Aller à la recherche

pour être heureux à Bali, il faut savoir

petit air de famille (brahmanique

  1. parler indonésien
  2. parler balinais, haut, bas, selon les moments
  3. boire du café, balinais, sans se taper le marc
  4. dormir seul, ou accompagné d’un pote
  5. se laver à l’eau froide à l’aide d’une casserole
  6. s’habiller tout seul, mais classe, en balinais traditionnel, sarong et saput
  7. manger du riz à tous les repas, du lawar, épicé, du soto, avec les mains (parce que c’est meilleur)
  8. danser
  9. répondre avec de l’humour
  10. acheter sans se faire (trop) avoir

et pour tout cela on s’esbaudira et on vous félicitera à loisir

mais, si on ne vous en tissera pas de lauriers, mieux vaut savoir aussi

  1. mentir à tour de bras
  2. sourire même quand vous êtes très énervé
  3. faire semblant de trouver les idées de son interlocuteur passionnantes
  4. brûler des feux rouges
  5. se taire quand un supérieur vous gourmande, en lui faisant croire qu’il a nécessairement raison
  6. ignorer assez ostensiblement les gêneurs
  7. aimer les cafards
  8. ne pas tiquer quand les sanitaires et la cuisine pourraient vraisemblablement être grouillants
  9. deviner quand on vous ment (tout le temps)
  10. comprendre l’exact inverse de l’invitation qui vous est faite
  11. mesurer que vous être potentiellement un visa d’entrée pour la France, ou au moins un portefeuille ambulant
  12. vivre en marge de tous les groupes
  13. faire du dialogue interreligieux de supermarché
  14. en rire

Bref, il y a tout autant de raisons d’aimer les Balinais pour leurs défauts que pour leurs qualités. N’empêche qu’on est bien ici. Merci de transmettre ce message (au moins cette dernière phrase) à mon évêque, pour le cas où je raterais mon avion demain soir!

IMG_0396web©DLerouge

(complétez autant que vous le voulez!)

Commentaires

1. Le lundi 16 août 2010, 05:13 par chicha philippe

Ca fait toujours plaisir de voir écrire des paroles gentilles et pleines d humour, je vis à Bali depuis 4 ans, ma raison était de venir faire et mettre au monde l enfant de ma vie, sur l île du sourire.
Pour moi, élever un enfant n étais pas seulement le fait de faire comme tout le monde, me faire plaisir.
L engagement, par nos temps et notre avenir incertain, ma longuement rongé les pensées a savoir, si je voyais juste ou pas. L avenir me le dira.
Instinctivement, comme tout ce que je fais dans ma vie, j ai mis au monde la fille que je désirai, elle s appelle Luna et a 3 ans et demi.
Il y a 20 ans déjà, j observais les enfants sur la plage de Seminyak, européens, Indonésiens et quelques singes, tous jouaient ensemble, j observais la joie de tous, comblé par le divin Sun set aux couleurs oranges.
A ce moment précis, j avais décidé que si un jour, je décidais de procréer, ce serai sur cette île.
Je ne voyais pas un autre endroit au monde, j ai pas mal voyage, ou je pourrai élever au mieux un enfant.
Mes critères étaient et non pas changés :

Respect
Sourires
Beautés
Mer
Vert
Nature
Gentillesses
Retour aux bases et aux valeurs sur de la vie
Re apprendre à vivre en gardant mon ame d enfant
Apprendre à élever 1 enfant en prenant les Indonésiens comme exemple.

J ai trouvé mon élément, ça n est pas trop dur, vous me direz, avec tout le confort que l on trouve à Bali, on est loin des travaux forcés.

Les Balinais….
En premier, et c est ce que je n arrête pas de leur répéter pour être sur qu ils me respecte et qu ils comprennent que je les aime, que je leur serai indéfiniment reconnaissable…. MERCI DE M ACCEPTER DANS VOTRE PAYS QUE JE TROUVE ETRE LE MEILLEUR DU MONDE, GRACE A VOUS, JE SUIS ENFIN COMPLET ET HEUREUX.

je suis un peu goblok, (stupide en Indonésien), Saya goblok (je suis),
Je ne connais que quelques mots au bout de 4 ans, mais, même si je ne comprends pas tous ce que les Indonésiens me disent et même s ils se moquent de moi, je suis sur qu aujourd hui, ils pensent différemment de moi. Je le sens, je sens que l effort perpétré et sans relâche me fais rentrer un peu plus chaque jour dans leurs estimes, et j en suis fier,
j accomplis ma volonté divine. (je suis Athée baptisé catho), pour résumer, je crois en moi et en l énergie positive.
En l énergie positive…

On dit que Bali est l Ile des dieux, que l on sent à travers ce monde cosmopolite qui y vit, une énergie prenante et pleine de tendresse. Comme a chaque fois que je ne peux répondre à une question, j essaie de penser LOGIQUEMENT, qu est ce qu il fait que l on ressent tous, cette énergie positive et fulgurante
Ce sont les prières incessantes des Balinais et de leur croyances imperturbable, de leur religion (Hindouiste), ce qui est important a retenir, c est qu ils sont une force en eux tous. C est ce qui les réunis et les rendent heureux, leur respect pour chacun tout en vivant avec le mauvais exemple, nous les blancs, les envahisseurs, les bâtisseurs de ciment, les casseurs de rizière, le monde la nuit (qu ils ne connaissaient pas avant) et tous ce que ça apporte…. BREF, je me sens comme une MERDE a coté d eux, même s ils se moquent de moi, je sens que leur esprit est pur et qu ils ont bien raison de le faire…..

Philippe Chicha

P.S, vous pouvez constater que je suis très mauvais en orthographe et en plus, j ai un clavier QWERTY, he he (comme disent les Indo sur facebook)

2. Le mardi 17 août 2010, 04:11 par do

"11." : vous vous êtes fait draguer, c'est ça?
Hmm, ça vous apprendra à ne pas mettre de col romain, aussi!
(quoi, ça existe pas, " sarong et saput " avec col romain?)

3. Le mercredi 18 août 2010, 11:27 par Nitt

Même question que Do ! ^^

4. Le vendredi 20 août 2010, 05:36 par David

@Philippe: bon courage pour continuer d'apprendre l'indonésien... ce n'est pas si compliqué mais nécessaire, donc, notamment pour transformer votre désir de les connaître, et vos louables intentions en actes posés. Vous verrez, ça change tout. En deux ans là bas, je crois que mon indonésien est devenu potable. Sinon, je ne saurais que vous conseiller de vous éloigner un peu des centres où l'on parle anglais. Vous aimerez encore plus les Balinais, même si vous devrez goûter au revers de la médaille, qui est beaucoup moins simple à accepter. L'idylle disparaît, les raisons de les aimer vraiment surgissent. 

N'empêche que vous devez bien être embêté comme athée, à Bali. Ils ne se posent pas la question de la foi, ils la vivent. Je fais ça depuis quelques années, c'est pas désagréable non plus. Et puis, ça permet de mieux se situer par rapport à eux... "silahkan doa sesuai dengan agama masing masing... doa... mulai". 

@do: parce que vous supposez que les indonésiens, même chrétiens, savent ce que c'est qu'un col romain, et que les balinais hindous ont la moindre idée du célibat des prêtres? Il leur est totalement, définitivement, existentiellement incompréhensible. Les codes européens ne fonctionnent pas partout. 

A votre question, la réponse est évidemment oui. Massivement. Mais ce n'est pas moi qui était dragué, même si elle ne le savait pas, mais ma peau, et mon passeport. On est l'illusion d'une vie nouvelle, comme à la télé. ça vous chamboule les sentiments. 

A Bali, mon sens de l'universalisme en prend un coup... celui de l'exotisme aussi: ;)

5. Le vendredi 20 août 2010, 22:41 par do

oh, vous savez, je disais ça juste pour vous taquiner !
je trouvais que le col romain sur un carré de tissu enroulé dans plein de sens, c'était une image paradoxale.

Par ailleurs, il n'y a pas que la peau et le passeport, il y a aussi une certaine attitude intérieure qui peut attirer vers un Autre, apparemment invisible, mais pas toujours tant que ça.

Cela dit, ça me rappelle trois amis qui étaient partis en Afrique (Ethiopie, et Burkina, je crois) et Arabie Saoudite en coopération, et celui qui était en Arabie Saoudite s'était fait draguer par plein de garçons, celui qui était en Ethiopie par des filles, mais on l'avait prévenu que c'était intéressé, alors il a été vigilant. et quand le troisième a envoyé une photo de sa copine de là bas, avec la petite fille qu'ils venaient d'avoir ensemble, ils ont tout de suite expliqué qu'il s'était fait avoir.
Néanmoins, depuis, c'est le seul des trois à avoir fondé une famille! sa femme l'a suivi en France, ils ont eu des jumeaux après, et il était heureux comme jamais je ne l'avais vu avant.
(je travaillais à l'IGN, et nombre de personnes partaient en mission à l'étranger et en revenaient avec quelqu'un, souvent quelqu'un de bien)

Donc bon, du coup, je vois ça différemment... c'est pas pire que de chercher l'âme soeur en boite de nuit complètement ivre. Et puis j'aime beaucoup les gens qui viennent de certains pays, où la vie est plus fraternelle. Mais oui, là, c'était pas forcément très abouti comme discernement. ;)

6. Le samedi 21 août 2010, 08:32 par David

pour les quelques couples interculturels que je connais et qui sont heureux, il y a toujours un pari énorme dans ces rencontres, sur la capacité à nommer l'espace culturel dans lequel se tissera le lien. Ne serait ce que sur l'éducation des enfants.

sinon, je ne pense pas, dans une majorité de cas, à une histoire du français qui s'est fait avoir. Je pense que les deux se font avoir si ils ne sont pas conscients de cette différence et des "présupposés" de leur rencontre. Si le projet n'est pas clair... ça deviendra très compliqué, pour les deux... et l'histoire pourrait tourner court.

pour les cas de "vieux" venant en Asle se dégotter une petite infirmière pour leurs vieux jours... je ne sais pas que penser.

7. Le mardi 24 août 2010, 14:48 par do

en tout cas, ce sont des cas qui me font trouver positives les lois françaises sur le divorce. (ou la démarche de nullité de mariage dans l'Eglise), car c'est vrai que des gens peuvent vraiment se tromper sur la nature de l'engagement.

8. Le mardi 4 avril 2017, 02:40 par Phiphi

Je viens de découvrir une suite à mon histoire, merci Google. 2010. 2017. Maintenant Luna à 10 ans, c'est un enfant qui a été élevé qu'avec des bisous. Pas une parole haute ni un geste menaçant, que de l'amour (contrairement à moi qui été un enfant plus ou moins batu) , elle est merveilleuse, un ange avec ses 2 parents qui n'ont cessé de l'aimer et d'en être émerveillé. Elle a 10 ans et elle dors toujours avec nous, entre nous deux ou elle puise son énergie constructive pendant la nuit. C'est un soleil qui brille mème sous la pluie, ou se reflète sa beauté d'enfant heureux. Non je ne regrette en rien d'être venue chercher le bonheur à Bali. D'avoir suivi mon instinct et rencontré l'unique femme qui pouvait me supporter et m'accepter telle le démon que j'étais. Notre amour s'est amplifié de jour en jour. Lita est aussi belle de l'intérieur que de l'extérieur. Je pourrais parler d'elle durant 7ne vie entière. Elle comme sa fille, parfaite et intègre. Bali et les Balinais nous ont permis de rester heureux. J'ai compris que c'était des gens juste qui étaient capable de vous respecter si vous les respectiez et plus encore comme si un pouvoir magique approfondissait ce respect mutuel. C'est ça la magie de Bali. C'a se vie plus que ça s'explique. Mes bons amis m'ont dis un jour, pour vivre à Bali, il faut le mériter. Rien n'est acquis sans effort d'intégrité mais une fois ce respect atteint, c'est tapis rouge. C'est une conscience de tout les jours, un remerciement perpétuel et sans fin pour mériter ce bonheur de vivre à Bali dans la joie et l'amour de tous. J'écris ces mots sans savoir que va vraiment les lire, mais qu'importe, ils sortent du coeur et de nul part ailleurs. Ha si une chose nouvelle, Bali News sur Facebook vous reflétera mon bonheur et l'amour sans fin que j'ai pour Bali. Bali, I love you. Philippe

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top