Aller à la recherche

hier, à cette place

252181_264242390257423_100000149925822_1234909_5574637_n

Petit internaute, n’oublie pas, chaque fois que tu télécharges un film, tu dépouilles un artiste en herbe qui meurt de faim.

Petit voyageur, n’oublie pas, chaque fois que tu as eu de la compassion, voire un peu de solidarité pour le voisin qui n’a pas composté, tu as ruiné la SNCF. En revanche, quand tu es assis par terre, billet composté, et avec ton avion parti sans toi à cause du retard ou de la grève, tu peux toujours te brosser, c’est normal.

Voyageant, innocent et muni de mon billet, éberlué, j’ai lu ce panonceau, transparent, sur la vitre à côté. En fait, je crois que j’ai halluciné. En me promettant un confort pas si nécessaire, ou qui pourrait être une proposition commerciale normale, on me demande non pas de dénoncer, mais de me désolidariser, ou culpabiliser. J’ai rarement grugé, ou je ne me souviens pas, et il me semble normal de payer, même si cher, pour voyager.

Certains tarifs relèvent du luxe, et si je devais manifester une solidarité, ce serait peut être pour le contrôleur mal reçu, tenu au chiffre, mais aussi pour le jeune sans sou, l’honnête qui n’a pas composté, le resquilleur sans moyens, mais pour les comptes de ta société SNCF, que couic…

Alors solliciter ma compréhension, et l’acheter en me promettant un confort, pour préférer la régie à mon prochain, ça produit l’effet contraire. SNCF mon ex-amie, peu me chaut l’indicateur automatique, la prise de courant pourtant pratique, je préfère la solidarité à ton racolage de bons sentiments. Rien que pour la forme, je serais tenté de gueuler.

Je vais donc reprendre ton panonceau qui pue, et l’appliquer à mon église pour rigoler, pour que tu voies que c’est pathétique, parce que des indésirables qui me rendent l’Eglise pas aussi purifiée que je serais tenté de la vouloir, je peux en trouver plein à virer moi aussi. Attention, SNCF, mon amie, j’utilise le même humour noir que le tien.

Blogdavidlerouge-3

 

Hier, à cette place, quelqu'un s’agenouillait sur
ce prie Dieu, et pas uniquement pendant la
consécration mais même jusqu’au per ipsum.
Il ne disait pas “Amen” mais “ainsi soit-il”, il
tiquait à l’annonce de l’ACAT, ou quand le curé
parlait de solidarité. Il ne tendait pas la main aux
petits pendant le Notre Père, ne lisait pas la
feuille de chou paroissiale.
Vous vous dites peut-être que ce n'est
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer
celle de votre Eglise. Car tous ces tradis à genoux
sont des esstrêmistes dont on peut se passer. C’est
autant de formatés[1] qui font passer l’Eglise pour une bande de réacs loin de l’Evangile… et la font être
différente de l’Eglise que vous rêveriez.

les tradis on a tous à y perdre 
C'est pourquoi le regard insultant agit.

 

Blogdavidlerouge-4

 

hier, à cette place, une maman s’asseyait sans
réussir à gérer les pleurs de son dernier, les
déplacements du 3e, et elle s’est fait légitimement
fusiller du regard par des gens, dérangés,
sachant mieux qu’elle comment
éduquer la marmaille.
Vous vous dites peut-être que ce n'est
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer
celle de votre Eglise. Car tous ces parents
incompétents dérangent la qualité de silence de
nos assemblées… et la prière peut être troublée

les enfants bruyants, on a tous à y perdre
C'est pourquoi le regard insultant agit
.

 

 

Blogdavidlerouge-0

 

hier, à cette place, un type s’était assis, pour
prier, avec sa nouvelle femme. Assis loin au fond
parce qu’il avait entendu qu’il n’avait pas le droit, qu’il
était divorcé remarié, que c’était pas bien qu’il
puisse à nouveau aimer. Il s’est aussi fait engueuler
parce qu’il était assis trop loin, il a entendu que tout
le monde était accueilli, sauf, concrètement, lui.
Vous vous dites peut-être que ce n'est
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer
celle de votre Eglise. Il n’avait qu’à rester dans les
clous, il était prévenu, personne ne l’a obligé à se
mettre en contradiction avec le droit canon. S’il n’est
pas content, personne ne le retient, il ne fait d’ailleurs
rien au quotidien dans l’Eglise.

les divorcés remariés on a tous à y perdre
C'est pourquoi le regard insultant agit.

Blogdavidlerouge-2

hier, à cette place un couple était assis
tout de blanc vêtue, on ne l’avait jamais vue
avant, et lui encore moins, et ils ont choisi
cette église, y conviant tous leurs invités
qui ont un peu fait le bordel. Le curé les
a tancés, ils n’ont aucune idée de ce qu’est
le denier.
 Vous vous dites peut-être que ce n'est pas si grave. Que ça ne va pas changer la face du monde. Et pourtant, ça pourrait changer celle de votre Eglise. Une Eglise
sans mous ni compromis sera plus fidèle au 
Christ, et vraie, pure et engagée. 

les infidèles consommateurs on a tous à y perdre
C'est pourquoi le regard insultant agit.

Blogdavidlerouge-0

 

Hier, à cette place, se tenait un SDF qui
dormait, aviné, pendant la messe, il n’a rien
donné à la quête, il a marmonné pendant
l’homélie, il puait la vinasse et inquiétait les
enfants. Quand on lui donne de l’argent, il
ne s’en sert pas pour manger mais pour picoler.
Dehors, à la porte, on lui donne la pièce
mais dedans, là, que faisait il, ronflant.
Vous vous dites peut-être que ce n'est
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer
celle de votre Eglise. Il n’avait qu’à rester dans les
dehors, c’était aussi bien. Car là, il faisait tache
et franchement, nous insupportait.

les pauvres, on a tous à y perdre
C'est pourquoi le regard insultant agit.

etc.

Notes :

[1] SNCF, mon amie, on fait dans le cliché, tu n'as pas oublié avant de t'agacer

Commentaires

1. Le lundi 17 octobre 2011, 15:00 par Goéland

"Des écrans d'information en temps réel dans cette voiture"... Mouais, c'est pas très convaincant comme argument.
La SNCF devrait mettre plutôt une phrase du genre "A cause de tous ces salauds de fraudeurs, cela fait aujourd'hui 47 jours que les toilettes de cette voiture n'ont pas été nettoyées. Si vous en croisez un, dites-lui merci !"
Merci en tout cas pour les 5 panneaux suivants, que l'on gagnerait à avoir en tête plus souvent...

2. Le lundi 17 octobre 2011, 15:03 par David

il y a une variante avec les prises de courant pour les passagers. tout aussi convaincante. Le côté c'est pas d'ma faute, c'est lez autres qui font que tu voyages mal, si on les recale, ça ira mieux me sort joyeusement par les yeux.

3. Le lundi 17 octobre 2011, 15:10 par David

bon, si j'ai du temps, je rajouterai la mamie aux plastiques, le jeune qui dort, le révolutionnaire... etc etc.

4. Le lundi 17 octobre 2011, 15:12 par Nitt

Eh ben t'étais en forme aujourd'hui !

J'aurais aimé voir la version anti-chacha dans une chapelle St Pie V. ^^

5. Le lundi 17 octobre 2011, 15:35 par David

Hier, à cette place, quelqu'un s'appuyait fébrilement
son sac plastique crécellait en permanence 
elle disait à voix trop haute les paroles de 
consécration en stéréo avec le prêtre
et parlait du caté de sa jeunesse, qui, voyez vous, 
C'était autre chose. elle croit en Dieu qui chante
et qui fait tomber la pluie. 

Vous vous dites peut-être que ce n'est 
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face 
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer 
celle de votre Eglise. Car tous ces petits vieux
entretiennent l'image d'une église vieillissante
appuyée sur des valeurs qui radotent
point d'audace, de force, de lumière.  Les jeunes
n'ont pas leur place parce que les vieux ne savent pas la céder.

les vieux on a tous à y perdre  
C'est pourquoi le regard insultant agit.

6. Le lundi 17 octobre 2011, 15:35 par Anne-Claire

Et on pourrait aussi détourner le slogan de ton amie la SNCF : "A nous de vous faire aimer l'Église"...dans toute sa diversité.

7. Le lundi 17 octobre 2011, 16:40 par Vianney +

Il faut tout de même remarquer une chose qui m'a sauté aux yeux, David : dans tous tes petits pastiches, tu as remplacé l'objet du problème par la personne qui en souffre. Sur le panneau de la SNCF, il n'y a pas marqué : "les fraudeurs, on a tous à y perdre", mais "la fraude, on a tous à y perdre".
Et ça change tout, parce que, aussi, "le traditionnalisme, on a tous à y perdre", "le bruit, on a tous à y perdre", "le divorce, le remariage, l'infidélité, la pauvreté, on a tous à y perdre", et c'est vrai.
Et le dire, ce n'est pas pointer d'un doigt insultant le tradi, le divorcé, le remarié, tout ça, mais ce dont ils souffrent.

Alors, évidemment, l'intention peut alors être double : celle qui semble sous-tendre la réalisation du panneau de la SNCF est sans doute celle que tu dénonces, mais il y a aussi l'autre, celle qui lutte contre les causes du traditionalisme, du divorce, du remariage, de l'infidélité, de la pauvreté...
Et là, je continuerai à dire : "la fraude, on a tous à y perdre". Comme pour le reste :)

8. Le lundi 17 octobre 2011, 17:08 par David

right. J’acquiesce. Ces pastiches sont des énièmes versions. J'ai déjà résisté au point Godwin façon "la vita e bella" et les mathématiques... alors j'ai moins fait gaffe.

N'empêche que l'argument pour lutter contre la "fraude" c'est qu'elle peut atténuer mon confort, je n'y arrive pas. y a un je ne sais quoi qui me dérange profondément. et désapprouver la fraude appelle une réaction de facto du voyageur envers le fraudeur.

dis, madame SNCF, si je t'en dénonce un ou deux, tu me files une carte sncfmilitaire?

9. Le lundi 17 octobre 2011, 18:29 par Laurence

Et ça marche, en disant "Petit enfant, à chaque fois que tu refuses de terminer tes endives, tu affames les enfants de l'affiche qui n'ont rien à manger..." ou "Petit enfant, à chaque fois que tu prends un bonbon de trop, tu fais pleurer le petit Jésus et sa Maman..." ?

(Un peu à côté de la plaque, mais en lisant ton billet ces deux exemples me dont venus à l'esprit. Le 1er m'a passablement agacé quand j'étais petite enfant.)

10. Le lundi 17 octobre 2011, 23:49 par incarnare

Bravo pour ce billet qui m'a fait sourire.. jusqu'à la petite vieille qui consacre en stéréo. Là, j'ai commencé à culpabiliser puisqu'un gusse de la même espèce était à côté de moi dimanche dernier.. pas eu la force de me dire que Jésus l'aime aussi :/

11. Le mardi 18 octobre 2011, 00:05 par Z

Quand on se trouve dans une de ces situations, le billet prend toute sa saveur et sa dureté, aussi...

La situation de la mère de famille débordée je l'ai vécue, mais bon, ça agace un peu et ça fait sourire aussi, finalement il y a pas mal d'indulgence.

La situation du divorcé, elle est beaucoup plus dure. Je connais ces places au fond de l'église. Celle où on se met instinctivement parce qu'on sait qu'on n'est plus vraiment à sa place à l'église. Où il n'y aura pas trop de monde à voir qu'on n'ira pas communier (sauf les enfants bien sûr : "mais pourquoi tu ne vas pas communier, toi aussi ?"). Cette place où on est à la fois un peu "dedans", et pourtant dehors. Quand je lis que "le remariage on a tous à y perdre", je m'étrangle. Le remariage est un grand bonheur quand on peut enfin être heureux après avoir été malheureux (non non, on ne divorce pas par plaisir en général...). C'est l'exclusion dont on a tous à y perdre, en premier lieu toute la famille du couple divorcé qui de facto ira moins s'intégrer dans l'Eglise. L'Eglise aussi a peut-être à y perdre, peut-être...

Désolée de plomber ce billet d'humour. J'ai commencé par en rire aussi, et puis ensuite je n'ai plus ri...

12. Le mardi 18 octobre 2011, 00:13 par do

à moins que ça ne s'adresse au fraudeur suivant, dans l'intention de le convertir?
(c'est comme ça que ça m'était apparu de prime abord, mais je suis peut-être naïve.)

13. Le mardi 18 octobre 2011, 00:19 par David

@Z, parce que la réponse doit être urgente: prenez mes phrases à l'envers avec application, s'il vous plait... je m'en voudrais de vous faire du mal. C'est beau, de savoir qu'on peut aimer à nouveau quand l'amour a été blessé. Il faut surtout prendre mon billet à l'envers. L'Eglise ne serait pas elle même sans TOUS ses enfants. même si ce n'est pas si simple, cf. l'exemple que vous donnez. (pseudo brillamment choisi, sur ce coup là!)

@do: peut être. en fait, ça me donne l'envie de faire de la résistance ce genre de truc.

@incarnare: je ne suis pas mieux, parfois, elle chante faux et je m'agace. ;)

@Laurence: ouh le vieux traumatisme refoulé!

14. Le mardi 18 octobre 2011, 00:34 par Z

@au maître des lieux : pas de souci :-)
Je ne fais finalement que redire ce que certainement beaucoup disent souvent, et exprimer une souffrance très "banale". En fait, rationnellement je comprends tout à fait la position de l'Eglise et je ne peux lui reprocher d'être ferme sur le mariage. C'est quand la situation nous touche directement que le sentiment d'injustice et la souffrance arrivent... J'espère réussir à trouver ma place même si c'est compliqué. Je le veux surtout pour mes enfants, en fait. Moi j'ai appris à me débrouiller avec Dieu si l'Eglise et moi sommes un peu en froid :-)

Allez, stop la sinistrose, pour le reste je ne peux qu'applaudir au billet, qui appelle à plus d'ouverture, même avec le poivrot qui fait du bruit (quand il chante à tue-tête des chansons salaces pendant la messe on peut le sortir quand même ? Situation vécue il y a quelques années...)

15. Le mardi 18 octobre 2011, 05:52 par David

ouaip, on peut le faire sortir pour qu'il se calme, ou le gérer au cas par cas... comme le bébé. pas obligé d'être maso non plus. c'est la capacité de la communauté à vivre ensemble (et éventuellement à prendre en main les moments compliqués qui est intéressante. quand un gars bourré débarque dans le choeur, mains levées pendant que je suis à l'autel, il y a souvent des gens pour le prendre par l'épaule gentiment et l'aider à gérer sa cuite... Debout c'était compliqué, gueulant au pied de l'autel, ça devenait vraiment chaud) pour ce qui est des autres, virer me semble moins facilement opportun. "Allez mamie, tu bouges, tu m'agaces: Dehors" :s ;)

16. Le mardi 18 octobre 2011, 08:13 par Claire

J'aime beaucoup ce billet et je trouve cette affichette assez infantilisante, je ne pense pas que soupçonner autrui soit la solution contre la fraude ou autres problèmes.
Bonne nouvelle, le "calvaire" du sac plastique touche à sa fin...Les magasins n'en distribuent plus... Sur le principe , on trouve très chouette de faire partie du même Corps, mais à quelques rangs de distance ;-) En même temps pas facile de trouver sa juste place...

17. Le mardi 18 octobre 2011, 09:03 par lilo

Je me suis déjà fait insulter (et le mot n'est pas trop fort) à la sortie d'une messe à cause du panonceau numéro 2 (petite fille silencieuse, mais franchement remuante ! )
Par contre est-ce que quelqu'un a déjà vu un fraudeur se faire insulter par un voyageur SNCF , même avec ces panneau ?

18. Le mercredi 19 octobre 2011, 09:06 par jean duma

Exo de style, trop fun, trop tentant.
Du vécu réel... et une citation réelle, à trouver (la force de l'Eglise).
Et il y en aurait d'autres (sur les attentes des filles enceintes et qui avortent, faute d'accueil, ce n'est pas si grave d'éliminer de futurs problèmes sociaux !)

Hier à cette place, il y avait la femme du toubib. Celle qui passe son temps à me tanner pour une adoration permanente. Pleine de thune, elle pourrait se joindre à l’équipe pastorale inter-paroissiale de visite des malades, mais elle préfère marmonner ses rengaines devant le tabernacle.
Pendant ce temps, les pauvres manquent de pain et les prisonniers politiques restent inconnus. La force de l’Eglise c’est de parler de la vie, la mort, la faim, la maladie, la possibilité de supporter notre condition, la science et son devenir, la mondialisation, le sens ou l'absence de sens, l'état des croyances, l'inconscient, la démocratie... C'est çà que veulent les gens.
Vous vous dites que ce n’est pas si grave, que l’adoration est mère des vocations et qu’on croit quand même à la force de la prière. Mais elle n’agit pas.
La prière et l’adoration, on a tous à y perdre.
C'est pourquoi le regard pressant agit pour l’action.

19. Le mercredi 19 octobre 2011, 09:32 par David

@jeanduma "oupas" merci de l'opuscule supplémentaire à la liste de ceux qui manqueraient s'ils n'étaient pas là.

20. Le mercredi 19 octobre 2011, 13:16 par Katéri

Je n'aurais pas dû lire les commentaires, maintenant j'ai "Je crois au Dieu qui chante"qui tourne en boucle dans la tête... ça va être une longue journée ;-).

Merci pour ce billet (et je vote pour le slogan "à nous de vous faire aimer l'Eglise"). Le dernier panneau m'a fait penser à un habitué de notre ancienne paroisse. Il pouvait être (assez) agité parfois mais au moment du notre père, il le récitait d'une voix claire et était vraiment en communion avec l'assemblée. Pendant une quête, je me souviens de lui avoir tendu une pièce un peu machinalement, comme je le fais pour mon petit garçon pour qu'il participe à ce geste. J'étais curieuse de voir ce qu'il en ferait, il l'a déposé dans le panier, il avait l'air assez content de pouvoir donner, pour une fois. Et moi heureuse d'avoir été "déçue en bien" comme disent les Belges.

21. Le mardi 25 octobre 2011, 00:38 par Catherine

"Tombée"sur le blog par hasard, par le biais d'un lien, bravo, c'est bien.
Je lis ce billet, je lis les commentaires, je partage l'indignation mais je m'étonne. Personne ne se vante d'avoir payé son billet à un fraudeur. Avec un peu d'énergie, on persuade deux voyageurs de participer et le contrôleur, tout ému (disant : -c'est la première fois que je vois ça) voit aussi s'illuminer son dimanche sur la ligne Paris-Cherbourg.

22. Le vendredi 9 décembre 2011, 17:52 par lapoussette

Hello,un grand merci pour ce sympathique billet que j'ai beaucoup aimé!!

23. Le vendredi 9 décembre 2011, 23:26 par David

ah oui? et quoi en particulier? ;)

#réponse standardisée suivant un compliment post homélie!

24. Le mercredi 20 juin 2012, 12:11 par David

Hier, à cette place, des ados faisaient la tronche
ils n'écoutaient pas, commentaient en direct, faisaient
des grimaces, et bougeaient tout le temps. Ils se demandaient
si l'an prochain ils continueraient le caté
ils n'ont pas plié le genou à la consécration
ils n'ont pas répondu gentiment quand on les a tancés.
ils ont déçu les animateurs de leur année caté.

Vous vous dites peut-être que ce n'est
pas si grave. Que ça ne va pas changer la face
du monde. Et pourtant, ça pourrait changer
celle de votre Eglise. Car tous ces petits jeunes
entretiennent l'image d'une société qui se tient pas
mal élevée, indisciplinée, malpolie...
de mon temps voyez vous...

les ados, on a tous à y perdre
C'est pourquoi le regard insultant agit.

25. Le mercredi 20 juin 2012, 16:20 par Corine

Tu me connais un peu, les temps de caté, les randos...tout ça, c'est du bonheur. D'habitude.
Et puis ce matin, un temps pour tous. Tous les 5è, catéchisés ou pas. Tous . Une masse. Un groupe. Pas d'individus. Bilan d'année, moments forts. Ricanements. Ceux qui font du caté et qui vendredi se réjouissaient d'être ensemble à marcher vers Bellefontaine, là, noyés dans le groupe. Ne disent plus rien, surtout pas que c'était bien, surtout pas qu'ils avaient été heureux. Et ils l'étaient, je le sais.

On a bien envie pourtant qu'ils le disent aux autres que c'était chouette tout ce qu'on a fait ensemble. Mais non.

Ne pas perdre la face.
Se noyer dans la masse.
Les foules, les groupes, anonymes, on a tous à y perdre
C'est pourquoi ... je ne sais pas.
Je ne sais pas ce qu'il faudrait faire. Pour oser dire.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top