Aller à la recherche

l'absence et la béance

Blogdavidlerouge-180

Il est monté au ciel et nous laisse comme orphelins.

Il y a tant à regretter, il y aurait eu tant encore à partager, et dire, et se réjouir…
Ce qui était important, construit, équilibré a disparu. Celui qui était notre ami est parti.
Il a beau l’avoir annoncé, nous en avoir donné le sens, il y a comme un vide, une béance, un verre à moitié vide…

Sans lui, comment faire, comment dire, comment être ? Le vide appelle-t-il le rien ? la béance appelle-t-elle le découragement ? Jamais nous n’avons appris à faire autrement, à nous construire autour de sa présence non à nos côtés, mais auprès du Père.

Car le Christ est monté aux cieux, nous donnant l’Esprit. Le P. Gérard Niobey [1] ne siffle plus, il est mort, il est auprès du Père... Sans parler de notre foi et notre Eglise qui semblent parfois malmenées, défigurées, blessées.

L’interstice ouvert par l’absence de l’autre aimé, et du Christ, nous appelle à prendre part à la promesse, de manière sans doute nouvelle, inédite, audacieuse. L’Esprit est donné pour discerner, agir, et croire que dans ce vide, dans ce manque, dans cet appel d’air, notre réponse de chrétien adulte est appelée ; et le seul péché qui reste est celui contre l’Esprit…  notre foi est construction d’un monde sauvé et porté par la promesse de Dieu, habitée par l’Esprit. Osons croire que Dieu ne cesse de sauver, surtout au creux de nos blessures… et construire.

billet France Bleu dimanche 5 juin 2011

Notes :

[1] un des prêtres retirés de notre paroisse, inhumé mardi, ça remet les idées en place, et interroge à la fois...  

Commentaires

1. Le jeudi 2 juin 2011, 22:52 par David

première page du blog qui bugue, je ne sais pas pourquoi, peut être pour avoir recasé un article écrit pour ailleurs.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top