Aller à la recherche

âme de feu

il est des âmes sur la terre, qui cherchent en vain le bonheur… mais pour moi c’est tout le contraire, ma joie se trouve dans mon cœur.

Fichier audio intégré

une ligne de basse de guitare, ou une autre, attrapée à l’oreille sur un cd vert, et vieux, une mémoire enfouie sous plus de vingt ans de vie pas toujours spirituelle, quelques mots se dressant, soyeux, entre terre et cieux, chemin dérisoire parfois, brûlant, ajusté, amusant, mélodie, mélopée régulièrement chantée, murmurée, remémorée.

une ligne de basse de guitare si souvent jouée sans les mots qu’elle trame, laissant le silence suggérer la poésie qu’elle servait. Je me suis fréquemment défendu du bonbon sucré des chemins thérésiens, des petites voies, des roses, des enfants Jésus… je me suis défendu parce que je me doutais qu’il y avait du profond et du sérieux sous le sucre d’orge du récit, ou de l’apparente mièvrerie. “Ô je voudrais chanter Marie pourquoi je t’aime, pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur” chantonné en se triturant la mèche, le pied rentré en dedans, ça m’a toujours agacé.

Alors que Pierre Eliane, non.

ni Sr Anne Elisabeth, rencontrée à 13 ans, et jamais complètement lâchée depuis. Elisabeth qui dévoile en harmoniques la profondeur, le sérieux, l’ampleur des poésies de Thérèse, femme de Dieu, amoureuse et incarnée. Thérèse a parfois écrit léger, parfois sérieux, se jouant d’images presque dérisoires, celles que la pudeur nous fait repousser du pied, elle a écrit parce qu’on lui demandait. Elle parle des fleurs, mais effeuillées, elle parle d’amour, mais incarné, elle parle du Carmel, son carmel, celui où elle a su mourir.

Elle écrit dans la joie, pas la petite joie du quotidien, non, l’autre, celle dont on n’oublie jamais l’origine, celle qui travaille au fond. On peut être touché par l’histoire d’une âme, on peut apprendre de la Thérèse docteur de l’Eglise… Et puis on peut être touché par les mots chantés par Elisabeth.

J’avais ce soir là un anniversaire. Prévu, réservé, bloqué. Mais il fallait que quelqu’un vienne présider l'eucharistie juste avant le concert. Alors j’y suis allé. Le chemin était prêt. J'ai présidé l'eucharistie, parlé des talents et me suis effacé derrière le mystère. Et puis, après le repas... Elisabeth a toujours cette voix et cette foi profondes, sa prière à fleur de chant. Et pour tous les vieux morceaux, j’ai chanté, et ma sœur et d'autres aussi. Chanté presque tout, caché pudique et pudibond derrière mon appareil photo, pour 200 clichés. Comme je connais bien Elisabeth, j'ai pris mon temps pour la photographier, sans trop bouger, sans trop gêner, pour témoigner, pour répondre à ce qu'elle donnait avec ce que je savais faire. A dire vrai, il y avait eu une première demande juste avant, quelques instants à prier, simplement, debout, pour tout ce qui allait arriver.

À la fin, Elisabeth a invité tous les anciens de l'école de la foi (dont j'ai fait la 6e promotion) à venir avec elle sur scène pour chanter sa première composition "l'abandon". Beaucoup chantaient les yeux fermés, de cœur. Le soir, en repartant, j'avais de la vie spirituelle en barre qui remontait de mon adolescence, dans sa puissance et sa douceur, dans sa consolation de commençant, son “grain” immérité.

Pour achever toute la force de la soirée, j’ai repris, en partant à la fin du concert, l'écharpe que j'avais laissée à un enfant endormi juste à mes côtés, pour ne pas qu’il aie froid. Ses parents me l’ont tendue, complices. Il avait pissé dedans.

concert_AnneElisabeth_Csnov2011_052webDLerougeconcert_AnneElisabeth_Csnov2011_129webDLerougeconcert_AnneElisabeth_Csnov2011_147webDLerougeconcert_AnneElisabeth_Csnov2011_189webDLerougeconcert_AnneElisabeth_Csnov2011_183webDLerouge

Commentaires

1. Le vendredi 18 novembre 2011, 10:01 par Else ( Brigitte Papleux)

Comme toujours, très beau!
( c'est bien comme ça, en blanc, la page ...)

2. Le lundi 21 novembre 2011, 12:23 par Artemis

Pas la possibilité d'écouter le morceau de ce PC. Mais en tous cas, le texte et les photos donnent envie!

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top