Aller à la recherche

soupirs et sourires

BlogDavidLerouge_294

J’ai une petite tendresse, comme un attendrissement
pour ces chanteurs, ces montreurs, ces parlants
qui traversent mes sens, ébouriffent mes certitudes
des petits sons qu’ils distillent, échos de leurs altitudes.

Sans doute parce qu’ils sont amoureux de l’homme, de ses beautés
de ses misères, de ses rires, ses pleurs, ses sourires, ses espoirs
de sa profondeur qui exulte sur son épiderme, frissonnant, exalté,
ils chantent et dessinent un homme griffé, en attente, plein vivant, demi-mesuré.

Par une inspiration qui leur et m’ échappe, ils me parlent (de) Dieu
de l’homme créé, dans son aventure d’humanité, et de divinisation en déploiement
ils me chantent la peur, l’amour, les secrets, les blessures, la joie, les éraflures,
la foi, l’humain qui cesse de ne pas l’être, qui n’est pas acheté.

j’écoute alors les petits récits anodins et pédants de Vincent Delerm, les assonances d’Albin de la Simone, la discrète théologie de Théos, le jazz expressionniste de Grégoire Gensse et Elodie Pasquier, les tressaillements de Frédéric, et surtout, surtout, la poésie joyeuse et légère de David Sire… Ce n’est pas une Parole divine, pas du tout, mais il sait, par une justesse et une grande sensibilité, bien souvent me surprendre, me toucher, me sauver… comme un écho de quelque chose de beaucoup plus grand.

Lecteur audio intégré

DS_PENCHER300

C’était un homme cassé,
un homme tout concassé
par les cailloux du passé :
un homme chevillé. 
A force de ressasser,
il s’était cadenassé,
rapetissé, tout tassé,
tout recroquevillé.
C’était un homme coquille,
c’était un homme béquille,
Un homme qu’en pouvait plus.
Il lui avait tant plu,
tant dégouliné dessus,
tant pris de coups de massue,
picoré par les rapaces,
il se fit carapace.

Un jour un petit secret,
un petit secret sucré,
délicat, tendre, discret,
croisa l’homme cassé.
Le petit secret sucré
en fut tout embarrassé,
s’en trouva tout tracassé
se dit : C’en est assez !
Sur l’homme et ses forteresses,
il fit courir des caresses
en répétant : je suis sûr
qu’il y a une fissure ;
et quand il eut dégoté
l’anfractuosité,
il sourit de toutes ses dents
et il plongea dedans.

Dedans l’homme tout cassé,
dans l’homme cadenassé,
sans aucun laisser-passer,
un secret est entré.
Il a beau être discret,
délicat, tendre et sucré,
quand il s’est mis à chanter,
Ben y a tout qu’a pété !
On a vu sous les paupières
de l’homme qu’était de pierre,
on a vu craquer les murs,
se fissurer l’armure.
Le secret a pris racine.
L’homme a redressé l’échine.
Dans un grand bouquet de larmes
il a posé les armes.

Qu’a-t-il donc pu se passer
pour qu’un homme tout cassé
soudain se remette à chanter,
se remette à pousser ?  
Qu’a pu le secret lui dire
pour qu’on le voit refleurir?
Personne ne peut le dire !
Les secrets c’est sacré.

alors il faut aller écouter tout l’album de David Sire, pour pencher, pour sa maison, le secret et tant d’autres pépites. On peut acheter les mp3 sur les sites qui vont bien, on peut lui écrire une petite bafouille pour demander le CD pour 15€. Il en est des poètes dans ce monde comme des théologiens, ils en sont la profondeur en légèreté.

Commentaires

1. Le lundi 30 septembre 2013, 18:56 par Vieil imbécile

Le cadenas, la carapace, les fissures.
Le sourire, le chant, les larmes.
Le pétage, le redressement, le dépôt des armes.

Le sacré.

Thèmes lancinants ici.

Sources de vie.

2. Le lundi 30 septembre 2013, 19:44 par Anne-Claire

Il y a des instants, des mots, des arpèges, des harmonies, des regards aussi, tellement plus beaux que d'autres...
Et David Sire, il faut aussi le regarder chanter. En concert.
Et c'est chiant quand tu écris bien comme ça ;)

3. Le lundi 30 septembre 2013, 22:38 par Corine

et c'est grâce à ici que j'ai traîné mes pas vers Nantes il y a quelques mois pour l'écouter le David, celui-là. Les deux se valent bien ;-) Merci.

4. Le lundi 30 septembre 2013, 23:04 par David Sire

Cher David
Je suis très touché par ces quelques mots posés sur mon travail. Merci pour ce partage et j'espère à très bientôt pour la naissance imminente de la Bidulosophie !
La recherche continue.
Amitiés chaleureuses

David

5. Le mardi 1 octobre 2013, 14:34 par pluie-de-roses

Merci pour cette jolie farandoles de mots.....je pars de suite acheter ce petit bijou.

6. Le lundi 7 octobre 2013, 16:57 par Tigreek

En fait, à la première écoute, c'était... comment dire ? Trop râpeux. Un peu trop dur, un peu trop de piqué pour que j'accroche.
Et puis je relis, je reviens, je réécoute... Et ça rentre. Le petit secret. Dans l'anfractuosité. Qui fait exploser, de l'intérieur.
C'est chouette ! :)
Merci les Davids ;)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top