Aller à la recherche

pipotron

L’inconvénient des mariages, c’est qu’après une nuit trop courte sous une toile de tente trop légère, on se lève chiffonné sans bien savoir où on ira à la messe locale. Au pif, ou vaguement aidé par un messeinfos sans géolocalisation afférente, on arrive hyper juste à une messe inconnue. Ce dimanche là, je l’avais devinée aux voitures se garant précipitamment sur un parking à 10h28, tandis que les occupants s’en extrayaient sans délai. Je suivis alors le mouvement et me retrouvais dans la nef pendant le chant d’entrée. La paroisse était rurale, et le curé, de loin, sympathique.

Mais en entendant son mot d’accueil je me suis inquiété. Je m’ennuyais, n’écoutant pas bien, et sûr de ne rien rater, en fait. Etais-je capable moi aussi de logorrhée xyloglossique à base de variations qui disent pas grand chose? Avait-on installé dans la tête de tous les curés un pipotron liturgique de variantes sur un thème ressassé. En creusant, un peu, j’ai réalisé que, moi aussi, je devais sûrement composer mes intros sur cette base… et que ça ressemblait furieusement à un remplissage insipide…

testez pour voir mon pipotron ecclésiastique maison; (et vous avez le droit de proposer des lignes supplémentaires… (attention, il faut que la variante entre dans le style et le schéma)… ou alors dénoncez les phrases types que vous entendez trop)

a.

si nous sommes réunis par Dieu ce matin, c’est
Dieu nous accueille en ce dimanche
Nous avons répondu aujourd’hui à l’appel du Seigneur
Vous êtes venus nombreux aujourd’hui dans cette église, conviés par le Seigneur,

 

b.

pour
afin de
dans le but de

 

c.

célébrer son amour pour nous
implorer sa miséricorde
entrer dans l’action de grâce
déposer en sa Présence nos prières
faire Eglise ensemble
renouveler le Sacrifice d’action de grâce
le Louer
nous retrouver en communauté chrétienne

 

d.

en toute humilité.
dans la joie.
plongés dans la Grâce.
avec ferveur.
tout simplement.
dans le silence et la paix.
dans la louange et l’allégresse.
“riche de nos différences”

 

e.

comme il nous le sera dit dans les lectures
en communion avec les chrétiens du monde entier
dans la grande tradition de l’Eglise
suivant le thème du Secours catholique cette année
comme chaque dimanche
suivant les intentions du St Père

 

f.

reconnaissons notre péché
demandons pardon
regardons nos vies à sa lumière
entrons dans la célébration
reconnaissons-nous pécheurs
répondons à l’appel au repentir
“Accueillons la Bonne Nouvelle du salut opéré par le Christ”

 

g.

en disant
en silence
en chantant
en priant

 

une mise en oeuvre, toute simple, est là (clique et copie colle sur ton prochain programme de messe le texte aléatoire généré sous java)

Le jeu est rude… car même en préparant ce petit mot qui se révèle parfois presque aussi long qu’une homélie, on court souvent le risque, l’eucharistie étant quotidienne, de ne pas dire grand-chose, en le disant quand même.

Heureusement, comme pour tous les sacrements, ou les temps de prière, que nous ne sommes que serviteurs d’un mystère qui, lui, réellement agit à l’intérieur… C’est d’ailleurs là le secret, serviteurs du Mystère qui nous dépasse et nous élève, dans les mots, mais bien au delà.

Commentaires

1. Le vendredi 30 septembre 2011, 15:18 par David

et je suis même prêt à rajouter vos propositions dans le billet!

2. Le vendredi 30 septembre 2011, 15:28 par Pas7

en F. moi je dis "Accueillons la Bonne Nouvelle du salut opéré par le Christ"
Oui, c'est pompeux !

3. Le vendredi 30 septembre 2011, 15:59 par jean duma

Padre, on sourirait, si le sujet n'était pas un poil à côté.
Le sujet est en effet moins les mots, qui demeurent forts beaux si on reste honnête, mais plus le feu qui y réside, et là, ce n'est pas le pipotron mais l'exctintotron dont il aurait fallu parler. Les mots ont l'étrange pouvoir de véhiculer l'Invisible et c'est du feu de celui-là dont vos petits lendemains de noces souffrent. Cf Emmaus : c'est le feu intérieur qui absorbe les mots et non l'inverse.
Bref, un peu donneur de leçon, mais difficile d'avaler un pipotron avec "plongés dans la Grâce" qui mérite une vie entière !

4. Le vendredi 30 septembre 2011, 16:11 par David

@jean duma: je me garderais bien de juger du feu de ce prêtre, et je sais que certains matins, je suis moi même un peu moins "dedans" (souci, mal dormi, nouvelle qui travaille, bonne ou mauvaise) et j'ai simplement réalisé que cette intro peut devenir un joli tunnel de "rien dire". En évoquant cette intro, je pense aussi à ceux qui "écoutent" la messe pour y apprendre qqch, les mêmes qui au bout de trois ans se demandent pourquoi revenir puisqu'on a déjà tout entendu au moins une fois.
c'est un peu dangereux aussi de décoller le fond (brûlé, brûlant, irradié) et la forme. Ils sont appelés à être liés.
le vide et le répétitif de l'un pouvant se révéler signe de la question de l'autre.

pour ce qui est "plongé dans la grâce"... je crois qu'on ne fait pas plus langue de bois que les jolies "expressions" qu'on répète à loisir. "union de prière".

et pour ce qui est de juger. C'est ma propre prise de parole que je juge avant tout.

5. Le vendredi 30 septembre 2011, 16:19 par Claire

Dieu nous accueille en ce dimanche
pour
faire Eglise ensemble
avec ferveur (faut-il joindre les mains ?)
RICHES DE NOS DIFFERENCES
entrons dans la célébration
…introduction de l'aspersion -très vigoureuse.. L'aspersion qui détrempe la feuille de messe, qui nous fait coller au voisin, surtout si on porte des lunettes...

Ne soyez pas trop dur avec vous-même...nous ne sommes pas toujours de bons terrains pour recevoir la Parole !!!
En tous cas merci pour cet exercice ;-)

6. Le vendredi 30 septembre 2011, 16:55 par Patrice de Saint Stéban

"messeinfos sans géolocalisation afférente"
Comment ça ? Messesinfo ne fait pas de géolocalisation ?
C'est disponible sur la nouvelle version http://egliseinfo.catholique.fr et sur les applications mobiles Android et IPhone.
Certes, ce n'est pas parfait, beaucoup d'églises sont mal localisé (elles n'ont pas donnée leur adresse, ou alors d'adresse du presbytère) et l'interface n'est pas encore très finalisé, mais nous y travaillons progressivement.

7. Le vendredi 30 septembre 2011, 16:59 par François

ça fait mal ... quand ça tape si juste ...

8. Le vendredi 30 septembre 2011, 17:09 par David

@François: on passe tous un jour ou l'autre par ces questions...

@Patrice de Saint Stéban: oups. c'est plutôt moi qui n'était pas super géolocalisé et mon téléphone ne permet pas franchement de transformer un horaire de messe en choix de "mézutcéquelleparoisselaplusproche?" OK. Beau réseau et beau travail pour vous. (PS: vous avez une alerte google sur messeinfo ou quoi?)

@Claire: rajouté. parce que VRAIMENT excellent cet ajout!

9. Le vendredi 30 septembre 2011, 18:22 par s.u.Père François

Déjà que pas mal de frères prêtres et moi-même étions surveillés depuis la bingomélie de notre ami Edmond ( http://edmondprochain.wordpress.com... ), si maintenant en plus, il nous faut faire attention aux mots d'accueil à cause de ton pipotron... ça va plus !
On fait quoi maintenant : on sort une blague pour le mot d'accueil, les marionnettes pour l'homélie... et, pour l'envoi : une valse avec Mme Lelongbec l'animatrice de chant ???

10. Le vendredi 30 septembre 2011, 18:28 par David

ni langue de bois, ni paillettes. de la justesse. non?
avant l'envoi, tu as l'exercice de style des annonces. ça se visite!
et pour l'envoi: "à tous, Bon dimanche et bonne semaine".

pour la Bingomélie, c'était vraiment un hommage, mon pipotron

11. Le vendredi 30 septembre 2011, 18:34 par Patrice

@David Il y a pas de mal, on communique pas beaucoup sur le projet, c'est pour cela que c'est pas assez diffusé ! Et on continue à y travailler !
Sinon, j'ai pas d'alerte google, je suis juste votre blog ;-)

12. Le vendredi 30 septembre 2011, 19:45 par David

en quelques minutes, les amis, voilà la génération spontanée... amis prêtres, surtout, évitez de copier coller (nécessite un moteur java)

http://www.charabia.net/gen/gendisp...

13. Le vendredi 30 septembre 2011, 21:00 par cybersister

Venant d'un prêtre c'est sympa, et la concentration des expressions fait son effet. Je trouve ça plutôt amusant. On s'y retrouve.
@ s.u. Père François 1) Faut pas prendre la mouche et 2) tu es prié de respecter l'animatrice de chant ;-)

14. Le vendredi 30 septembre 2011, 22:41 par Claire

Dites, vous ne voulez faire la même chose pour les intentions de prière universelle...Là aussi il peut y avoir un certain manque d'inspiration....et là nous laïcs nous ne sommes pas assez ou trop créatifs...

15. Le vendredi 30 septembre 2011, 23:38 par s.u.Père François

@cybersister
1 - je ne prends pas la mouche, ce n'était que de l'humour (sarcasme quand tu nous tiens !!) :-D
2 - Et c'est pas parce que je danserais avec Mme Lelongbec que je ne la respecte pas... au contraire je suis sûr qu'elle serait ravie de faire quelques pas de valse avec moi sur 'Voici le corps & le sang du Seigneur,..."
3 - De toute façon, mot d'accueil et homélie, combien de paroissien(ne)s (religieuses inclues ;-) ) sont véritablement attentifs ? Je crois qu'on pourrait dire n'importe quoi que la plupart ne s'en apercevrait pas... #ennui & #surdité ex : "En ce dimanche de la sécurité routière, nous serons particulièrement attentifs aux lectures de ce dimanche sur la Vigne, car le Seigneur nous devance toujours sur les chemins de conversion. Aussi, accueillons sa miséricorde." Tiens, je devrais essayer !!

16. Le vendredi 30 septembre 2011, 23:42 par Isabelle

@ s.u.Père François et aux autres prêtres: je serais curieuse de voir (ou d'entendre) ça... Il paraît qu'il y a des présentateurs télé ou des journalistes qui s'amusent à ça...
;-)

17. Le samedi 1 octobre 2011, 07:22 par cybersister

@ s.u.Père François : on verra ça le 18 janvier (c'est pas dimanche mais c'est pareil) ;-)

18. Le samedi 1 octobre 2011, 09:02 par yayon

héhéhé tiens j'vais voir comment il commence mon curé ;) ce WE c'est la rentrée paroissial, je suis de perm' photo on va rigoler ;)

remarque mon curé il est très joueur, souvent en semaine dans son homélie il fait le lien avec la phrase d'ouverture pour voir si on a suivi ou pas dès le début et pas juste au moment des lectures. Du coup avant son homélie il nous fait une petite interro surprise qui m'a rendu vachement plus attentive d'ailleurs ;) un jour j'vais lui faire une bingomélie ça l'apprendra ;).

En tout cas j'aime vraiment ce regard plein d'humour qui pointe quand même du doigt un "tunnel" réel pas facile d'accrocher les wagons dès le début des fois... même pour vous. vous restez des hommes (ouahhh la révélation du samedi matin!).

merci David pour ce sourire du matin!

19. Le samedi 1 octobre 2011, 09:20 par Claire

@s.u.Père François : c'est vrai que nous ne sommes pas toujours attentifs...mais d'avoir entendu dimanche dernier :" Comme cette année les vendanges sont en avance, nous avons ce dimanche des lectures sur la vigne" m'a sortie de mes distractions... Dans l'hémisphère sud, o, leur dit quoi ?

20. Le samedi 1 octobre 2011, 09:45 par David

@Claire: le pire, c'est quand personne ne suit, ça rend le propos encore plus compliqué...

@Yayon: ne fliquez pas vos curés, hein. Parce que c'est un art subtil de présider... rappelle-toi, j'en avais parlé là: http://davidlerouge.fr/index.php?po... ou tout simplement sur ce mot clé là: http://davidlerouge.fr/index.php?q=...

21. Le samedi 1 octobre 2011, 12:33 par yayon

@david=> rassure toi moi ce que je savoure surtout c'est la façon dont Dieu sait me parler pour arriver à chaque jour apprendre à m'immerger un peu plus dans ce sacrement magnifique qu'est la messe. Et par cette présence un peu plus "réelle" dans toute la liturgie, soutenir et aimer encore plus "mes" prêtres ^^. Prier pour eux, pour cet art subtil et cette grâce magnifique mais parfois pour vous sans doute exercice de haute voltige! Merci de le tenter pour nous ;)

et mon curé a assez d'humour pourrait être le premier à jouer à une bingomélie avec un confrère et d'ailleurs je vais lui envoyer un lien vers ton billet il va beaucoup aimer! ^^

22. Le samedi 1 octobre 2011, 20:45 par Archange carré

Mais heureusement qu'il n'y a pas de surprises dans le mot d'accueil !!
La liturgie n'est-elle pas faite de répétitions ? La liturgie n'est-elle pas l'art de faire-mémoire ? et pour faire-mémoire, on a besoin de rites, on a besoin de répéter la même chose inlassablement.
S'il fallait être surpris à chaque mot d'accueil, s'il fallait risquer la crise cardiaque à chaque mot d'accueil, s'il fallait être décontenancé à chaque mot d'accueil, on serait perdu dans la liturgie, perturbé dans nos petits rites.
Ce n'est pas facile d'être invités à la table du Seigneur (et de répondre à Son invitation), alors on aime bien être rassurés en arrivant (surtout qu'on ne vit malheureusement pas dans un monde de bisounours).

Quand tu rencontres quelqu'un, tu lui dis : « Bonjour ! ». Pas la peine de réinventer le monde pour trouver une formule originale à chaque fois (je t'autorise le « Bonsoir ! » passé une certaine heure).

Post-scriptum 1 : je fais les mises à jour des horaires sur Messes info pour ma paroisse, donc je ne t'autorises pas à dénigrer ce super service. Question au passage à tous les prêtres qui liront ceci : avez-vous quelqu'un dans votre (ou vos) paroisse(s) qui assure ce service de mise à jour des horaires sur Messes info ? Pourriez-vous trouver quelqu'un à qui confier cette mission ? (parce que ça m'est arrivé de me casser le nez sur une porte d'église close à un horaire annoncé et géolocalisé sur Messes info, suite à une mauvaise gestion de la mise à jour par la paroisse)

Post-scriptum 2 : @ s.u.Père François, ce dimanche, c'est le dimanche d'ouverture au judaïsme ! Cela donne quelque chose d'encore plus déconcertant : « En ce dimanche d'ouverture au judaïsme, nous serons particulièrement attentifs aux lectures de ce dimanche sur la Vigne, car le Seigneur nous devance toujours sur les chemins de conversion. Aussi, accueillons sa miséricorde. »

Post-scriptum 3 : @ Claire : pour les PU, pas la peine de réinventer l'eau chaude, alors que le Missel Romain a déjà inventé le fil à couper le beurre (je me suis emmêlé quelque part) : dans le petit missel d'autel carré : propositions d'invitation et de conclusions pages 405 à 408, et des séries d'intentions sont proposées pages 457 à 467 (10 pages de PU : y'a le choix ! quand on manque d'inspiration)
On peut aussi s'inspirer de la longue PU du Vendredi Saint.
On peut aussi puiser dans les intentions du Saint-Père qui paraissent chaque mois (une intention générale, et une intention missionnaire). Pour les avoir facilement, inscrivez-vous au bulletin du VIS sur http://mlists.vatican.va/mailman/li... (j'aime bien inciter au VIS).

Bon, j'ai déjà été trop long (presqu'autant qu'une homélie), et si je continue, autant lancer mon propre blog. Merci à ceux qui m'auront lu jusqu'au bout !

23. Le dimanche 2 octobre 2011, 15:21 par C.S. Indhal

Prêtre, c'est comme prof : parfois, il faut (re)-prendre place sur les bancs, pour s'interroger sur sa propre pratique "en chaire" (et en os, aussi, probablement…)
Question intéressante : est-ce que le Christ savait toujours à l'avance ce qu'il allait raconter dans ses paraboles ? Est-ce qu'il n'a pas aussi un peu toujours répété les mêmes choses ? Et… et… pousserai-je l'irrévérence jusqu'à me demander s'il aurait été Dieu possible qu'un disciple se soit un jour amusé à jouer au "Bingomélie" en écoutant son maître ? ^^

24. Le dimanche 2 octobre 2011, 16:41 par David

@CS: ça m'étonne que vous n'ayez pas souvenir des disciples selon Edmond Prochain. ;)  Mais oui, il faut parfois réinterroger les pratiques 

@archange: s'il n'était question que "d'administrer" des sacrements, on pourrait éventuellement convenir de l'application "du petit missel carré". Sauf que c'est plus complexe que ça, surtout au quotidien après des années. Essayez pour voir de répéter deux mille fois "l'abeille coule". La consigne a beau être simple, on peut finir par mal le dire. D'où mon questionnement sur ce mot d'accueil. Point de nécessité de faire merveilleux, ou original, mais de ne pas s'affadir en variant toujours sur des mêmes mots. Ce qui serait inquiétant. Sinon, je ne suis franchement pas d'accord sur l'idée qu'il ne faille prendre que le missel comme seule référence. je célèbre chaque jour avec ses mots, avec joie. mais cela continue de me poser des questions dans l'art de célébrer. Certes, on célèbre le Seigneur, mais en s'ajustant, en se faisant "juste" avec la communauté qui célèbre. ça parait peut être con mais on ne célèbre pas de la même manière avec une communauté de carmélites et un groupe de collégiens, avec les paroissiens de chaque matin, ou avec les paroissiens du dimanche, à Paris comme à Cherbourg. Si vous ne me croyez pas, relisez tout ce blog, ça reste une question récurrente pour moi. Et d'ailleurs, le  missel lui même nous invite à ces mots "personnalisés". 

Sinon, c'est gentil à vous de dire à Claire comment recopier une prière universelle du missel... mais ça pourrait paraître un peu désagréable que vous supputiez qu'elle ne le susse pas. D'autres l'ont lu, voire étudié, et pour autant peuvent garder ce souci d'être juste et ajusté. laissez lui la possibilité de faire une allusion sur un exercice de style qui pourrait parfois tourner à vide.
Que vous ayez la maturité spirituelle de prendre le rite dans sa rugosité n'implique pas que tous puissent le faire. 

ah oui, enfin, je me passe allègrement de vos autorisations pour faire des vannes. Mais alors allègrement. (et éventuellement n'oubliez pas de lire les comms au-dessus, vous verriez que j'ai répondu à qui de droit sur ce sujet. 

25. Le dimanche 2 octobre 2011, 22:17 par Claire

@ archange : Je sais lire et même faire des copiés/collés ;-) Comme l'a dit très justement David, après avoir lu et discuté des textes, nous essayons avec nos limites, de rédiger des intentions de prière qui puissent être comprises par tous et qui aient un lien entre elles souvent, les lectures. En général, c'est souvent un mix de plusieurs sources : fiches de Saint-Brieuc, Prions en Eglise etc... Il arrive parfois, que voulant bien faire, on tombe à côté...on "pipotise", ou le trait de génie que l'on a eu lors de la rédaction nous abandonne lâchement le dimanche : mais qu'a-t-on voulu dire ?
Les formules préparées ne me parlent pas toujours, ou pas de la même manière que les textes...et je trouverai dommage d'en rester à une proposition faite, fusse ,d'éminences.

26. Le lundi 3 octobre 2011, 03:40 par Archange carré

@ David et Claire : c'est fou comme vous m'avez lu trop vite, compris de travers, et fait dire ce que je n'ai pas dit.

Jamais je n'ai dit qu'il fallait prendre le seul missel d'autel comme référence (rien ne m'horripile plus en liturgie que les rubricistes forcenés), j'en ai même proposées plusieurs ! (et je n'ai pas cité PeE, Magnificat ou les fiches dominicales — qui ne sont plus de Saint-Brieuc depuis de nombreuses années —, car je me doute que Claire les connaît si elle a l'habitude de rédiger des intentions de PU et ça pourrait paraître un peu désagréable que je suppute qu'elle ne les connusse pas, et je me suis donc limité à d'autres sources, moins souvent utilisées à ma connaissance, et parfois ignorées par des prêtres, même dans des équipes diocésaines de liturgie).

Jamais je n'ai dit qu'il fallait copier/coller le missel : ce sont des propositions ! des sources d'inspiration quand on en manque ! (« proposition », « inspiration », « puiser » sont des mots que j'ai pourtant utilisés dans mon précédent commentaire). Jamais je n'ai dit qu'il fallait prendre les propositions toutes faites telles qu'elles sont rédigées, sans les retravailler.

Jamais je n'ai prétendu que j'arrivais à tous les coups à être juste et ajusté.
Jamais je n'ai prétendu réussir à tous les coups le difficile exercice de style de rédaction d'intentions de prière universelle, qui pourrait parfois tourner à vide.
Jamais je n'ai prétendu avoir la maturité spirituelle de prendre le rite dans sa rugosité.

@ David : Ça pourrait paraître un peu désagréable que vous supputiez que je ne susse pas qu'on ne célèbre pas de la même manière avec une communauté de carmélites et un groupe de collégiens, avec les paroissiens de chaque matin, ou avec les paroissiens du dimanche, à Paris comme à Cherbourg. (j'ai déjà pratiqué tous les cas cités, sauf Cherbourg, et dans mes exemples, j'aurais mis « dans la crypte de la basilique de Vézelay avec une quarantaine de lycéens et collégiens épuisés par 4 jours de marche sur les routes de Saint-Jacques » et « avec 22 têtes mitrées — dont un nonce apostolique et un cardinal-archevêque — et quelques milliers de paroissiens du diocèse pour l'installation d'un nouvel évêque en sa cathédrale »).

@ David (encore) : oui, j'ai bien lu les échanges qui précèdent sur Messes Info (« j'apprends à regarder » aussi les commentaires précédents, et ça pourrait paraître un peu désagréable que vous supputiez que je ne les lusse pas).

Je ne peux pas faire de l'humour moi aussi ? (dès que l'acte de contrition sera avalisé par la commission sacramentelle du Vatican, je t'envoie un exemplaire rempli par mes soins pour te demander pardon pour mon précédent commentaire que tu as apparemment mal pris alors que ce n'était pas mon but)

Ah c'est vrai, j'oubliais... JAMAIS dans tes billets, tu n'exagères ;-)

27. Le lundi 3 octobre 2011, 07:31 par Claire

Tout comme pour les intentions de prière, rédiger un commentaire reste un art délicat ;-) !!!

28. Le lundi 3 octobre 2011, 17:43 par Nitt

Quand j'ai appris à devenir prof, j'ai fait un bilan-mémoire sur la routine de classe. Sur ces petites choses qui reviennent toujours. Le jury n'a pas trop apprécié que j'utilise le mot routine, trop péjoratif d'après lui. J'aurais dû choisir le mot rituel, qui, parce que plus religieux et donc porteur d'une dimension sacrée, permettait de mettre en valeur un truc, que j'ai moi-même montré dans mon mini-mémoire : ces petites phrases que l'on entend toujours, ces manières de faire de tel enseignant (et donc, j'élargis aux prêtres, car je connaissais bien les habitudes de ceux de ma paroisse à Paris, et j'aimais cela) nous rassurent en nous montrant que nous sommes bien dans le cadre que nous connaissons.
Bien sûr, parfois il y a un peu de vide derrière, parce que la répétition se fait sentir, autant pour celui qui la dit que pour ceux qui l'écoutent.



Mais le jour où un changement brusque se produit, c'est à ces petites phrases "trop entendues" qu'on se raccroche.
Et c'est l'ancienne expatriée en messe chinoise qui te le dit.

29. Le mercredi 5 octobre 2011, 13:12 par Axolotl

Merci pour votre blog.
Merci pour cet exercice pipotronesque, qui me fera écouter le mot d'accueil d'une autre oreille, dorénavant.

Pour l'envoi final, ce petit souvenir d'une veillée pascale qui s'était achevée par un très chaleureux "... et Joyeux Noël à tous !!"... devenu par la suite, un "runnning gag" annuel avec le prêtre !!! Et longtemps après, j'y pense encore, chaque année, lorsque s'achève cette veillée.

30. Le mardi 13 décembre 2011, 21:01 par alex

Le pipo, l'Esprit peut en fait des trésors pour l'âme pourvu qu'un peu de sainteté soit dans le coeur du pipoteur.

31. Le mardi 13 décembre 2011, 23:11 par David

et même quand la sainteté n'y est pas, certains matins (cf comm 4) l'Esprit sait se saisir des moindres choses. On n'est pas toujours aussi "là" qu'on le voudrait. On risque parfois de faire fondre la forme, et le fond avec. amicalement.

32. Le mercredi 14 décembre 2011, 22:10 par alex

c'est bien compréhensible de ne pas toujours pouvoir être "là." Ste Thérèse s'endormait pendant les récitations du chapelet. Elle est Dr. de l'Eglise. Je ne crois pas avoir très bien saisi votre image du fond et de la forme et de la fonte de l'un ou de l'autre.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top