Aller à la recherche

Lourdes, un calvaire

Lourdes, c'est avant tout une immersion complète et quotidienne dans le jurançon. Faut dire ce qui est, quand on monte un camp pour les lycéens à Lourdes pour la fin de l'été, on est forcément tenté, pendant les joyeux temps où l'on choisit l'intitulé et le thème, de penser que les sanctuaires cette année ne se sont pas foulés. C'est ni glamour, ni vendeur, ni nouveau, ça sent la séance de caté, ... Bref, un bon vieux thème d'année qui sent la brasse coulée à plein nez. "Avec Bernadette, faire le signe de croix"... On sait déjà qu'il va falloir broder sévère... Et on voit déjà venir les variations en homélie. Le top aura été "quand je touche mon nombril, je pense à mon grand-père"... si si. En même temps, Lourdes sans râler n'est pas vraiment Lourdes. Les files d'attente devant les piscines, le chahut à la grotte, la fichue messe de 23h00 à Massabielle qui nous a gâché le seul temps calme devant la vierge, la forêt de croix façon cimetière Tim-Burtonien devant le calvaire breton,  le look disneyland des basiliques, l'imagination débordante des vendeurs de bondieuseries de mauvais goût et leurs économies pour un simple sachet, la dame qui vous a poussé dans la procession du saint Sacrement, celle qui a stoppé net le soir même, enflammant votre joli cierge et son godet préservé, et surtout... les italiens... ah les italiens. J'arrête, mon ulcère... Enfin bon, même le Jurançon, c'est cher. Et pourtant c'est sacré. Presque autant que les bières. Roi Albert, Royal, Riviera Sol je connais vos cartes par cœur. 

Une fois l'acrimonie lavée devant la grotte, il nous a fallu reconnaître qu'il y avait quelque chose de simple et de suffisamment central dans ce sujet pour y nouer une panoplie de thèmes tout à fait vivifiants. J'ai notamment été titillé par un propos du recteur des sanctuaires nommant nos "signes de croix par peur ou protection" qui devaient être paralysés au profit d'un signe de la rencontre de Dieu et de l'accueil de sa Bonne Nouvelle. On n'a tout de même pas évité de faire parader une jolie croix en bois pendant toutes nos célébrations (forcément)... ni de nous voir remettre, en fin de pèlerinage une jolie petite croix en bois, fabriquée à Bethléem (on a les délocalisations que l'on peut) qui assure à tout porteur un bon look de bonne soeur/séminariste. Bref, un must à Lourdes, un lest ailleurs.

Un des pèlerins de la version vieux, que j'accompagnais à la suite de la version djeuns l'a tout de même accueillie avec une certaine émotion. Jamais de sa vie il n'avait porté de croix. Beaux pèlerinages, touchante simplicité, et toujours cette efficacité lourdaise pour vous plonger dans la prière. A tous les coups ça marche!

Le retour est fait, la rentrée hâte mon agenda et je ne comptais pas en parler... Je glosais même intérieurement sur la mort annoncée de ce blog, pour cause de nihil sub sole novi quand j'ai croisé sur le parking du supermarché, et sous une flotte battante, un des pèlerins de notre groupe vieux. Un de ceux dont le moral fluctue au rythme des nuages, mais qui avait bien traversé notre pèlerinage. La conversation, c'était et c'est toujours pas notre fort. En me voyant, on s'est dépêtrés de nos sacs chargés pour moi, vides pour lui pour se serrer la main, un sourire de travers sous le nez... Et alors que je lui demandais de ses nouvelles, je le vis farfouiller dans le col de sa chemise. Quarantenaire bringuebalant sa vie sous sa peau plus ou moins ajustée, il a sorti victorieux cette croix de curé. Ce cadeau de vie n'allait pas le lâcher.

oh tiens, une croix de bonne soeur

mon acrimonie est définitivement remballée. ton thème, sanctuaires, il était super.

Commentaires

1. Le mercredi 8 septembre 2010, 10:23 par Marie-Anne

J'y suis allée une fois à Lourdes, pour accompagner le groupe des enfants du pélerinage de Suisse romande... c'était il y a une dizaine d'années, moi je sortait à peine de l'enfant et j'ai eu du mal à m'y reccueillir... j'ai eu du mal avec le côté bling bling, les spot de toutes les couleurs, les souvenirs kitchos... Mais j'aimerais bien y retourner, pour réussir à passer par-dessus le côté Disneyland justement !

2. Le mercredi 8 septembre 2010, 11:30 par Anne-Claire

Hypnotisée pendant une semaine par les croix, vertes, rouges, bleues, aux croisements de route, en catéchèse, de leur verticalité à leur horizontalité, en tissu bleu et blanc tissé -quatre heures de boulot pour 30 secondes de bonheur ;-) - celles qu'on porte ou celles qu'on cache...
Et secouée par tout ce qui a été vécu.
Bref, inCROYable !

Et pour le Jurançon, c'est rien que pour les sportifs ;-)

3. Le mercredi 8 septembre 2010, 18:47 par Anne-Priscille

Typique cathé, sans doute, banal, ça peut l'être mais c'est de notre faute.
N'empêche je me rends compte que depuis ce thème, même si je n'ai pas pu aller à Lourdes cette année, je pense à ce que je fais... et ça prend une toute autre épaisseur !!!

Quand autour de moi on oppose un refus catégorique de faire le signe de croix, pour le symbole que cela représente, cela met en relief tout le sens dont ces signes, ces croix sont porteurs, et qui dépasse parfois même de loin celui que nous lui donnions. C'est hallucinant la puissance du message qu'ils offrent.

4. Le jeudi 9 septembre 2010, 09:12 par David(-Anne)

et trois commentaires différents pour une même attente. C'est pas si mal, Lourdes finalement. Au vu des commentaires précédents, je rappelle à toutes celles (et ceux) qui ont un "Anne" dans leur prénom qu'ils sont apparemment convoqués à commenter ici. Les autres, ça devrait pouvoir s'arranger:! ;)

5. Le jeudi 9 septembre 2010, 14:46 par Valérie (âne, parfois)

Cela faisait longtemps que je n'étais pas retournée à Lourdes. J'y suis venue plusieurs fois et notamment pour un rassemblement du MEJ à Pâques... en 1980.

J'ai quitté il y a 5 mois ma Normandie Natale pour rejoindre la capitale Béarnaise. Ma première messe en arrivant au pied des Pyrénées fût à Lourdes.

Je vous confirme aussi que c'est un calvaire de résiter au Jurançon.
Merci pour votre blog que je consulte régulièrement sans oser commenter. Voilà, c'est fait.

6. Le jeudi 9 septembre 2010, 17:23 par Anne (de Bretagne...)

L'année dernière notre cher curé est venu frapper à la porte de la maison, puisque nous avions fait baptiser notre fille, peut-être voudrions-nous participer un peu à la vie de l'église? hé hé...
Depuis il m'a avoué que sa stratégie de recrutement était de cibler le "congé parental"...hi hi hi.
Bref, me voilà jetée en pature à 4 banbins de CE1, et en route vers la première communion..., et quelle route!
A l'issue de la cérémonie j'ai glissé à chacun une petit enveloppe, avec dedans une de ces petite croix, oui il en faut pour tous les genres Anne-Claire, bleue pour les filles et bois (d'olivier, je précise) pour les garçons. Merci aux moines de l'Abbaye de Landevennec pour ce stock et choix varié, mais pas encore au point de Lourdes,...
J'ai vu pendant l'été, K. en faisant mes courses (décidemment quel lieu de rencontre), elle, et sa petite croix...
Ca a du bon le congé parental, chouette, encore une année de caté qui s'annonce! ;)

7. Le jeudi 9 septembre 2010, 17:25 par anne

CM1 bien sur...

8. Le jeudi 9 septembre 2010, 21:00 par zephir

Je ne vois pas poindre l'occasion, mais que j'aimerai la porter, cette petite croix...

9. Le vendredi 10 septembre 2010, 16:21 par Claire mais ma soeur s'appelle Anne

Lourdes j'aime beaucoup, on peut y vivre un vrai dépouillement, se laisser prendre la main , voir dans cette piété populaire de la simplicité : oser demander. Que ce soit à Lourdes ou à Lisieux, je suis plus touchée par des lieux comme Bartrès , les Buissonnets que par les basiliques un peu chargées.
Je note que vous n'avez pas voulu froisser les lycéens en optant pour "Avec Bernadette faire le signe de croix" plutôt qu' "A l'école de sainte Bernadette" ...

10. Le vendredi 10 septembre 2010, 22:57 par Tigreek (Anne ?)

Puisqu'on parle de Lourdes et de croix, j'ai réellement pris la mesure d'un chemin de croix avec celui de Lourdes précisément... Celui qui serpente à flanc de montagne, celui qu'on parcourt difficilement car il monte et on a la croix grandeur nature à porter, celui qui nous fait entrer de plain pied dans la Passion...

Depuis ce jour-là, je vois d'un autre oeil les "petits" chemins de croix des églises. Après tout, on est là pour "apprendre à regarder", alors... merci David ! ;)

11. Le vendredi 10 septembre 2010, 23:12 par do

ben je m'appelle pas du tout Anne, mais j'ai une histoire très belle de Croix à Lourdes, avec un car de jeunes qu'on accompagnait! je vais pas vous la raconter, parce que ça serait compliqué, mais oui, apparemment, il y a un truc, à Lourdes, avec la Croix.

12. Le samedi 11 septembre 2010, 10:30 par David(-Anne)

@tigreek anne: de nuit, avec les torches, il donne, ce chemin de croix. et puis il a une chouette dernière station qu'on oublie parfois chez nous.

@do (d'anne) les lycéens, avec leur foi qu'ils disent parfois chevrotante, en ont beaucoup à nous apprendre.

13. Le lundi 13 septembre 2010, 19:06 par henri

Je suis passé, cet été, en TGV par Lourdes au petit matin après une nuit compliquée, à cause de petits racailles poitevines qui avaient balancé des blogs de béton sur notre locomotive. Bref. J'ai vu, donc, le centre ville en contre jour, c'était superbe et arrivé ensuite dans la gare, j'ai vu une quantité de femmes en blanc qui poussaient des fauteuils. J'ai complètement halluciné. Il faut que j'y retourne et que je m'y arrête, surtout, car il y a des choses à faire en photos.
Je préfère le Bordeaux, en ce qui me concerne, un petit Pauillac, par exemple ;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top