Aller à la recherche

Monsieur le Président,

Capture plein écran 12022013 112601.bmpNous avons voté lors de votre élection, et vous avez été élu par une majorité de Français, vous avez donc toute légitimité à présider aux destinées de la France, et à guider tant ceux qui vous ont soutenu, ceux qui ont rejeté votre prédécesseur que tous les autres Français. Seul chef de l'Etat, vous êtes donc mon président, représentant de la France, pour nous et à l'extérieur et pour cela je vous écoute, je vous respecte, et je me sens tenu de vous aimer.

Je dois avouer, toutefois, que bien souvent, vous me perdez en route, et je ne comprends pas, mais vraiment pas, ce qui vous inspire ou vous pousse...  Dans un raidissement spectaculaire, vous avez réussi à opposer frontalement des personnes intelligentes, dont j'aime la justesse et la pondération, en deux options, deux clans s'invectivant des pires procès d'intention au lieu de permettre par exemple une troisième voie, que tous auraient pu éclairer, en vue d'un plus grand bien ; vous  avez fermé délibérément votre porte à des sages, humbles et qui vous appelaient pour échanger en vérité ; vous avez tu la voix de centaines de milliers de personnes sincères, les refoulant dans un militantisme qui pourrait devenir stérile, il y a désormais des tensions et des blessures qui pourrissent nombre de communautés ; vous avez laissé soupçonner les chrétiens de lobbyisme, ou de pingrerie supputant des portes fermées à la pauvreté, et laissé s'enclaver dans la culpabilité des chrétiens qui pourtant sont souvent déjà si donnés ; vous avez oublié l'audace du souci des plus pauvres ; et malgré le respect que je voudrais avoir pour vous, vous agissez comme si vous étiez le jeu de lobbies idéologiques comme votre prédécesseur pouvait sembler l'être de puissants et financiers.

Je voudrais vous accorder le bénéfice de l'intelligence, de l'union nationale, de la responsabilité, de la vision d'ensemble qui pourraient m'échapper et que je ne partagerais pas, ... et hier, vous avez ricané de celui qui ne s'approprie pas le pouvoir qui pourtant lui avait été confié, vous avez plaisanté légèrement en commentant la décision du pape, au nom de je ne sais quel sens de la dérision. Ne pouviez vous pas respecter celui qui a toujours vécu sa mission non pas comme un pouvoir mais comme un service, service de Celui qu'il sert, service de ceux qui lui sont confiés ? N'était-ce pas le sens de toute responsabilité ? La Vôtre pour la France y compris ? Y a-t-il des convictions qui arrachent aux hommes la majuscule qui devrait les honorer ?

Monsieur le Président de la France, je dois vous l'avouer, vous me perdez.

Vous ne me connaissez pas, je ne suis personne, un électeur, un Français pas meilleur qu'un autre, embringué dans mes contradictions, obscur prêtre de province, anonyme, soucieux de voir grandir les personnes qui me sont confiées, mais incapable de bien le faire ... J'assume d'être un parmi des millions, mais j'avoue que c'est une expérience désobligeante de ne pas avoir l'impression d'œuvrer avec vous au service de l'homme, de quelque chose de plus grand que nous, de me sentir ainsi méprisé.

Veuillez croire, Monsieur le Président, au profond désir de vous accorder mes sentiments les meilleurs, mais pour l'instant, ils sont surtout partagés.

David Lerouge.

Commentaires

1. Le mardi 12 février 2013, 12:14 par David


2. Le mardi 12 février 2013, 12:50 par Vieil imbécile

Oh ! ben... ça alors ! Je ne vous attendais pas là !
Vous êtes en "pleine liberté" vous aussi, Monsieur l'Abbé.
Merci.

3. Le mardi 12 février 2013, 13:06 par Xavier Delaporte

Merci pour votre billet qui exprime bien la tristesse, la déception et parfois la frustration d'avoir à la tête de notre pays un président qui ne s'est sans doute pas encore rendu compte qu'il l'était, et même pour ceux qui n'ont pas voté pour lui.

4. Le mardi 12 février 2013, 13:36 par Anne-Claire

Je signe où ?

5. Le mardi 12 février 2013, 14:02 par mamilou

Merci pour votre message qui traduit si bien ma tristesse de voir ceux qui nous gouvernent si peu conscients qu'ils sont responsables de millions de personnes, tant ceux qui ont voté pour eux que pour les autres. Vous avez su trouver les mots qui m'habitent quand je vois les dommages crées par ces affrontements dont on aurait du se passer et la désinvolture de réactions, je l'espère non réfléchies....

6. Le mardi 12 février 2013, 18:58 par Isabelle

Merci! C'est tellement bien dit!

7. Le mardi 12 février 2013, 19:43 par CanardG

Pitié... vous ne vous sentez pas au moins un chouïa ridicule ?

8. Le mardi 12 février 2013, 19:53 par Lecos

Superbe lettre,
Qui reflète bien mon état d'esprit actuel.
Merci de l'écrire si bien.
Bonne continuation

9. Le mardi 12 février 2013, 20:04 par Joseph Gynt

Je serais curieux de voir la réponse... Pas sur qu'elle soit à la hauteur de la missive. Merci.

Un autre perdu

10. Le mardi 12 février 2013, 20:04 par avafe7

Juste 2 mots "bravo" et "merci"

11. Le mardi 12 février 2013, 20:08 par Anne

Tout est dit. Merci .

12. Le mardi 12 février 2013, 20:11 par Mahina

:)
en accord avec ce texte...
parfois, nos "dirigeants" devraient réfléchir ou "tourner 7 fois leurs langues" avant de parler...........voici

13. Le mardi 12 février 2013, 20:16 par mayou

merci de mettre de si beaux mots, sur les maux de beaucoup de jeunes, et de français. Merci un point c'est tout!

14. Le mardi 12 février 2013, 20:23 par Vio

Ça fait longtemps que je n'étais pas passée par là faute de temps, mais j'ai bien choisi mon moment pour revenir, ce billet est très très bien, bravo à vous .
Si ILS pouvaient vous entendre ....

15. Le mardi 12 février 2013, 20:32 par Gilles B Paris

Amen, David !

16. Le mardi 12 février 2013, 20:36 par L.

Bonsoir David,
Merci merci merci pour tous vos billets. Je comprends complètement votre amertume par rapport à la logique d'affrontement en ce moment, la recherche de consensus, de douceur et d'écoute est si fondamentale, et malheureusement on la cherche encore en politique. Je comprends complètement votre amertume, et moi aussi j'ai parfois du mal avec des paroles dont on a l'impression qu'elles n'ont pour but que de blesser. J'aime votre blog, je partage beaucoup de vos positions. Par ailleurs, je respecte et j'admire beaucoup la décision du pape, qui me paraît faire preuve de liberté et de responsabilité très profondes. Mais simplement, comment dire, simplement, "on ne présente pas de candidat", je trouve ça juste... super drôle ! Vraiment ! Je crois limite que j'aurais voulu le dire ou le signer ! Et pourtant vraiment pas l'ombre de sentiment antireligieux en moi-même, car j'en serais la première victime. Vous avez raison sur le fond, on ne va pas nier qu'il y a de l'anticléricalisme, notamment à gauche, mais là, comment dire, non, vraiment non ! Je voudrais juste penser que mon commentaire pourrait vous faire du bien, car vous avez l'air vraiment peiné, et je ne pense pas qu'il y ait de quoi. Et je trouve dangereux la position qui consiste à dire qu'on ne saurait rire de ce que l'on respecte.

17. Le mardi 12 février 2013, 20:38 par Arnold

Nous serions tenus de l'aimer ? et pourquoi pas de prier pour lui, tant que vous y êtes ?!... ;-)

18. Le mardi 12 février 2013, 20:54 par Aleth

"Veuillez croire, Monsieur le Président, au profond désir de vous accorder mes sentiments les meilleurs, mais pour l'instant, ils sont surtout partagés."

J'aime !!!

19. Le mardi 12 février 2013, 21:12 par guedas

Que voilà bien de la peine, que voilà bien du chagrin. Vous avez depuis bien longtemps choisi de vous enfermez dans une grotte et vous étonnez que le monde, cet insolent, choisisse de continuer sa route. Vous parlez d'indifférence et prétexter d'un simple mot d'esprit mal à propos pour vous sentir méprisé. Mais où où étiez vous pour entendre au sein de l'église tous ceux qui portaient au nom de l'évangile ce désir que le mariage soit ouvert aux couples de même sexe ? Où étiez vous quand vos dignitaires osaient prononcer les mots infâmes d'inceste ? Où êtes vous quand le compte Twitter demanifpourtous ose, sans vergogne, mettre sur le même plan l'affaire d'escroquerie de Findus et le fait que des enfants pourront être adoptés par des couples homosexuels. Vous refusez qu'on déchire le rideau qui vous dissimule le monde et criez contre celui qui s'y aventure en lui reprochant votre propre colère. Le temps passera. Vous verrez autour de vous des gens aimer, s'unir et fonder des familles. Vous vous rendrez compte alors que certains sont homosexuels et que ceci ne retire rien à l'amour qu'ils offrent et à celui qu'ils inspirent. Être moi aussi un enfant de l'église est une dette que je n'effacerais pas. Elle m' a appris la dignité de chaque être humain. J'espère avoir un jour la joie de réentendre cette parole.

20. Le mardi 12 février 2013, 21:21 par MMartin

Les mots justes comme souvent. Merci.

21. Le mardi 12 février 2013, 21:26 par Isabelle

Ben justement Arnold, on(je) devrait(s)... plus qu'on(je) ne le fait(s)... :-s

Et par ailleurs, je serais curieuse aussi de voir la réponse, moi aussi.

22. Le mardi 12 février 2013, 21:56 par nicolas

Tout est si juste... que chacun peut se reconnaître dans tes propos.
En toute honnêteté, pour le souci des pauvres, n'a-t-il vraiment rien fait ? Certains disent que la conférence sur la pauvreté n'était pas sans intérêt. Il est vrai que c'était du Ayrault et que le président n'a pas honoré de sa haute bienveillance les travaux de cette conférence. J'espère que ce n'est pas rien car sinon, ce serait vraiment désespérant...

23. Le mardi 12 février 2013, 23:14 par @ChirNor

Merci, David, d'avoir exprimé, aussi bien, ce que bon nombre d'entre nous ressentons : Consternation devant le mépris, le manque de dignité, l'absence de hauteur de vue...
Consternation devant l'absence des qualités faisant d'un Président, un Homme d'Etat...
Merci...

24. Le mercredi 13 février 2013, 06:04 par Paul

L'idéologie libérale consacre l'autonomie de l'individu au détriment du collectif. Ce faisant elle détruit toute norme collective et toute racine : le postmoderne est une monade nomade. L'individu qui agit au nom de son "intérêt bien compris" sans avoir le souci du bien commun se heurte aux autres ce qui produit des clash, de civilisation ou interpersonnels. Toute la classe politique française est dans ce mouvement là, de Coppé à Mélenchon. Elle a mis le libéralisme politique au service du capitalisme financier.

Mariage homo, PMA, GPA sont tous les trois au programme et le mariage homo est précisément la clef qui ouvre aux deux autres. C'est pour cela que le gouvernement s'acharne.
C'est de toute manière un alignement imposé d'en haut, par l'Europe et le droit anglo-saxon en premier lieu, puis par les USA qui l'imposent partout (condition nécessaire à la distribution d'aide humanitaire par ex).
Le projet de l'élite dirigeante mondialisée, c'est l'enfant OGM ou le travailleur à la demande. Pour les plus cinglées, c'est le transhumanisme, c'est à dire l'humain augmenté par la science.
Le résultat c'est la mise en place d'un modèle de domination implacable qui contrôle l'individu de sa conception-éprouvette jusqu'à sa mort programmée. Le totalitarisme avance masqué.

Benoit XVI avec sa critique du libéralisme radical ainsi que l'humanisme chrétien sont des obstacles à la réalisation de ce projet suprémaciste. Le catholicisme est plus que jamais une force et un contre-pouvoir dans les sociétés postmodernes.
Ce débat va faire sortir les cathos du bois. Mais il faut qu'ils se forment. Et qu'ils se forment aux textes. Benoit XVI nous montre par ce geste fort que l'Eglise n'est qu'un outil temporel au service du Christ et que tous ces enjeux de pouvoir ou querelles de chapelles lui nuisent plus profondément que l'athéisme.

Nous attendons de nos évêques et de nos prêtres une parole forte et joyeuse. Les logiques de pouvoir nous sont opposées. Le gouvernement est sourd. Vous avez raison, Hollande veut opposer cathos et postmodernes. Que les cathos se radicalisent, comme Civitas ? Ils seront détruits. Face à un pouvoir autoritaire et "dur", le mieux est de rester souple.

Il faut retourner à la source des Evangiles. Lire les écrits des papes. Et vivre. Le message christique n'est rien s'il n'est pas mis en pratique. Un beau témoignage de foi vaut plus qu'un bouquin et l'obscurantisme comme l'idéologie ne sont pas de notre côté !

25. Le mercredi 13 février 2013, 08:01 par loïc

Monsieur l'abbé,
Comme tout cela est fort bien dit ! Sur la forme autant que sur le fond.
Nous avons trouvé un Président qui vous donne du travail. Il égare les brebis et vous vous ferez un devoir d'aller les chercher.
Non, pas les égarées politiques !
Mais celles que certaines réformes de société heurtent. Celles qui en viennent à douter de la présence de Dieu en l'homme.
Celles que la faiblesse du respect de l'homme par l'homme déroute, surtout lorsque celui qui a cette attitude est le Président de notre pays.
Oui, je nous trouve très divisés. Tellement que je suis devenu militant contre cette loi idiote du mariage pour tous en souhaitant la défaite cuisante de ses partisans. Et je finis, parfois, par les détester.
Voyez, Monsieur l'abbé, jusqu'où l'homme peut aller, par réaction à la bétise, à l'encontre de tous les principes de l'Evangile.
Demandons à la Vierge de revenir sauver la France.
Loïc

26. Le mercredi 13 février 2013, 08:42 par P. David Journault

Cher confrère, comme souvent, je signe des 2 mains cette lettre. Merci et bonne entrée en Carême.

27. Le mercredi 13 février 2013, 08:44 par Elessar

La président Hollande a raillé la démission de BXVI ? Je n'ai pas eu cette information, un lien ?

28. Le mercredi 13 février 2013, 09:28 par Corinne

Je préfère... "De la part des Américains partout dans le monde, Michelle et moi-même souhaitons offrir nos remerciements et nos prières à Sa Sainteté le pape Benoît XVI"
B. Obama

29. Le mercredi 13 février 2013, 11:10 par mad

Ravie de te retrouver pour une sain(t)e colère. Bon Carême !

30. Le mercredi 13 février 2013, 15:41 par Rene POUJOL

Je partage votre incompréhension et cette "blessure" de se demander parfois si nous sommes reconnus dans notre dignité et notre liberté !

31. Le mercredi 13 février 2013, 21:02 par thebestinparis

Merci mon Père pour votre audace, votre style et ces mots qui reflètent et expriment bien haut ce que nous tous pensons si bas de notre gouvernance..
Je suis aussi un perdu déçu de nos gouvernants mais plein d'espoir et de foi, je m'en remets a Celui Qui guide et gouverne le monde
Bonne entrée en Carême, Père
Un Nième Perdu

32. Le mercredi 13 février 2013, 22:02 par veracruza

Merci tout simplement
Audace, courage, humilité... bon Carême

33. Le mercredi 13 février 2013, 22:04 par beedjees

Une belle lettre et un bonne réaction vis à vis de la déclaration de François Hollande tellement ridicule que les médias ont eut du mal à en sélectionner les quelques mots tangibles.
Bon Carême à vous !

34. Le jeudi 14 février 2013, 10:37 par haudick

Benoit XVI a pris conscience que à cette période difficile pour l'Eglise et pour le monde , il fallait un pape qui soit plus vaillant que lui dont le grand âge pèse sur sa personne , quel courage , quelle lucidité , quelle humilité , pour le bien de l'Eglise , il s'efface se sachant trop fatigué pour continuer de la servir , quelle générosité !... monsieur hollande : ayez ce même courage , la France a besoin d'un dirigeant qui soit conscient des problèmes graves qui la font couler , afin qu'elle se relève avant de ne plus pouvoir le faire , avant que tous ceux qui oeuvrent pour qu'elle travaille , pour qu'elle nourrisse les siens soient partis hors de nos frontières .

35. Le jeudi 14 février 2013, 10:40 par ADOUE Paul

Merci ! vous êtes d'une sincérité et d'une grandeur d'âme dont le Président devrait s'inspirer, ne serait-ce que d'une infime partie -ça serait déjà bien- mais malheureusement il en est incapable, lui et sa clique

36. Le jeudi 14 février 2013, 14:01 par typhtiftif

Bravo, merci de dire tout cela, avec cette personne on ne sait plus quel ton adopter!

37. Le jeudi 14 février 2013, 16:04 par Lolo

Bravo et merci !

38. Le vendredi 15 février 2013, 02:54 par doenerth

Bonjour David....Ravie de vous relire. La boue nauséabonde grandissante depuis quelque temps me faisait craindre votre "disparition" que je comprenais fort bien ! 1ère réaction en lisant votre billet...entièrement d'accord ! Je venais d'ingurgiter les "Femen" et l'obsession anticléricale de la L.P. .... J'ai lu aussi les commentaires. Celui que je garderai en mémoire et que je vous demande amicalement de garder, vous aussi, c'est celui qui se termine ainsi : "...voudrais juste penser que mon commentaire pourrait vous faire du bien, car vous avez l'air vraiment peiné, et je ne pense pas qu'il y ait de quoi. Et je trouve dangereux la position qui consiste à dire qu'on ne saurait rire de ce que l'on respecte..." Parce que, oui, le "nous ne présentons pas de candidat..." est amusant. Je le préfère au silence un peu méprisant et au "La République laïque ne s'occupe pas des cultes" ..N'oubliez pas votre humour : c'est une "arme" très efficace !!

39. Le samedi 16 février 2013, 11:35 par Béatrice

Merci pour ce si beau billet qui exprime ce que beaucoup ressentent comme peine, désarroi et colère devant l'attitude de celui qui n'a toujours pas pris la mesure de la charge qui lui a été confiée... Très heureuse de pouvoir vous relire et encore merci!

40. Le jeudi 21 février 2013, 22:50 par Gérard

Pour Canard du message N°7.
Je n'ai pas bien compris à qui s'adressait votre message .
Qui devrait se sentir au moins un chouïa ridicule ?
L'Abbé David ?
Mr le Président de la République?
Les rédacteurs de tous les autres messages ?
Ou alors vous-même ?

41. Le vendredi 22 février 2013, 16:48 par David

je vous remercie de vos messages de soutien comme de mécompréhension de cette démarche qui aura probablement été le fait d'un agacement plus qu'autre chose. Je conçois qu'on puisse la trouver déplacée, d'ailleurs, cette proximité virtuelle avec les dirigeants peut légitimement poser des questions: face à un élu, le rapport du "un à un" que suggèrent les réseaux sociaux comme les mails semble parfaitement inadéquat.
je comprends aussi que beaucoup se soient reconnus dans cette incompréhension profonde, peut être justifiée, mais qui en désarçonne plus d'un. Je vous sais gré de continuer à maintenir le climat de respect dû, quoiqu'on en pense, à un chef de l'état, et de respect mutuel de ceux qui ne partagent pas nécessairement les mêmes opinions. La harangue a suffisamment duré, faisons lui un saur.

PS: pas de réponse pour l'instant à mon message, néanmoins. Je ne suis pas sûr que le ton employé en permette une, quoiqu'il en soit.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top