Aller à la recherche

Horreur ordinaire (comme du papier de verre sur l'espérance)

Au jour où le secours catholique publie son rapport annuel, dans lequel il est question de nouvelles misères, je me mets à frissonner : en deçà des féminismes de haut vol se dévoile les nouveaux lieux de la pauvreté, loin des scandales grandiloquents en millions, on passe sous des barrières de honte… on aurait un peu envie de faire comme François Morel, mais pour de vrai. réécrire autrement, en moins froid, en moins noir.

C’est fou ce que cette pauvreté peut se taire, se terrer. On ne la voit pas, on ne l’entend presque pas, dans notre monde où tout le monde va bien et peut consommer. Il y a bien ces quelques SDF qui squattent à l’entrée de l’Eglise ; mais qui sont ceux qui glissent sans bruit dans le sordide du manque ? A partir de quand commence l’horreur ? et comment faire résonner une espérance ? Parce qu’en Christ, le monde va dans le bon sens, non? non?

 
En côtoyant des “vieux” qui meurent pas joliment, des malades qui se font broyer, sans plus pouvoir vouloir s’en sortir, on entend les résonnances des clous qui continuent de massacrer sur des croix. On rêve de soleil de justice, d’apocalypses glorieuses, de résurrections sans mort, comme on attendait des messies glorieux. Le chemin est sans doute plus ardu et ne saura n’être qu’un espoir pour les hommes. Espérer, c’est autre chose. Mais c’est sans doute aussi un combat pour que le “règne” puisse réellement arriver. En actes de pure gratuité dont on ne pourra connaître la réelle fécondité.

Commentaires

1. Le jeudi 5 novembre 2009, 20:41 par corinne

J’aurais aimé savoir l’exprimer aussi bien….

2. Le jeudi 5 novembre 2009, 21:01 par do

“apprendre à regarder”, c’est aussi ça…

3. Le vendredi 6 novembre 2009, 00:42 par Nitt

Allez courage, l’Espérance c’est souvent une folie, presque un scandale (“comment peut-on encore imaginer une vie meilleure avec tout ça ?” diront certains) mais nous savons qu’en Dieu rien n’est impossible.

Je viens bien de trouver un emploi, moi, femme seule et pauvre !

4. Le vendredi 6 novembre 2009, 11:11 par Edmond Prochain

Tu sais, l’espérance commence toujours par le refus de désespérer… C’est quand même une très belle porte d’entrée, non ?

5. Le vendredi 6 novembre 2009, 12:24 par AnClé

Merci David pour cet article d’une belle poésie sur un phénomène aussi triste et peu glorieux pour une société qui se dit développée.

Que pouvons-nous faire à notre niveau ?

C’est ce que je me dis souvent, et souvent je n’ai pas la réponse, surtout quand c’est la 3ème fois dans la journée que je suis assommée par les initiatives bruyantes d’un musicien de rue, dans le métro…

Que faire alors ? Garder le sourire et le regarder avec amour, c’est déjà ça :)

6. Le vendredi 6 novembre 2009, 13:51 par Shakti18

Après lecture de ce texte, après écoute de cette chronique, j’ai envie de vous offrir ces paroles:
«Je dormais et je rêvais que la vie n’était que joie.
Je m’éveillais et je vis que la vie n’est que service.
Je servis et je compris que le service est joie.»

R.Tagore
7. Le vendredi 6 novembre 2009, 19:28 par AncillaDomini

@ AnClé :

Rayonnez, cela suffit. Si vous saviez combien de vie on pourrait sauver, en ayant simplement des têtes de chrétiens !
Ca a sauvé la mienne, ça en sauve tous les jours…
Rayonnez ! Votre visage transfiguré, c’est l’amour de Dieu en direct live ! ;-)

8. Le vendredi 6 novembre 2009, 22:57 par Anne-Priscille

J’ai autant aimé le texte que la vidéo.
Merci.

9. Le samedi 7 novembre 2009, 10:00 par David

@Corinne: j’aurais préféré ne pas avoir à l’exprimer, même bien (merci du compliment, en tout cas)

@do: regarder sans peur et sans paillettes les soubresauts du monde, et transformer ce regard en action d’espérance?

@Nitt: scandale aussi grand que d’annoncer la résurrection à une famille au cœur du deuil. C’est vrai. “Je suis venu apporter un feu… “

@ed: “une porte ouverte sur le ciel, un bouquet de fleurs, un arc-en-ciel, Une rose blanche qui sourit tout en pleurant,”? ;) ah non, pardon !!! ce que je trouve redoutable, c’est quand la violence des situations attaque dans un premier temps ma volonté à l’émeri. Et puis je redécouvre l’initiative de Dieu, et puis j’y consens et y contribue. Dans ce sens là. Pour éviter que le refus soit un activisme, ou une force issue de moi et qui pourrait s’affaiblir. Il y a tant de malades de la volonté. Et ça fait bigrement mal. 

@Anclé: à notre niveau, et seul ? Rien. A notre niveau et avec d’autres, lutter contre ces structures de péché en nous engageant dans des structures qui auront les moyens de les transformer. On n’est pas en manque de propositions de ce côté là… et le mieux, c’est qu’il n’y a pas que les cathos pour le faire. Ceux qui croient encore en la politique, et il en faut, qu’ils s’y mouillent, sinon, vie associative, de mouvement, Secours catholique, conférences SVP… il y en a des choses. Il peut y avoir la piécette de temps en temps, c’est du concret. Mais il faut sans doute autre chose (lire à ce sujet les exhortations d’évêques africains sur l’évangélisation la lutte contre la corruption. C’est passionnant)

@Guîta: rhhhha! Comment vous faites ça. C’est pas humain! Ce bout de tagore a traîné toute ma jeunesse dans un carnet qui ne me quittait pas, dans le fond d’une de mes poches. C’en était une des pages les plus lues. Et j’avais trouvé le moyen, vieux machin que je suis, de l’avoir oublié. Et vous me le ressortez, comme ça???? (merci ;) )

@ancilla: rayonnez. Oui, vous avez raison. Luttez aussi! parce que si la mort est moins violente au soleil, elle n’en est pas moins la mort.

@Anne-Priscille: merci à toi, on avait presque oublié cette vidéo, dans tout ça. Du bon Morel, qui vient redire la tension vers le meilleur qui ne devrait jamais nous quitter.

10. Le samedi 7 novembre 2009, 16:29 par Shakti18

David, ces mots devaient “dormir ” quelque part au fond de ton esprit; et ton billet m’ a conduite à t’aider à les retrouver!
Pour ma part, ils ont bercé mon enfance et ma jeunesse et me guise dans ma vie d’adulte ( pour ne pas re de vieile ;- ) )
Bon dimanche
Guîta

11. Le samedi 7 novembre 2009, 23:47 par jean

quand on est à la limite de la pauvreté, qu’on est pratiquant et que l’on voit certains pretres exposer leur train de vie en présentant par
exemple une belle voiture, jusque là c’est normal il faut bien qu’ils aient un véhicule moderne pour assumer leurs déplacements, mais
quand celle ci est complétée par exemple par une belle moto puissante on se met à réver de pretres plus simples dans lesquels
les gens au train de vie modeste puisse s’identifier, en ce moment on nous parlent du denier du culte mais quand on doit donner sur notre indigence, on donne mais avec des grincements de dents.

12. Le dimanche 8 novembre 2009, 18:45 par David

comme votre commentaire me laisse partagé Jean. Partagé entre la compréhension pour votre désarroi, l’effort qui semble perdu, la tension entre une pauvreté affirmée et une opulence qui pourrait sembler tapageuse. et qui jure avec l’ascèse de votre effort.

partagé en même temps vers l’empathie pour mon confrère. D’abord, nous avons tous les mêmes indemnités, au centime près. Du boss au dernier vicaire… et donc celui qui choisit de s’offrir de tels engins le choisit au détriment d’autre chose, de beaux livres, de vacances d’un certain genre… Et quand je regarde ma façon de vivre au plus près de la foi qui m’habite, je me rends compte moi aussi de mon épaisseur et de mes besoins “intermédiaires” apparemment.
permettre à son prêtre de prendre l’air, d’ouvrir sa vie à de la beauté, ou à d’autres univers, c’est aussi lui permettre un équilibre. Hélas, nous ne sommes pas des héros. Pas moi en tout cas. Je n’arrive pas à être aussi bien que ce que je voudrais. Chacun ses lieux pour habiter, et même parfois équiliibrer mon ministère. J’ai la photo, la BD, les amis, d’autres comme vous dites les balades en vitesse au grand air, les bouquins de luxe; les chemises, les vacances à l’étranger.

je suis embêté que cette manière de vivre vous blesse. Je crains que ce ne soit un appel à encore plus aimer. Cette vie donnée, il faut la soutenir pour qu’elle se déploie dans le temps. Dans la mesure du possible, ne nous faisons pas mutuellement “tomber”

et comme dirait l’autre
“Pendant un mois j’ai vécu avec beaucoup de saints prêtres, j’ai vu que, si leur sublime dignité les élève au-dessus des anges, ils n’en sont pas moins des hommes faibles et fragiles…” (je vous laisse deviner qui est “l’autre”)

13. Le lundi 9 novembre 2009, 01:05 par jean

l’avantage d’être pratiquant sur une durée assez longue, c’est que
les illusions du débutant sont tombées. j’ai vécu mon enfance dans
une grande misère affective, psychique et financière et ensuite une
vie d’adulte marié et père de quatre enfants dans laquelle j’ai oscillé entre des moments de misère et de grandes épreuves pour
finir par me stabiliser à la limite de la pauvreté. c’est au court de ce vécu que le seigneur à semer une petite graine de foi en moi.
tout ça pour te dire que je ne veux pas faire “tomber ” qui que ce soit mais certains comportements trop bling-bling sont pour moi un écueil qui décrédibilise leurs auteurs. mais peut être que je suis
trop marqué par mon vécu et je sais bien que les prêtre ont un salaire égale et modeste au vu de leurs niveau intellectuel et de la charge de travail que leurs vocation entraîne et du coup pour tenir il
faut bien qu’ils aient des activités qui les laisse se détendre.
pour finir je m’associe aux prières de ste thérèse de lisieux qui s’était aperçue lors d’un pèlerinage que les prêtres étaient avant tout “des hommes”.

14. Le lundi 9 novembre 2009, 09:01 par David

alors merci de ce commentaire, Jean. au nom de votre expérience, et de la simplicité à le dire.  J’en perçois mieux toute l’exigence et le partage qui ne cherche pas à stigmatiser

… et pour ce témoignage de foi!

15. Le lundi 9 novembre 2009, 15:59 par henri

A cette heure ci je suis au boulot depuis 2H, à 5 minutes près, pour ne pas avoir justement à faire la mendicité ;-)

“La peine de mort est interdite sur toute la planète.”

Y compris pour les victimes, comme par exemple Grégory ou les deux gamins qui ont été pendus par leur père cette semaine? Nan? J’y crois pas.
En ce qui concerne le changement de cap des socialistes, je n’y crois pas trop. Ils sont trop occupés à vouloir le pouvoir, comme tout le monde, car la bouffe est très bonne et pas cher à l’Elysée et à l’Assemblée Nationale et de plus les sièges sont confortables, beaucoup plus que les bancs du métro ;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top