Aller à la recherche

Emerger des brumes, quérir le soleil

IMG_8731

Adolescent, jeune, épris de prière, je regardais sans envie les heures des moines, qui n’avaient dans leurs “trois huit” consacrées aucun instant livré à l’oraison. Comme si, tout à l’office, au travail, à la communauté, ils n’avaient plus de seconde à se taire, être là, boire au silence de Dieu, en silence, posé. Au lieu du silence, de la lecture, sainte certes, mais... 

Parfois aujourd’hui je cours, parfois moins, parfois surtout j’oublie de Lui ouvrir mes heures, même de grand matin, embrumé de sommeil, et pourtant reste toujours le désir d’être présent à Sa présence. Jeune adulte, prêtre, en orée de carême, je regarde maintenant avec envie les heures des moines qui usent leurs yeux aux signes des temps parlants, des lectures en lectio, des instants en silence. 

Pour un moine, l’oraison, la lectio, ce ne sont pas des minutes, ce sont des ouvertures élargissant chaque activité de Sa présence.

Faire de sa prière une lectio divina de vie…

ou encore, comme un projet de carême, tomber par hasard sur des vers d’Hugo, et repenser à tout cela... 

Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin,
Qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin,
Se réveille, l'esprit rempli de rêverie,
Et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie !
A mesure qu'il lit, le jour vient lentement
Et se fait dans son âme ainsi qu'au firmament.
Il voit distinctement, à cette clarté blême,
Des choses dans sa chambre et d'autres en lui-même ;
Tout dort dans la maison; il est seul, il le croit ;
Et, cependant, fermant leur bouche de leur doigt,
Derrière lui, tandis que l'extase l'enivre,
Les anges souriants se penchent sur son livre.

Commentaires

1. Le dimanche 20 mars 2011, 17:09 par Corine

Heureux l'homme qui puise encore dans la poésie pour "contempler" sa vie.

2. Le lundi 21 mars 2011, 15:24 par Nitt

Ce poème est magnifique ! Merci beaucoup pour cette découverte David !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top