Aller à la recherche

Sa Sainteté le Pape Ossible I

Dans un voyage en absurdie
que je fais lorsque je m'ennuie
j'ai imaginé au hasard
qu'un matin je coiffais la tiare
que je vivais l'étrange étape
d'être un pape

imagepape des années 80
mais pape qui canonis' des saints
ayant réussi l'amalgame
de l'autorité et du charme
d'un mot il vir’le communisme
d'un autre plant'le capitalisme
il fait flores dans les medias
rassemble les jeunes en très gros tas

pontife des années 2000,
en théologien indocile
menant la vie dure aux médias,
à force de rester très droit,
en encycliqu’, pro charité
et dans l’Eglis’ en vérité
osant l’défi d’la communion,
et dla vérité même au fond…

paape, être un paape…

mais faut le dire je n’serai pas pape,
j’aime trop coller au quotidien,
agir petit, parler aux gens,
et les aimer quotidiennement,
je ne suis pas assez costaud
pour prendre les coups, garder mes mots,
et surtout il me faut l’avouer,
la soutane me fait pas triper.

dring. réveil. ouf.

Je ne connais pas tant (car j’en connais, certes) de prêtres qui désirent être évêque, ou pape. Il y a dans la figure du prêtre une proximité, un accompagnement, un quotidien, qui nous lie au peuple que l’évêque nous confie. En outre, nous sommes membres d’un corps, sacerdotal, quand l’exercice de la responsabilité pastorale apostolique se vit finalement beaucoup plus solitairement… J’aime pianoter des idées simples sur mon clavier sans être montré du pérepiscope vengeur, j’aime célébrer sans fête sans n’être que de tous les grands raouts, j’aime vivre au quotidien, prêcher, célébrer, accompagner, pour ne jamais désirer accompagner ceux qui le font. Leur tâche est rude, je ne leur envie pas. Mais, c’est probablement dans la même logique du oui que j’ai prononcé qu’ils ont eux aussi accepté. Plus tu acceptes de responsabilités, plus les mécontents savent montrer les dents. Qu’on me donne une vie simple, pour répondre, depuis ma sombre campagne, avec ceux qui me sont donnés, au bel appel de Sainteté.

en plus, c’est définitif je déteste Sardou.

Commentaires

1. Le lundi 1 novembre 2010, 21:20 par David

OOOOUuuuuuch, j'avais même pas vu qu'il existait une version 2010 par Sardou himself montant au ciel. ouch, ouch, ouch. et ça fait boum, boum... moi j'avais la version eighties en vague mémoire.

2. Le lundi 1 novembre 2010, 21:28 par David

je vous promets, je l'ai pas réécoutée avant. mais après. ARRRRGL.

allez, allez, souffrez, c'est pour la bonne cause:
la version d'origine, c'est douloureux:
http://www.youtube.com/watch?v=eWJw...

la version 2010, on souffre, mais plus: http://www.youtube.com/watch?v=EF-J... ouch ouch

3. Le lundi 1 novembre 2010, 21:41 par Zabou

J'kiffe le remix 2010 (euh non pas en fait, ouch, ça fait très mal).

Bon ta version, tu nous l'enregistres quand ?

4. Le lundi 1 novembre 2010, 22:28 par Shakti

Tout simplement super... !

5. Le lundi 1 novembre 2010, 22:58 par Une lectrice de + de 45 ans ...

Pas touche à Sardou !!!! C'est ma jeunesse....moi j'aime bien ... C'est quand même pas Frédéric François ...Je vous comprend pour la soutane, mais les godasses elles ont l'air confo...

6. Le mardi 2 novembre 2010, 09:37 par David
Claire, vu votre anglophilie avérée et votre enthousiasme midinettique pour le chanteur au sourire, vous aviez dû me détester pour ce billet là, il y a longtemps, non? J'y partageais avec François Morel mon amour pour the french famous poet Mickael Sardou, "if the ricans was not coming here, we will all be in Germany": http://davidlerouge.fr/index.php?post/2010/05/16/in-English-%21
7. Le mardi 2 novembre 2010, 11:10 par Une lectrice de + de 45 ans ...

C'est vrai, je vous ai ménagé alors, mais l'attaque était moins frontale...Quand # 1 chante au concours de chant de son école "vent de folie", au final Sardou apparait comme un grand poète....

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top