Aller à la recherche

ça en aiderait certains si c'était écrit comme ça, mais en fait non

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu, et qui était d’excellente famille du côté de sa mère.

Passant au bord du lac de Galilée, Jésus vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets : c'étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Allez vous laver les mains, et venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. » Aussitôt, laissant là leurs filets, et s’étant lavé les mains,  ils le suivirent.

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. Les gens écoutaient pieusement parce que c’était Parole d’Evangile. A la fin du sermon, ils se pressèrent pour le féliciter, c’était une bien belle homélie. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier. Jésus fit taire l’esprit mauvais, car ce n’est pas bien de faire du scandale dans un lieu de culte. Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.

Le lendemain, bien avant l'aube, Jésus se leva. Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il récitait ses prières. Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche. Quand ils l'ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus s’excusa de les avoir ainsi inquiétés, et leur promit de ne plus jamais s’éloigner sans dire où il allait. Tout le monde fut content.

En passant, il aperçut Lévi, fils d'Alphée, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « travailler c’est dur, certes, mais voler c’est pas beau, mieux vaut me suivre. » L'homme se leva et le suivit.

Comme il était à table dans sa maison, beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car il y avait beaucoup de monde. Même les scribes du parti des pharisiens qui sont des gens bien mais hypocrites ce qui n’est pas bien le suivaient aussi, et, voyant qu'il mangeait avec les pécheurs et les publicains, ils disaient à ses disciples : « Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »  Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « on ne parle pas la bouche pleine. Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs et ainsi ils pourront devenir des gens bien. »

Jésus, voyant une grande foule de gens sur le bord du lac, fut saisi de pitié envers eux, il les fit asseoir convenablement, sans mettre les coudes sur la table, puis fit servir tout le monde à commencer par le clergé. Quand la maîtresse de maison commença son assiette, après le bénédicité, tout le monde put manger, en commençant par les couverts les plus éloignés de l’assiette (la fourchette à trois doigts pour les cinq poissons). Un convive, qui mangeait la bouche ouverte, fut carbonisé par un éclair lancé par Jésus.

Aussitôt après avoir nourri la foule, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule, et il salua obligeamment chacun.
Quand il les eut congédiés, il s'en alla sur la montagne pour prier. Non loin de là, un enfant pignait qu’il voulait encore un peu de pain, son père allait lui céder quand Jésus s’approcha et lui scella les lèvres et les pieds. Il lui apprit qu’il ne faut pas demander, puis le libéra. L’enfant, reconnaissant, apprit à se contenter de ce qu’on lui donnait. Jésus repartit dire ses prières, comme il se doit.

Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il s’abonne à la croix, et qu'il me suive.”

Alors arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font demander. Beaucoup de gens étaient assis autour de lui ; et on lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent. » Alors jésus sortit et embrassa sa mère, et il salua ses frères, parce qu’il est important de veiller aux bonnes relations dans la famille, puis il retourna travailler.

Il leur dit encore : « Ce qui sort de l'homme païen, c'est cela qui le rend impur. Car c'est du dedans, du coeur de l'homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres,  adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l'homme impur. Mais chez les chrétiens, on ne trouvera pas de telles choses, car ils ne sont pas du monde »

Des pharisiens l'abordèrent et pour le mettre à l'épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Jésus dit : « Ben non, la famille c'est important. »

Lorsque Jésus, avec la puissance de l'Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues des Juifs, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l'habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. Un enfant se mit à brailler, Jésus le regarda et aussitôt l’enfant se tut. Tout le monde lui en sut gré. L’enfant comprit que désormais, il ne serait pas permis aux enfants de bouger une oreille à la messe. Et Jésus vit que cela était bon.

On présentait à Jésus des enfants pour qu’ils puissent l’écouter mais les disciples, craignant qu’ils fissent du bruit, les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants sages venir à moi. Ne les envoyez pas à la garderie, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent quand ils sont sages.  Amen, je vous le dis : celui qui n'accueille pas le royaume de Dieu à la manière d'un enfant obéissant n'y entrera pas. »

Jésus était dans une ville quand survint un pauvre qui criait. Jésus le regarda, lui donna une pièce, et le pauvre cessa de geindre. Tout le monde trouva cela très bien.

Or il advint, comme s'accomplissait le temps où il devait être enlevé, qu'il prit résolument le chemin de Jérusalem  et envoya des messagers en avant de lui. S'étant mis en route, ils entrèrent dans un village samaritain pour tout lui préparer.  Mais on ne le reçut pas, parce qu'il faisait route vers Jérusalem et on émit des positions contraires aux siennes, remettant en cause la loi naturelle.  Ce que voyant, les disciples Jacques et Jean dirent: "Seigneur, veux-tu que nous ordonnions au feu de descendre du ciel et de les consumer?" Se retournant, il les félicita pour leur initiative et détruisit de la foudre divine le village impie, cette société qui n’était pas digne de lui et intrinsèquement mauvaise… Et ils se mirent en route pour un autre village.

Jésus et ses disciples approchent de Jérusalem. Jésus envoie deux de ses disciples : « Allez au village qui est en face de vous. Dès l'entrée, vous y trouverez un petit âne attaché, que personne n'a encore monté. Détachez-le et amenez-le. Si l'on vous demande : 'Que faites-vous là ?' répondez : 'Le Seigneur en a besoin : il vous le renverra aussitôt.' » Ils partent, trouvent un petit âne attaché près d'une porte, dehors, dans la rue, et ils le détachent. Des gens qui se trouvaient là leur demandaient : « Qu'avez-vous à détacher cet ânon ? » Ils répondirent ce que Jésus leur avait dit, les gens dirent que la religion est une affaire privée, mais les ânes aussi. Les disciples organisèrent une manif, et face à leur détermination et parce qu’ils étaient du côté de la vérité on les laissa faire.

Ils amènent le petit âne à Jésus, le couvrent de leurs manteaux propres, et Jésus s'assoit dessus. Alors, beaucoup de gens étendirent sur le chemin leurs manteaux, d'autres, des feuillages coupés dans la campagne parce que la ville de Jérusalem avait du mal à s’occuper de la propreté des rues.  Ceux qui marchaient devant et ceux qui suivaient criaient : « Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni le Règne qui vient, celui de notre père David. Hosanna au plus haut des cieux ! » Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple. Il inspecta du regard toutes choses et tout le monde le trouva chouette. Il régna sans fin et les anges le servaient. Tout le monde devint chrétien et le bonheur se propagea partout.

Commentaires

1. Le mercredi 8 janvier 2014, 15:25 par Vieil imbécile

Hé bé... vous, quand vous faites une pause d'écriture, vous retendez le ressort de votre machine à distribuer les claques à vos contemporains...

2. Le mercredi 8 janvier 2014, 15:39 par Laurence

En gros, le monsieur te demande d'être obéissant, et de t'abonner à La Croix. C'est clair ?

3. Le mercredi 8 janvier 2014, 15:52 par Vieil imbécile

C'est très clair... pis le monsieur, il a dû lire la recension de Pneu du Jésus de Pedotti... http://j.mp/1eoYA7z :)

4. Le mercredi 8 janvier 2014, 15:55 par L'Abbelge

Très bon.
Et j'adore le commentaire de Laurence : "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément !"

5. Le mercredi 8 janvier 2014, 16:03 par Isabelle

C'est un extrait de la nouvelle traduction de la Bible sortie en novembre, c'est bien ça? J'ai bon?
Comment ça, non? pfff
;-p

6. Le mercredi 8 janvier 2014, 17:03 par Corine

Tu nous apprends à lire avec les apocryphes de Marque cette année ? ;-)

7. Le mercredi 8 janvier 2014, 18:29 par Koz

Tout ça, c'est des conneries

8. Le mercredi 8 janvier 2014, 18:49 par Firenze

franchement, parfois, on se demande...
J'aime bien, c'est drôle, franchement drôle ...

9. Le mercredi 8 janvier 2014, 19:02 par Pascal

De quoi parlaient les prêtres à table ce midi ? Des enfants sages, ou pas… des paroissiens raisonnables, ou pas…
N'empêche qu'aujourd'hui chacun fait c'qui lui plait… C'était mieux avant ??

10. Le mercredi 8 janvier 2014, 19:48 par Gilles

"ça en aiderait certains si c'était écrit comme ça, mais en fait non"
Pourtant le 1er degré vaut bien une bière, avant la modération...

11. Le mercredi 8 janvier 2014, 22:35 par lilo

" Béni le Règne qui vient, celui de notre père David." !!!!!
:)

12. Le mercredi 8 janvier 2014, 22:36 par Camille

très très fort ! merci pour cette bonne dose d'humour !

13. Le mercredi 8 janvier 2014, 23:47 par Nitt

Tu avais mangé du dragon d'apocalypse pour écrire un tel pamphlet ?
En tous cas, j'ai bien ri et je t'en remercie.

Le petit passage sur la famille que Jésus va embrasser sagement m'a tout particulièrement touchée. Je le ressortirai, à l'occasion. ;)

14. Le jeudi 9 janvier 2014, 00:17 par doenerth

J'ai lu... ri de bon cœur...ensuite, j'ai regardé QUI était l'auteur ? Pas étonnée. En lisant, je pensais que c'était le style ;-) Il va falloir que je trouve comment partager cette "nouvelle" vie du Christ ! Pas très douée avec ces engins.

15. Le jeudi 9 janvier 2014, 07:21 par Tellou

Il y en a même qui aimeraient que ce soit écrit "les gentils sont bien. Les méchants sont pas bien. Pour être gentil et gagner des points pour le paradis, voici une liste avec les cases à cocher. Va et sois gentil"

16. Le jeudi 9 janvier 2014, 07:37 par sdld

Et il ne vécu pas heureux et n'eut pas beaucoup d'enfants ?

17. Le jeudi 9 janvier 2014, 12:20 par Matthieu

Et avec ça, tu as encore des paroissiens ? #cherbourgsevidedesapopulation

18. Le jeudi 9 janvier 2014, 12:55 par mad

Que celui qui aurait bien aimé ne pas faire partie des certains mais après lecture attentive doit avouer que en-fait-si-un-peu-quand-même-là-par-exemple-sur-ce-tout-petit-truc lève le doigt ou baisse la tête... euh... sois juste rempli de joie que Jésus soit tellement vachement plus grand que l'image qu'il en avait.

19. Le jeudi 9 janvier 2014, 13:36 par Eliette

Oh! J'aime. :)

Surtout la foudre divine. Mouahahahahaha.

(et j'ai cru que je ne me remettrais pas du "qu'il s'abonne à la croix" :D )

20. Le jeudi 9 janvier 2014, 14:56 par Albatros

Très amusant, mais les intégristes sans humour (pléonasme) risquent de considérer ce texte comme blasphématoire.
Cela m'a fait penser à ce texte de Jean-Pierre Rosnay, grand poète et grand Résistant, que je vous livre :

Intimité du Christ (Jean-Pierre Rosnay)

Jésus se fait deux œufs sur le plat. Il n'est pas coiffé, pas rasé, pieds nus il a laissé sa croix dans un coin. Aussitôt qu'il a un moment, il dessine des enfants, des enfants, des enfants. Parfois, il lit les journaux et hausse les épaules. Ce que l'on colporte sur son compte l'irrite, accentue sa fièvre.

Jésus répare sa bicyclette, il doit aller livrer du poisson, il y a une éternité qu'il n'a pas eu le temps de téléphoner à sa mère. La dernière fois qu'il l'a vue, c'était au Golgotha, peu avant son décès. Il a des fins de siècles difficiles.

Gardien des eaux et des forêts de l'âme, il va, il va, opiniâtre, friand d'innocence. Les pauvres le rassemblent, il a toujours un visage pour les vaincus. Il évite les cathédrales comme la peste, il fait un grand détour à cause d'un rendez-vous qu'il a dans les yeux d'un aveugle. Tout à l'heure il se fondra à nouveau dans la foule, puis, après avoir escorté des révolutionnaires qui se déplacent nuitamment, par prudence, il recommencera à dessiner des enfants, des enfants si petits qu'il faut une loupe ou un cœur de mère pour les voir.

Je le salue distraitement, car il n'apprécie guère les démonstrations, car il doute, car il est mon ami. Je prends congé, je me rejoins dans ma vie si provisoire, si bâclée, si chaotique, que je n'y aurai pris, à vrai dire, qu'un intérêt limité.

21. Le vendredi 10 janvier 2014, 21:47 par Anne So

Ravie de te revoir sur la toile ...

22. Le samedi 11 janvier 2014, 00:34 par Sr zabeth

Je viens d'avoir la preuve que je n'entrerait pas dans le Royaume des Cieux! Merci David!

23. Le samedi 11 janvier 2014, 06:07 par Nathy

J'ai bien ri et c'est une bonne médecine et puissante. Ce sujet dans La Croix ( et les paroisses!) est bien triste !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet

Page top