Je me demande parfois si l'art de présider, comme prêtre, ne tiendrait pas un peu de l'ébénisterie. Un art qu'on ne pourrait acquérir qu'au prix de l'expérience, laquelle ne saurait nous dispenser de voir chaque situation comme profondément nouvelle... Un ébéniste sympathique, de noir vêtu, comme tout ébène qui se respecte, et qui a eu la chance, la grâce d'être initié à la joie et à la beauté d'un meuble bien fait, bien en accord, simple et juste. Si l'ébéniste était platonicien, on le soupçonnerait d'avoir vu l'idée du meuble. Il ne l'est pas nécessairement, mais comme tout ébéniste qui se respecte, ne se sent bien que quand il peut créer, polir, assembler et faire meuble de tout bois.

Dans pas mal de cas, de mariages en baptêmes, de fêtes patronales en pardons populaires, c'est un amas confus d'essences qui lui est confié, des branches mal fagotées, des essences plus rares qui ne se laissent poncer que dans le sens du bois, des beaux morceaux de récupération, des bois calibrés et des bois d'exception. Dans ces cas là, pas de miracle, l'assemblage tient bien souvent plus du meuble But, ni solide, ni avenant, ni beau. ça fera son usage mais ne résistera ni aux déménagements, ni au temps. On le trouve potable, éventuellement agréable. Qu'un autre meuble soit à côté et hop, on verra son côté déprécié.

Il y a de temps à autres des Assemblées Ikea, livrées en un pack, tout coordonnées. On galère toujours un peu à les rassembler, il y en a toujours un qui reste à la traîne, ça tient la route, c'est pas mal fait. C'est joli en tout cas. Ce sont les assemblées exceptionnelles, au sein d'un entre soi, d'un mouvement, d'une fratrie spirituelle. ça ne demande pas beaucoup de talent à monter, juste un peu de patience, pour un résultat à la mesure de l'effort. Ni inconséquent, ni complètement enthousiasmant. Si on les trouve "Absolument exceptionnellement merveilleux", c'est par crainte de ne devoir les comparer.

Dans certaines communautés, les bois ont poussé et vieilli ensemble. A force de se côtoyer, ils ont assoupli les angles, ajusté les arêtes, abrasé les échardes. présider alors relève simplement de l'accompagnement de l'œuvre déjà en mouvement. La communauté est déjà là, en priant. Comme prêtre, au cœur, il n'y a qu'à se laisser porter, et donner au meuble qui est là sa destination finale, celle d'être à celui qui l'a voulu, qui l'a rassemblé. C'est la présidence la plus émouvante, la plus forte, et qui peut même se passer de talent. Mais si celui qui préside sait bien écouter, et orienter, tous, de l'œuvre à l'artisan s'en trouvent grandis.

La marqueterie la plus belle consiste sans doute, non sans effort, ni temps consacré à comprendre chaque essence, le fil de son bois, sa résistance au temps, sa manière de se marier, consiste donc à présider ces assemblées d'Eglise, quand chacun veut être part du monument, quand l'assemblage prend du temps, de la délicatesse, du travail d'ensemble... C'est une œuvre belle que celle de ces Eglises finalement peu uniformes, mais où la beauté des uns révèle la beauté des autres, où la construction commune permet une beauté encore plus grande... Parfois, le résultat est approximatif, mais il tendra peu à peu à cette beauté qu'on ne sait se donner. Les bois verts y sont accueillis, les vieilles branches racornies aussi. Et l'on se demande quel Esprit est à l'œuvre pour donner l'unité, dans la charité.

Le prêtre ébéniste accueille les bois divers pour bâtir une assemblée qui tend vers la hauteur de celui qu'elle célèbre. Il n'est ni la pièce centrale, ni le tenon qui tient ensemble, il fait corps avec ce bois pour lui permettre de devenir encore mieux le lieu de l'accueil de la grâce. Sur cet autel qui se construit peu à peu, le Christ nous est donné, mais la merveille du mystère n'en sera que mieux soulignée par l'appel fait à chacun de se laisser ajuster...

tu peux aller chez Fabien, il t'expliquera mieux que moi... (l'image est cliquable)

Commentaires

1. Le mardi 6 octobre 2009, 18:35 par Nitt

Jolie métaphore, qui risque cependant de t’attirer les foudres de certains distributeurs de meubles…

2. Le mardi 6 octobre 2009, 18:38 par David

t’as raison Nitt, j’ai oublié les meubles allergènes de chez Conforama (quand on ne se sent pas accueilli, comme prêtre?) et les trucs en plastique de chez Fly (du meuble sans ébéniste… ) j’en ai encore oublié?

3. Le mardi 6 octobre 2009, 19:19 par Anne-Claire

Oui…le Faillitaire et son emblème diabolique, pour du meuble sans âme….;-)

4. Le mardi 6 octobre 2009, 19:29 par David

je me rends compte, en me relisant, que je semble stigmatiser tel ou tel, suggérant une moindre qualité. En fait, j’essaie de faire sentir qu’il sera toujours plus difficile de vivre une célébration, et de la présider, composée d’une assemblée hétérogène et que n’unit pas un même amour du Christ.

5. Le mardi 6 octobre 2009, 20:27 par claire

Vous ne craignez pas d’être “embrasé” par l’Esprit Saint ?

6. Le mardi 6 octobre 2009, 20:46 par claire

Je viens de voir votre commentaire David, je trouve cela plutôt rassurant d’être dans une assemblée hétérogène, voire hétéroclite. Je trouve parfois dommage les messes à part caté, ados, vie montante … Qu’une place particulière soit laissée dans l’animation pourquoi pas, mais je trouve que la “segmentation” systématique au final appauvrit. Nous formons un seul corps…
Je comprends bien qu’il y ait des assemblées plus ou moins réceptives…et j’ai certainement été de toutes vos catégories de bois…

7. Le mercredi 7 octobre 2009, 00:18 par NM

Une fort belle méditation.
Le problème d’Ikea, c’est que, précisément, ce n’est pas livré…
il faut tout ramasser à droite et à gauche. Parfois après être passé dans des chambres et salons types séduisants, il faut récolter des cartons poussiéreux dans le grand hangar sordide.
C’est une fois tout le monde ramené au bercail que l’aventure commence…

8. Le mercredi 7 octobre 2009, 00:30 par David

une aventure avec laquelle il faut mieux se limiter au stratifié. Parce qu’en profondeur, c’est pas joli joli. Et si ça se marie bien entre soi, va t’en démonter une pièce pour la joindre à d’autres. Définitivement foutu!

c’est vrai qu’entre le clinquant du produit fini et le sordide de l’empaqueté carton, il y a une jolie marge.

9. Le mercredi 7 octobre 2009, 01:34 par AncillaDomini

Je serais curieuse de voir votre paroisse, Mon Père… Quelque chose me dit qu’elle ne doit pas être si différente de l’ensemble paroissial Brest-Centre… Vous ressemblez à nos prêtres.
Oui, je serais curieuse de voir cette oeuvre de marqueterie normande. M’est avis qu’il n’y a pas qu’au bout du bout de la terre que la grâce abonde !

10. Le mercredi 7 octobre 2009, 07:08 par David

Cherbourg est un autre finistère, comme dirait le nouveau diacre de samedi. Oui, elle est bien “normale” cette paroisse, enthousiasmante par des aspects, banale par d’autres, déprimante aussi de temps en temps. Une vraie “humainerie” qui cherche Dieu.

11. Le mercredi 7 octobre 2009, 09:02 par do

“Parce qu’en profondeur, c’est pas joli joli.” :
vous pensez à une communauté particulière?

12. Le mercredi 7 octobre 2009, 09:05 par David

non, pas du tout. Je me méfie juste de mes propres enthousiasmes de célébrations avec des petits groupes rassemblés. C’est vraiment très chouette. Mais il manque sans doute une certaine diversité. pour le pas joli joli, je pense réellement aux meubles que je viens de monter dans mon bureau!

13. Le mercredi 7 octobre 2009, 09:51 par do

Ouf, j’ai eu peur!

C’est fou comme en lisant un bouquin de médecine, on se trouve plein de maladies…
et en lisant des catégorisations de croyants, on se retrouve aussi toujours dans les pires …
(enfin, je dis “on”, ça n’engage que moi!)
Heureusement que c’est écrit avec humour!

14. Le mercredi 7 octobre 2009, 10:04 par yayon

ehhhh bé dit donc ça t’inspire de monter des meubles dans ton bureau ;-)

moi en voyant le titre j’me suis dit ouh lalalala mais comment il va réussir à devenir ébéniste et quel rapport avec les boules (rassure toi j’ai fini par comprendre ;-) hihihi) et puis en fait non seulement tu arrives y superbement avec simplicité et “poésie” ^^ mais en plus le résultat mérite un beau diplôme d’ébénisterie ;-)

J’aime la comparaison, qui effectivement rappelle cette diversité essentielle dans l’église, diversité si riche mais parfois si difficile à accorder aussi :-$

bon ponçage et bon assemblage ;)
ça doit être chouettement meublé par chez toi ;-)

15. Le mercredi 7 octobre 2009, 11:28 par David

pour le diplôme d’ébéniste, c’est définitivement foutu!!! sinon, j’aime bien le commentaire d’Eric, qui dit aussi que les ébénistes sont parfois un peu pressés:

Eric: Belle présentation de ce que devrait être la liturgie. Pour ma part, c’est plutôt IKEA : je vide l’emballage en priant pour qu’il ne manque pas de pièce, je jette un oeil rapide aux rubriques de la notice et je me lance dans une édification improvisée en direct, faute de temps pour mieux faire. Mais j’admire les artisans d’art.

alors à Eric: les vrais artisans, c’est ceux qui font autre chose qu’un truc bringuebalant avec des morceaux qui ressemblaient à de l’IKEA.

sinon, faut le dire, chez moi, c’est plutôt du pauvre meuble pas top, sauf un petit buffet que j’affectionne particulièrement! (et pas uniquement parce qu’il y a l’apéro dedans!)

16. Le mercredi 7 octobre 2009, 12:17 par Eric (ou Fr. Ikéa-Marie, pour les intimes)

Merci, David, pour ta miséricorde envers ceux qui font dans le bricolage plus que dans l’artisanat.

De ton côté, si tes prédications ressemblent à tes billets, les paroissiens sont vernis. A propos de verni, si une telle distance ne nous séparait pas, je t’aurais volontiers demandé de me faire découvrir ce beau buffet (et aussi son précieux contenu. :-) )

17. Le mercredi 7 octobre 2009, 14:30 par Eric (ou Fr. Ikéa-Marie, pour les intimes)

Du coup, je me suis rabattu sur le distributeur de sodas du bureau. Beaucoup moins joli !

18. Le mercredi 7 octobre 2009, 15:41 par claire

Saint Billy priez pour nous pauvres” monteurs”.

19. Le mercredi 7 octobre 2009, 17:39 par Eliette

Cette année, au camp, on n’avait le droit d’utiliser que du bois mort pour nos installs. Ce qui nous a, il faut dire, un peu inquiété au début. Le bois mort, soit c’est pourri, soit c’est trop dur à scier… Et pourtant, le résultat final (bien qu’un peu bancal pour un banc =P) était top! Comme quoi, on lui avait donné une autre vie à ce bois laissé de côté qui allait finir par pourrir si on ne s’occupait pas de lui… Ouaip, on peut faire quelque chose de beau de ces morceaux de bois moches auxquels on préfère le bois vert, vif et droit… surtout si c’est entre les mains d’un (prêtre) ébéniste plutôt que celles de guides et scouts aux méthodes barbares!

20. Le jeudi 8 octobre 2009, 09:10 par David

trop fort, Eliette! Merci de répondre aussi justement aux inquiétudes de Do. Parfait!

Eric-Ikea-Marie: qui sait? le point de rendez-vous entre Paris et Cherbourg sera peut être “Besançon” ;) (attention, private joke inside)

21. Le jeudi 8 octobre 2009, 22:11 par do

+1

22. Le samedi 10 octobre 2009, 01:09 par AncillaDomini

Aujourd’hui, messe de funérailles d’un vieux prêtre, ancien curé de l’une des paroisses de l’ensemble paroissial…
Un vendredi après-midi : 3000 personnes, 50 prêtres, 2 évêques, et une chorale qui n’a jamais été si bien achalandée depuis la Veillée Pascale !
Parfois, certaines occasions exceptionnelles révèlent que la marqueterie, elle peut-être encore un peu moche et le meuble un peu petit, mais elle a drôlement bien pris quand même… ;-)
C’est beau, la Communion des Saints en direct-live !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.