Aller à la recherche

le beau est-il divin?

Cette semaine, j’ai entendu parler de François Cassingena Trévedy, un professeur qui m’a mené par le bout de sa pensée il y a quelques années, lui qui écrit à la lisière de l’Esprit et de la poésie en traits tirés entre la vibration d’une émotion esthétique et la fulgurance spirituelle…
Qu’on lise ses étincelles, on y pressentira un feu intérieur. Beau et vrai.

François vibre en ces linéaments de la vérité où tout fait écho
une note, un frissonnement, un mot
comme si Dieu habitait chaque instant. C’est faux,
il habite chacune de ses respirations : tout prend alors sens, surtout le beau.

ce n'est pas mon cas.

Ce soir, d’un bref coup d’œil par le velux
le ciel était beau, il avait été terne tout le jour, à quelques arcs en ciel pluvieux près.
Il y avait une telle lumière que j’ai attrapé l’appareil photo, et d’une main, j’ai saisi l’instant,
de l’autre je tenais mon téléphone dans lequel je racontais des bêtises.

Il y a des moments comme ça, dont on pressent qu’ils sont précieux…
sans doute saturés, mais on ne sait pas de quoi…

la beauté? Dieu? toussa… c’est un raccourci qu’on fait souvent
au grand dam de ceux qui n’y voient que du beau.

à ma mesure de petit croyant.
Ce n’était pas Dieu,
C’était un espace ouvert, lumineux,
un lieu qui (r)appelle la beauté et l’espace intérieur,
un espace où on peut le rencontrer

Blogdavidlerouge-42Blogdavidlerouge-43

Commentaires

1. Le dimanche 25 novembre 2012, 21:29 par boissoudy

L'immensité lumineuse du ciel n'est pas Dieu mais une image de Dieu,non?

2. Le dimanche 25 novembre 2012, 21:32 par David

ben pour moi pas trop. en revanche, elle ouvre un espace qui appelle la rencontre, oui. j'ai l'impression que le raccourci est un poil dangereux. (en même temps, j'ai pas toujours dit ça, qu'on relise au moins 25 billets de ce blog pour me contredire, super facilement)

3. Le dimanche 25 novembre 2012, 23:03 par Vieil imbécile

J'ai pas l'impression qu'il y ait beaucoup plus que l'épaisseur d'une feuille de papier bible entre le père François et vous. Ou en tout cas je me sens bien tant avec sa perception qu'avec la vôtre... Entre un Dieu qui habite chaque instant et l'espace lumineux qui appelle à la rencontre, la métonymie ne fait que souligner la pauvreté de notre langue et vos génies pour la surpasser.
Que Dieu vous bénisse tous deux :) !

4. Le dimanche 25 novembre 2012, 23:35 par Isabelle

D'une main le téléphone, de l'autre l'appareil photo, et un tel résultat...
J'en reste muette!

5. Le lundi 26 novembre 2012, 09:55 par Simon

Un ciel comme ça, ça n'est pas Dieu, non, c'est un nuage. Bien éclairé, mais bon, désolé.

Mais l'émotion que cette nature fait naitre, ce sentiment de tellement plus grand, plus beau, plus loin... Cette envie de s'arrêter là un moment, d'écouter un peu cet appel immense, tout au fond, à partir à la recherche de plus grand que soi... C'est Dieu qui va à la pèche. Il apate à coup de ciels, de fond de ports, de cierges et de montagnes.

Et nous on voudrait attraper, mais ça ne marche pas. On prend une photo pour en garder un petit morceau, faute de trop savoir quoi en faire sur le moment. Et puis on regarde la photo et ça n'est pas pareil. On se retrouve avec ces peintures de musée de marine aux ciels barbouillés de rouges, oranges et ors... et ça n'est pas ça du tout.

Je prends de moins en moins de photos de mes enfants.

J'essaie de me faire accrocher, et puis de remonter la ligne. Je cherche ce qu'il y a au bout. En même temps, se faire accrocher par un nuage... il paraît que ça marche mieux avec le visage du premier venu, surtout le c** qui ce weekend bloquait la circulation pour sa manif à la c** et me mettait en retard. C'est moins loin qu'un nuage. Et ça ne semble pas plus facile. Mais j'essaie.

6. Le lundi 26 novembre 2012, 10:17 par David

@Simon: +1 pour tout, surtout pour le con, qui est un peu difficile à saisir. J'ai juste une réserve sur le statut de la photographie. Je crois (encore, mais je suis un peu djeuns sur ce coup là) qu'on peut essayer de retranscrire une émotion suscitée par un instant, en choisissant ce qu'on photographie... une sorte de justesse à isoler et à poser. C'est différent de ce qu'on y vit, mais c'est intéressant. Pareil pour les gens. On peut dévoiler quelque chose de l'autre qui ne se laisse pas facilement appréhender. La photo nécessite de regarder vraiment les gens et les choses, sinon, on ne fait que des scans du réel. Et les scans, c'est de la merde, comme les tableaux trop rouges.
sinon, si vous avez envie d'écrire "con", c'est pas un gros mot, hein...
et sinon, bis, les photos, on en fait de moins en moins pour ses enfants, parce qu'on est moins surpris par chaque instant que pour le premier. C'est toujours comme ça, c'est presque dommage, mais bon, y a pas qu'ça à fout' :D

(tiens, cette question du photographe surgissait déjà ici: http://davidlerouge.fr/index.php?post/2009/03/25/la-course-aveugle/

7. Le lundi 26 novembre 2012, 18:45 par David

une photo d'hier que j'avais oubliée... (omise pour être juste)

Blogdavidlerouge-44.jpg

8. Le lundi 26 novembre 2012, 23:11 par Axolotl

Rattrapé par la magie du ciel de Cherbourg alors qu'il disait des bêtises au téléphone...
Ce n'est peut être pas la magie de Dieu, mais plutôt un rappel sur terre / regarder, là, maintenant, autour de soi et c'est chouette. Quand même.
La richesse de certains brefs instants : un coup de fil, un ami, un échange, une belle lumière et le monde est beau.
Sans aller chercher loin, les paysages étonnants ou le moment extraordinaire.
Juste le quotidien.
(mais avec un oeil de photographe)

9. Le mardi 27 novembre 2012, 07:56 par David
dans le lien entre beau et divin, je vous rejoins de plus en plus... Mais c'est bien le raccourci de langage qui est risqué. Qu'ensuite, on soit rattrapé par une petite envie de louer, ça me va, hein, même en racontant des bêtises au téléphone. 
Bon, en revanche, le matin, ces jours ci, c'est plus pour la gravité exceptionnellement élevée au niveau du matelas de mon lit qu'il faudrait que je rende grâce :)
10. Le mardi 27 novembre 2012, 10:43 par Amie5978

Cher David,
je ne peux plus vous appeler "cher Père", j'ai vu trop de photos de vous : vous êtes ce que l'une de mes amies appelle joliment : "un BB prêtre" et moi je suis une vieille "sentinelle de l'Invisible" (ex-grenouille de bénitier -Merci JP II). J'ai plus envie de vous appeler "mon fils" en fait...Donc, j'opte pour David : ça vous va ?
A moins que, là aussi, vous ne soyez pas vraiment qui vous êtes...
Tout ça pour dire que le BEAU n'étant pas une vertu platonnicienne comme le BON, le BIEN et le VRAI, il n'est que "la splendeur de la Vérité", ce qui est déjà beaucoup, et comme la Vérité, c'est Dieu.....le Beau est divin, c'est indéniable. Non ?

11. Le mardi 27 novembre 2012, 13:49 par David

non.

12. Le mardi 27 novembre 2012, 22:42 par Eliette

Je me surprends à ne plus mettre "Dieu" aussi facilement à chaque fin de phrase. Et quand je suis tentée de le faire alors que le lien est peut-être bien un peu trop court, j'ai les mots d'Alexandre Jollien justement (http://davidlerouge.fr/index.php?po...) qui m'arrêtent: "Dieu est un mystère et on le barricade derrière des concepts... on l'enferme" Enfin, c'était pas dit comme ça, mais juste pour l'idée. Ne pas enfermer Dieu. Du coup je suis qu'à moitié fan des "c'est la volonté de Dieu", etc... Le laisser nous dépasser toujours.

Du coup, face au beau, face à ce qui me touche, me prend aux tripes, au coeur, je loue, c'est vrai. Je me dis qu'y a doit quand même bien avoir un lien d'une quelconque façon avec Lui.

Mais, peut-être dans ces espaces là, plutôt que de Le contempler, on contemple Avec Lui?

13. Le mardi 27 novembre 2012, 22:57 par Eliette

PS: Quant à savoir de quoi c'est saturé, vu l'humidité cherbourgeoise, je crois qu'on peut dire que c'est la pression qui est saturée. Sans aucun doute. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pressi...) Je sors --> exit this way

14. Le mardi 27 novembre 2012, 23:02 par David

garçon, vous me remettez une petite pression? et un lait fraise pour Eliette? (ou un demi pêche?)

sinon, pour la première partie... :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top