Aller à la recherche

dicomélie

Partant du principe que l’école de la république enseigne un vocabulaire certes complet mais à vocation laïque, je me permets d’étoffer le dictionnaire de verbes propre au domaine religieux, et plus particulièrement à l’art oratoire de l’homélie. Pour rire

fondonegro_elpredicador

- A -

Acidacétylsalicyliquer : (effervescent) se faire mousser en homélie avec des mots compliqués (attention, effets secondaires inattendus, notamment des céphalées)

Agapester : Râler, mais avec charité

- B -

Bricbrocquer : faire une homélie à l’arrache avec des bouts de trucs déjà dits ailleurs sur d’autres péricopes. (NB : Très fort risque intrinsèque de Ravalcquer.)

- C -

Cécéhèfder : truffer l’homélie d’appels diocésains qui feront passer le prédicateur pour un gaucho. (avec des variantes pour le denier)

Culculpabiliser :mettre tout le monde mal à l’aise sur les questions affectives avec des propos vindicatifs, péremptoires et désincarnés-rose-bonbon.

Curiculumviter: raconter ses dernières anecdotes pour “illustrer” le propos.

- D -

Désirdaveniroser : truffer son homélie de références d’actualité involontaires de mauvais goût.

Diabloquer : faire une homélie dialoguée, mais personne ne bronchant en face.

- E -

Episcopâlir : (v.t. episcopâlir un propos) déployer une idée sur plus de 20 minutes (il est de bon ton de conclure sur la Vierge Marie)

Exégésir : crouler à mort sous les explications historicocritiques, étymologies et commentaires intrabibliques.

Exociter : faire décoller (et exploser parfois) une homélie avec des références à des péricopes qu’on n’a pas entendues le jour même.

- G -

Germanopratiniser : inclure dans l’homélie des références littéraires piochées dans les éditions de la Pléiade.

Grhomméliser : faire une homélie où tout le monde va en prendre pour son grade, sans avoir rien demandé à personne

Gromoliser : la même chose, mais en vulgaire.

- H -

Homiloler : une tit' blague?

- M -

Monomélimer : n’avoir qu’un angle de lecture pour TOUTES les homélies, et l’user à force.

- O -

Omertaire (s’) : s’appliquer la loi du silence, préférant retourner s’asseoir sans un mot, au lieu de délayer longuement son manque d’idée, évitant ainsi de se faire fusiller du regard par le curé.

Ophtalmocligner : adresser toute son homélie à la jolie jeune femme/ l’Edmondprochain du 3e rang, avec des allusions qu’elle/il seule comprendra. Clignement d'œil

- P -

Paraphrasouiller : redire exactement la même chose que le texte, mais plus longuement et moins bien.

Pipauté : magistère du Blabla. Note : on en a rapidement plein le saint siège.

Picolomagner : dire peu de choses en trop de temps.
attention : magnopicoler n’est pas une variante ou l’antonyme de picolomagner. il signifie se prendre une cuite.

Psychofabuler : passer toute l’homélie à gloser sur les ressentis supposés, voire les antécédents probables, des protagonistes de l’Evangile. exemple : si Pierre a suivi l’appel de Jésus “aussitôt”, c’est qu’en fait, il le connaissait avant. (ah ben forcément)

- R -

Ravalcquer : faire une homélie qui n’a Rien A Voir Avec La Choucroute

- S -

Saintetéser : citer hyper abondamment le pape. (attention, saintetéser tend à ne pas raccourcir les homélies) Variante : vatifoler. 

Sinéfiner : ne pas savoir conclure (ou trop le faire)

- T -

Techniciter : vouloir illustrer le propos au moyen de moyen technologiques modernes (projecteur diapo, panneaux avec des coupures de journaux, rétroprojecteur…)

- V -

Vatifoler : citer follement in extenso des paragraphes de conciles qu’on peinerait à comprendre à l’écrit, et se persuader que tout le monde va les comprendre à l’oral.

(la liste, basée sur l’ensemble des homélies que je dis, pourra être allongée à loisir. Si la liste est longue, c’est que les écueils sont tout aussi nombreux que les homélies sont foison. Le plus extraordinaire de tout cela, c’est que la Parole fasse son chemin, et touche, de façon tout à fait imprévisible le plus souvent Clignement d'œil)

addenda 2012

Ikeabuser : Meubler à outrance avec des objets de qualité relativement douteuse sur le long terme (Car, comme disait un jour Eric Salobir (coucou !) : "Meubler, c'est la pire injure qu'on puisse faire à la Parole... et ça m'arrive si souvent !") (par @edmondprochain)

Commentaires

1. Le mardi 4 septembre 2012, 16:31 par ManuTop

Il ne te reste plus qu'à les faire publier sur le DDVQM : http://dictionnairedesverbesquimanq...
:-)

2. Le mardi 4 septembre 2012, 17:19 par Vianney +

Excellent... et la petite phrase en italique et entre parenthèses me rassure énormément : je me suis bien reconnu dans la moitié des mots et exemples associés !
Mais ça, c'est certainement parce que je n'ai pas encore eu le temps, en deux ans de prédication, de faire le tour. Je prends donc note ;)

3. Le mardi 4 septembre 2012, 18:41 par jonastree

Hahahaha ! Excellent :)

4. Le mardi 4 septembre 2012, 19:18 par Isabelle

Et une bonne tranche de sourire, une!
Merci.
;-D

5. Le mardi 4 septembre 2012, 19:40 par Edmond Prochain

Ikeabuser : Meubler à outrance avec des objets de qualité relativement douteuse sur le long terme.

Pèlerinager : Brasser dans son propos de nombreuses anecdotes et impressions de l'unique pèlerinage en Terre sainte que l'on aura effectué dans sa vie. Ou de la dernière marche diocésaine, mais c'est quand même moins classe.

Conciliabuller : Endormir l'assistance par d'intempestives et abondantes références au Concile (le seul, le vrai). Voire citations généreuses.

6. Le mardi 4 septembre 2012, 20:42 par David

@Edmond: je suis fan de ton "ikeabuser", (j'avais pélerinagé en eaux profondes, à Lourdes, forcément). je te suis entièrement redevable pour le ravalcquer (j'ai découvert le RAVALC grâce à toi) et le Bingomélie a forcément eu son influence.  sinon, je ris de mes propres blagues. C'est grave doc? 

@Isabelle et Jonastree: pour vous faire plaisir :)

@vianney+: je suis sûr que tu vas inventer plein de noms... tu fais beaucoup de jaminades? 

@Manutop: rha. encore un site aguichant. 

7. Le mardi 4 septembre 2012, 20:46 par Daniel

Je ne me sens absolument pas concerné

8. Le mardi 4 septembre 2012, 20:49 par Daniel

Enfin, presque... (commentaire précédent amputé des émoticones)...

9. Le mercredi 5 septembre 2012, 13:07 par Inglobus

Bravo. Ça m'a bien détendue et je vais profiter de la rentrée et de ce dicomelie pour passer le message à mon cher curé... !!!

10. Le mercredi 5 septembre 2012, 21:59 par Isabelle

A la relecture, je viens de remarquer qu'il n'y a pas que des verbes du 1er groupe, dans cette liste, c'est magnifique! Une mention spéciale pour "exégésir". Se conjugue-t-il comme gésir?
;-)

11. Le mercredi 5 septembre 2012, 22:55 par David

@Daniel: tu fais des homélies apocalyptiques, comme ton saint patron, non?

@inglobus: j'espère que ça le fera sourire. Ne surlignez pas systématiquement tous ses travers, hein? (et sinon, tentez le Bingomélie avec photo à la clef)

@Isabelle: il exegît, mais comment faire pour les "inconnus" de ce verbe: que nous exégisâmes? il s'omerturent? j'épiscopalai?

12. Le vendredi 7 septembre 2012, 16:03 par Marie-Hélène

Bonjour David

D'abord, j'ai bien ri...en pensant à quelques circonstances connues ;-) !

Ne prenez pas les deux suggestions qui viennent pour vous.... pour la bonne et simple raison que je ne vous ai jamais entendu " homéler " (ben oui quoi, donner une homélie)

  • paraboler :.... facile à deviner
  • excathédrer : quelques similitudes avec épicopalir, mais en plus assertif, limite péremptoire !
13. Le samedi 8 septembre 2012, 12:21 par David

@Marie Hélène, ça donne des idées: 

paragoler: faire des paraboles, mais qui font sourire

excathendrir, faire pleurer épiscopalement (en plus de 35 minutes)

14. Le dimanche 9 septembre 2012, 10:14 par Claire

Plus de 35 minutes.... Y-a-t-il des survivants ? ;-)

15. Le mardi 11 septembre 2012, 11:31 par Wasnon

j'en pleure de rire dès le "H"...
J'arrive pas au bout...

16. Le dimanche 23 septembre 2012, 00:43 par David

l'avantage de parler avec des amies professeurs, c'est que ça donne des idées. Parfois on est moins bons, parfois, il faut consentir à de bien basses réalités:

prêchier: faire une homélie de m...

il voulut articuler son homélie autour des variantes du sinaïticus de l'Apocalypse, mais il faut dire ce qui est, rien ne vint, on le sentit tousser sur le prône. Au dire de tout le monde, qui ne capta rien, il prêchia, et longuement encore.

17. Le dimanche 28 octobre 2012, 14:52 par C.C.

C'est si grave que ça? moi, je ne trouve pas que tout cela soit vraiment des défauts (bon, il faut quand même éviter de de gromoliser et de paraphrasouiller). sinon, dans beaucoup de cas, seul l'excès est vraiment un défaut, ce me semble... je ne suis même pas sûre d'être tout à fait contre une homélie de 35mn, dans certains cas (y en a, on en redemanderait presque!!!) Suis-je tout à fait normale?
Cela dit, Pères David, Vianney, Daniel (et les autres!!!), n'oubliez pas: après tout, si l'homélie est ce qui vous stresse le plus, ce n'est pas non plus le sommet de la messe!

18. Le dimanche 28 octobre 2012, 16:10 par David

cc: pour certains, c'est vital... mais rassurez vous, si je me maudis réguièrement quand j'ai fini de bafouiller, ça reste un beau moment qui n'est rien à côté du reste.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top