Aller à la recherche

22h30

22h30, il n'y a quasiment pas de vent, les pontons ondoient au rythme de l'étal de marée haute, la mer scintillant des veilleuses qui ponctuent ces avancées flottantes entre les coques apaisées.

22h30, l'air et doux et le patron de la pizzéria respire un peu cet air tendre, inhabituel après cet hiver à rallonge, il toise, distant, le passant rassasié.

22h30, une simple voiture, feux de croisement, louvoie le long du quai, à faible allure, le moteur au ralenti.

22h30, au bar de la taupe, derrière la vitrine, deux hommes sont accoudés, le patron essuie des verres, au bar d'après, la musique passe la porte, forte, pop, autour des deux buveurs accoudés eux aussi. Et sur la vitrine, une affiche pour une expo photo, au point du jour, qui s'intitule "humaine", un peu comme les gars amarrés derrière.

IMG_20130414_222229

c'est dimanche soir. et je marche en lisière de tous ces mondes, mes chaussures ne font pas un bruit, ni ma vie, sauf le bonsoir lancé à quatre personnes, les quatre qui sortaient avec moi de la salle de ciné, à l'extrême fin du générique lu avec avidité. C'est dommage que mes pas ne sonnent pas, car le film que nous quittons y déployait le son, le son de Radio France, filmé par Nicola Philibert. C'est un très beau reportage et j'avoue que c'est moins les visages des voix que je connais bien qui m'a passionné, j'y ai vu, sans un poil de commentaire, les regards, les expressions cachées sous les voix, les attentions, les sourires, les intelligences, les mots soulignés qu'on entend, qu'on devine. Filmer la radio ainsi, c'est comme photographier vraiment l'humanité, juste sous la chair, pour dévoiler l'âme qui s'y cache bien souvent. J'avais été touché il y a longtemps par la délicatesse de Sandrine Oudin, j'ai découvert les regards qui ouvrent la parole.... parfois, journaliste est vraiment un beau, un très très beau métier. Pro, juste, passionné, souriant, précis, et diablement humain;

si vous êtes caressés à longueur de journée par France info, inter, bleue, culture ou musique, osez les regarder vous faire vibrer. Ce n'est pas indécent, c'est comme une photo réussie, ça dit un caché, un ... ineffable... même les vagues de la météo marine.

Commentaires

1. Le dimanche 14 avril 2013, 23:26 par David

ah, et si vous reconnaissez le ticheurte d'un des deux participants du jeu des mille euros, BRAVO! (PS, j'en ai deux ainsi, mais je ne me dandine pas ainsi devant les micros :)

2. Le dimanche 14 avril 2013, 23:55 par Thib

Merci pour cette tranche de vie qui change des tweets, billets sur le mariage pour tous ! Beau billet bien tournée ! UDP !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top