Aller à la recherche

crispé sur le bord de lui-même

dans la résistance des jours en leur succession, se déploient ou nécrosent tant d’idées, paroles, gestes et fidélités qui sont d’un hier aspiré d’avenir, ou d’un demain griffé de passé.

le carême m'apprend la grâce, gratuite, imméritée, s'inscrivant dans la chair, lui donnant d'espérer

appelant le pas d’après qu’on ne peut retenir… où Dieu m’attend, plus encore qu’avant

« Un homme était penché sur sa genèse.
La vie roulait partout vers son estuaire triste,
Les abîmes du ciel paraissaient bien taris,
Ceux des fonds de la chair ne rendaient que le vide
à qui cherchaient en eux un signe de l’Esprit :
L’homme restait crispé sur le bord de lui-même. »

Paul en Turquie 2e jour_45

« Je suis le versant de la vie secrète
Qui en vieillissant sait s’en rapprocher,
Mais qui dès l’enfance en disait la fête »

Patrice de la Tour du Pin,
dans ses poèmes choisis,
recueillis par FX Maigre

Commentaires

1. Le mercredi 13 avril 2011, 19:40 par Corine

La carême m'apprend la patience du présent.
C'est agréable de retrouver tes mots, même si tes fantaisies et autres jolies bulles étaient un plaisir à lire et à regarder...

2. Le mercredi 13 avril 2011, 19:54 par David

je ne suis pas sûr d'être plus moi ou vrai dans les textes bizarres et éthérés que dans mes blagues, corine, mais ce texte m'est tombé dessus, il convenait de lui ouvrir l'espace.

3. Le mercredi 13 avril 2011, 20:02 par Corine

Et c'est bien ce qui fait notre richesse, cette diversité de visages.Il y a sans doute un peu de "vrai" dans chacun...mais il n'empêche que ce sont les mots que je préfère ;-)

4. Le mercredi 13 avril 2011, 21:26 par do

HA! vous êtes donc deux, dans ce blog!
un "gros père" qui blague et un jeune bisounours qui délire grave.
vous voilà enfin démasqués.

à moins que... ça pourrait aussi bien être un seul un peu schizo.

ça fait rien, je vous aime bien tous les trois.
...même si vous critiquez un peu les gens crispés au bord d'eux mêmes.

  • sigh*
5. Le mercredi 13 avril 2011, 21:35 par David

je les critique pas, je les suis // nous les sommes // je les sommes ?
"gros père", vous avouerez que le surnom est joliment trouvé, non? mais pas super réaliste, do.

6. Le mercredi 13 avril 2011, 21:36 par David

et puis en fait, c'est Patrice de la Tour du Pin qui nous gratte, aujourd'hui.

7. Le jeudi 14 avril 2011, 13:11 par Else ( Brigitte Papleux)

Très beau texte . Je vais le recopier . ( à la main, dans un carnet .) Br P.

PS: j'aimerais bien mettre votre blog en lien sur le mien, mais je n'y arrive pas ...

8. Le jeudi 14 avril 2011, 15:04 par Nitt

Joli, très joli, et dire que ça fait des années que mon grand frère lit Patrice de la Tour du Pin et c'est toi qui me fait en-fin lire quelques lignes de ce poète...
Merci.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top