Aller à la recherche

Etre aux prises

Je rentre tout juste de Taizé, et reste, comme toujours, marqué par l’empressement des jeunes à se retrouver, enchantés/ant et méditant dans l’église. La beauté des chants et de la liturgie, la profondeur du silence y sont pour beaucoup, les prises (pour certaines scotchées dorénavant) pour recharger les portables aussi. Tout dépend de l’usage de l’appendice communicationnel indispensable, mais rapidement, les batteries y sont à sec. On se presse donc près des prises, avec obstination.

Pour tenir une semaine, il ne faudrait l’allumer qu’une fois de temps à autres, (0) recevoir des textos périmés, et espérer une coïncidence de se faire appeler dans l’instant.

Les autres usages sont plus énergivores et nécessitent un réapprovisionnement électrique plus courant…

  1. quelques communications téléphoniques, un à un, sur un rendez-vous, une disponibilité mutuelle
  2. une consultation du répondeur, pour espérer une réponse à une question d’avant
  3. un passage sur le net en 3G, pour chercher dans l’embrouillamini de la proposition en place des éléments pour découvrir ou approfondir un sujet
  4. voire un passage Wifi pour une consultation plus rapide et approfondie, mais liée à un serveur plus local…
  5. et je n’aborde même pas ces moments de divertissement de jeu, vain mais captivant.

Les prises de l’église de Taizé sont une belle analogie de la prière. Elles donnent la possibilité d’une relation, d’une rencontre, d’une réponse… On peut choisir de s’en passer, ne l’utiliser qu’en cas de besoin, espérant la coïncidence d’une réponse immédiate (0), mais pour peu qu’on veuille aller plus loin, Lui parler (1), l’écouter nous répondre(2), mieux comprendre (3) voire se relier pour aller plus profondément (4), on ne peut éviter un passage récurrent, courant. La prière ne donne pas la réponse comme la “charge” ne donne pas l’information, mais cette oraison ouvre l’espace où la rencontre peut surgir, et nous transformer.

Se ressourcer dans l’Eglise pour ne jamais, même au dehors, être déconnecté. Clignement d'œil

ou se résigner à rester off line.

edit: je rajoute cette image linkée sur twitter par "bondieuseriesjolies". 

AcRmFOsCEAEIGLY.jpg

Commentaires

1. Le dimanche 30 octobre 2011, 20:53 par Corine

Facile: restons branchés alors.
Sérieusement: j'aime "notre oraison ouvre l'espace où la rencontre peut surgir, et nous transformer".
En trois "signes": :-)

2. Le lundi 31 octobre 2011, 11:38 par Adebouard

Encore plus radical : dans le car en direction de Taizé mon HTC tombe en rade (rebootage en boucle) malgré des tentatives quotidiennes, pas moyen de le faire fonctionner... jusqu'au trajet du retour.

Je ne peux m'empêcher d'y voir un clin Dieu pour m'aider à déconnecter du superflu et me brancher sur l'essentiel durant ce pèlerinage !

(Au passage merci David pour les chocolats chauds de l'Oyak !)

3. Le lundi 31 octobre 2011, 12:00 par David

@corine: y avait du monde autour des prises en tout cas, pas facile de se plugger!

@Arrêtedebouard*: de toute façon, j'avais même pas ton numéro de téléphone. ;)

  • cette blague potache me fut suggérée par un de tes confrères fatigués qui la tenait d'un autre...
4. Le lundi 31 octobre 2011, 16:03 par Arrêtedebouard

Au sujet de la blague potache : de toutes les façons à Taizé il n'y a rien de sérieux à bouard !!

5. Le mercredi 2 novembre 2011, 18:54 par Nitt

Très bonne illustration ! (Mais la prise, c'était bien aussi, hein !)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top