit “bidulin, la communauté chrétienne t’accueille avec Joie …”, plusieurs personnes de l’assemblée aillent marquer le front du joyeux bambin d’une jolie croix. Je vous laisse imaginer la tête des parents … mais c’est tellement beau dans la signification !!!

En ce qui concerne le probleme de l’assemblée, ben … nous, pour les baptemes en famille, on envois, avec les invitations, les feuilles de chants avec partitions … et on fait une répet’ aussi la veille et une heure avant la messe … effet garanti à l’heure H !
Si les notes figuernt sur les feuilles de chants, ca permettrait au moins à ceux qui savent lire les notes de chantonner avec, non ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.