Aller à la recherche

lundi 22 juin 2015 23:00

la tête à l'envers

Suivant un usage désormais annuel, je grille les homélies de profession de foi en les posant ici pour ne pas être tenté de les refourguer l'année d'après. Cette année, "pour faire un arbre, mon Dieu que c'est long"

Si un institut de sondage venait dans cette assemblée vous demander si vous êtes chrétiens, je ne sais pas si la réponse serait la même pour tous... "Oui" pour beaucoup, à commencer par les premiers rangs ; "un peu", "non" pour d'autres et quelques "ne se prononce pas", forcément... mais vous devinez que ce n'est pas la manière de l'Evangile de parler de l'homme, de parler de foi, l'Evangile ne met pas dans des cases... L'Evangile préfère les images, comme celle d'aujourd'hui, d'ailleurs, le grain de moutarde... une image bien riche, bien utilisable (coucou Glorious), une image qui parle de croissance, d'enracinement, et de la beauté de la vie qui nous rapproche du ciel tout en donnant ce que nous avons reçu

Genre la graine qui devient un arbre… ça permet pas mal de broder sur

  1. Donner sa vie, se donner, s’oublier pour porter du fruit
  2. Laisser entrer dans sa vie le greffon de la grâce qui fait porter du fruit, devenir un avec lui
  3. Porter du soin à la bonne terre, veiller sur
  4. Ne pas oublier de puiser, et donner du fruit

mais ce serait oublier l'autre dimension essentielle de l'Evangile, celle qui fait que la foi n'est pas un coaching pour une jolie vie, avec des jolies valeurs et des bons conseils. L'Evangile ne cesse de renverser nos manières de penser... il ne nous invite pas à aimer nos amis seulement, mais nos ennemis, ni à veiller gentiment sur nos vies, mais à les donner... Et pour notre image de l'arbre, il faudrait la retourner aussi... 

je pique l'idée à une abbaye, Jouques, qui a bien mis un arbre sur son blason, mais un arbre à l'envers, les racines dans le ciel

 DavidLerouge2015-1-2.jpg

et forcément, ça nous emmène un peu plus loin:  

1. puiser au ciel, toujours, de quoi vivre, les racines sont toujours aussi importantes que les branches, mais invisibles. comment s'enraciner au ciel? par la prière, l'écoute de la parole de Dieu, le silence, les sacrements, puiser à la source de tout amour. 

2. désirer donner du fruit sur terre, de plus en plus, de plus en plus largement, accueillant dans l'ombre de notre vie avec Dieu ceux qui ont besoin de sa tendresse

3. mais plus fondamentalement, si nos racines sont au ciel, nous ne sommes plus étrangers nulle part (je vous passe les vannes sur là où commence l'étranger pour beaucoup d'entre nous), et personne ne devient étranger, car le ciel est partout.

Fin de nos peurs, début de l'aventure avec DIeu qui compte sur nous pour porter les fruits du ciel sur la terre. 

à la fin de la célébration, une chrétienne, qui était passée par Jouques m'a donné le petit dessin ci-dessous. C'est fou ce que les gens dessinent pendant les messes :D

mardi 27 mai 2014 17:55

Christou les pouces verts

l’homélie de profession de foi, ou l’art de rabâcher TOUJOURS les mêmes thèmes. (mais ça change des bateaux et des sacs de rando)

IMG_3347
IMG_3345
IMG_3348
IMG_3346
IMG_3349

hop, fin de l’homélie de Christou les pouces verts

mercredi 29 mai 2013 19:38

Save Our Souls

Partant du principe, discutable j’en conviens, que personne n’écoute jamais vraiment les lectures lors des professions de foi, et que les jeunes de 6e sont les spécialistes des lectures à peu près (non, cher jeune, tendresse ne peut pas se lire détresse, et buter 2 fois, malgré la répétition sur un mot à trois syllabes ne le rend pas plus intelligible pour ta famille qui suit vaguement), partant de ce principe, donc, je ne m’appuie que rarement sur la lettre de l’Evangile pour les homélies de profession de foi. Déjà qu’ils n’écoutent qu’en touriste, commenter un texte pas entendu, ça tient du suicide.

Partant du vent de la Pentecôte,  et de la météo cherbourgeoise pourrie depuis 18 mois,  j’espérais, à voix haute, que ces jeunes s’engageant ne prendraient pas le pli de nombre de leurs aînés, à savoir n’appeler Dieu que quand ça commence à sentir le cramé, les chocottes, le plan qui pue, bref, quand c’est la bérézina et qu’on implore, fissa, son secours.

Parce qu’appeler Dieu au secours dans la bourrasque, ça ne lui laisse comme possibilité de vous envoyer ça.

Bouee_10576 

une bouée efficace, qui vous sort la tête hors de l’eau, mais qui ne ramène pas au rivage, ne fait pas avancer et ne sauve qu’un temps, en espérant que le coup de tabac se calme super vite.

Et ce n’est pas avec ce genre d’ustensile qu’on va pouvoir aller un peu au large, partir à l’aventure, vivre à plein vent… Du coup, j’ai filé la métaphore marine de la vie chrétienne.

Embarquons, donc.

pour vivre au vent de l’Esprit, il faut des voiles, c’est la prière, la seule qui te fait vraiment avancer. Plus tu pries, mieux tu pries, et plus l’Esprit peut te faire avancer.

 

sailplan

mais les voiles sans la quille plongée dans l’eau, c’est s’exposer à dessaler ou à finir en cerf volant… il te faudra donc plonger dans le quotidien de ta vie, y mettre les mains et le cœur, bref aimer, vivre, dans le quotidien et pas qu’avec des mots.

5

le bateau tout seul, c’est envisageable quand il fait beau, ou quand on est un figariste super héros, mais c’est en équipage, en Eglise qu’on vit la foi, chacun son rôle, et chacun est important…

compas

A vivre sans cap, tu finiras par faire des ronds dans l’eau… Ta boussole, c’est l’Evangile et les appels que le Christ t’adresse, il faudra t’ajuster mais toujours t’y référer, l’écouter.

9999

la Bible ouvrira même les chemins de foi dans lesquels s’engager, avec quelques repères. Tu peux t’en passer, ça risque juste de devenir plus long et plus compliqué.

Note qu’il existe quelques règles pour la navigation, des balises qui t’indiquent des dangers ou le chemin pour rentrer dans le port. C’est un peu la vie bonne chrétienne qui t’indique les dangers, les digues et les rochers. Si tu n’écoutes pas, tu risques parfois ta vie.

17.balises-port-tudy-groix.jpg

et enfin, sur mer, n’oublie pas l’avitaillement, le temps des sacrements, des moments pour boire, manger, se ressourcer à l’intérieur, sinon, tu vas crever.

boat_provisioning

voilà, il y a tant à découvrir au large, d’autres rivages, d’autres visages, et tu comprendras mieux Celui qui embarque avec toi, dans les belles traversées comme dans les 40e rugissants (plus que 3 ans pour moi). Bref, le Christ t’adresse cet appel, “allons sur l’autre rive (Luc 8)” es tu prêt à embarquer ?

et le premier qui la ramène sur le fait qu’il manque la dimension du témoignage, je lui colle la bôme dans la tronche.

dimanche 16 décembre 2012 17:21

glissade sémantique

les lunettes joyeuses d'Elie

glisser en Avent, de l'attente à la veille,
par une attention au Bien qui sourd sans tapage
et plus activement encore, une Bienveillance.

mardi 4 septembre 2012 16:13

dicomélie

Partant du principe que l’école de la république enseigne un vocabulaire certes complet mais à vocation laïque, je me permets d’étoffer le dictionnaire de verbes propre au domaine religieux, et plus particulièrement à l’art oratoire de l’homélie. Pour rire

fondonegro_elpredicador

- A -

Acidacétylsalicyliquer : (effervescent) se faire mousser en homélie avec des mots compliqués (attention, effets secondaires inattendus, notamment des céphalées)

Agapester : Râler, mais avec charité

- B -

Bricbrocquer : faire une homélie à l’arrache avec des bouts de trucs déjà dits ailleurs sur d’autres péricopes. (NB : Très fort risque intrinsèque de Ravalcquer.)

- C -

Cécéhèfder : truffer l’homélie d’appels diocésains qui feront passer le prédicateur pour un gaucho. (avec des variantes pour le denier)

Culculpabiliser :mettre tout le monde mal à l’aise sur les questions affectives avec des propos vindicatifs, péremptoires et désincarnés-rose-bonbon.

Curiculumviter: raconter ses dernières anecdotes pour “illustrer” le propos.

- D -

Désirdaveniroser : truffer son homélie de références d’actualité involontaires de mauvais goût.

Diabloquer : faire une homélie dialoguée, mais personne ne bronchant en face.

- E -

Episcopâlir : (v.t. episcopâlir un propos) déployer une idée sur plus de 20 minutes (il est de bon ton de conclure sur la Vierge Marie)

Exégésir : crouler à mort sous les explications historicocritiques, étymologies et commentaires intrabibliques.

Exociter : faire décoller (et exploser parfois) une homélie avec des références à des péricopes qu’on n’a pas entendues le jour même.

- G -

Germanopratiniser : inclure dans l’homélie des références littéraires piochées dans les éditions de la Pléiade.

Grhomméliser : faire une homélie où tout le monde va en prendre pour son grade, sans avoir rien demandé à personne

Gromoliser : la même chose, mais en vulgaire.

- H -

Homiloler : une tit' blague?

- M -

Monomélimer : n’avoir qu’un angle de lecture pour TOUTES les homélies, et l’user à force.

- O -

Omertaire (s’) : s’appliquer la loi du silence, préférant retourner s’asseoir sans un mot, au lieu de délayer longuement son manque d’idée, évitant ainsi de se faire fusiller du regard par le curé.

Ophtalmocligner : adresser toute son homélie à la jolie jeune femme/ l’Edmondprochain du 3e rang, avec des allusions qu’elle/il seule comprendra. Clignement d'œil

- P -

Paraphrasouiller : redire exactement la même chose que le texte, mais plus longuement et moins bien.

Pipauté : magistère du Blabla. Note : on en a rapidement plein le saint siège.

Picolomagner : dire peu de choses en trop de temps.
attention : magnopicoler n’est pas une variante ou l’antonyme de picolomagner. il signifie se prendre une cuite.

Psychofabuler : passer toute l’homélie à gloser sur les ressentis supposés, voire les antécédents probables, des protagonistes de l’Evangile. exemple : si Pierre a suivi l’appel de Jésus “aussitôt”, c’est qu’en fait, il le connaissait avant. (ah ben forcément)

- R -

Ravalcquer : faire une homélie qui n’a Rien A Voir Avec La Choucroute

- S -

Saintetéser : citer hyper abondamment le pape. (attention, saintetéser tend à ne pas raccourcir les homélies) Variante : vatifoler. 

Sinéfiner : ne pas savoir conclure (ou trop le faire)

- T -

Techniciter : vouloir illustrer le propos au moyen de moyen technologiques modernes (projecteur diapo, panneaux avec des coupures de journaux, rétroprojecteur…)

- V -

Vatifoler : citer follement in extenso des paragraphes de conciles qu’on peinerait à comprendre à l’écrit, et se persuader que tout le monde va les comprendre à l’oral.

(la liste, basée sur l’ensemble des homélies que je dis, pourra être allongée à loisir. Si la liste est longue, c’est que les écueils sont tout aussi nombreux que les homélies sont foison. Le plus extraordinaire de tout cela, c’est que la Parole fasse son chemin, et touche, de façon tout à fait imprévisible le plus souvent Clignement d'œil)

addenda 2012

Ikeabuser : Meubler à outrance avec des objets de qualité relativement douteuse sur le long terme (Car, comme disait un jour Eric Salobir (coucou !) : "Meubler, c'est la pire injure qu'on puisse faire à la Parole... et ça m'arrive si souvent !") (par @edmondprochain)

vendredi 1 juin 2012 09:40

Prière de ne pas me roucouler dans l'oreille

Je tiens à mes neurones. J’en ai pas assez et ne suis pas sûr de vouloir les laisser en viager à qui que ce soit. Je n’ai jamais bien compris comment ils fonctionnent mais me garderais bien, comme firent les grecs en associant les éclairs à Zeus, d’y voir une mécanique divine. Bien sûr, je prie, avec tout ce que je suis, je prie en me tenant en la présence de Dieu, en élargissant l’espace intérieur pour y écouter sa Parole, pour y laisser rayonner son amour et sa lumière, pour apprendre à agir en conséquence. “Ô Toi qui es présent dans le fond de mon cœur, laisse-moi te rejoindre dans le fond de mon cœur”. Je prie l’Esprit de me donner l’intelligence des Ecritures, je lui demande de m’aider à bien connaître Dieu… et à rester juste.

De là à parler d’inspiration, je me tâte. Je me demande même si, quand on évoque ce sujet, on ne serait pas, parfois, à deux clics d’un énorme cliché.

En version conscience, ça pourrait ressembler à un dessin animé, ou à une scène de Pirate des Caraïbes… un petit être vaguement cornu ou ailé qui batifole à deux pas de vos pavillons, et vous susurre vos bonnes ou surtout vos mauvaises actions, une personnification de la bonne ou mauvaise conscience, toute extérieure à soi. Nous sommes le ring d’un combat, avec l’autonomie intellectuelle du ring. C’est pour la version “décision”. Le thème se décline d’ailleurs assez bien, en version intracrânienne, avec la version de Lars Von Trier dans Breaking The Waves: L’héroïne, passablement allumée, parlait à Dieu avec sa petite voix et des larmes dans les yeux, dans le bizarre de sa vie tourmentée, et elle se faisait elle même les réponses, avec une grosse voix toute pathologique en reprenant les mots indigestes et acérés du Pasteur.

pssst

Dans la version inspiration, c’est la colombe, ou le petit Jésus à califourchon sur votre épaule, et qui vous dicte ce que vous avez à dire, les paroles qui toucheront. Dieu se sert du prédicateur, en court-circuitant son cerveau et susurrant “la” Bonne Parole. D’ailleurs, avec une telle vision, on imagine assez facilement les évangélistes soufflés par les mêmes bourrasques. “Ecoute ce que l’Esprit di(c)t(e) aux Eglises”.

Sans aller jusqu’à ce cliché, j’ai pourtant l’impression, quand j’écris mes homélies, que mes neurones sont passablement verrouillés, et peu sujet à manipulation spirituelle. Je choisis, pense, préfère les mots que je vais utiliser. Je n’attends pas qu’ils me tombent dans l’oreille. Les mots viennent de mon écoute de la Parole, que je sers, les mots viennent de mon attention au peuple auquel je vais devoir faire entendre la Parole, que j’écoute aussi, les mots me viennent de choix, d’audace, d’humour, d’écriture. Dans MES synapses.

Mais alors, quid de l’Esprit Saint? Il est présent tout le temps, et plus encore.

C’est avec lui, comme tout un chacun, que je peux comprendre un peu Dieu
C’est avec lui, que je prie, dans l’audace de sa présence
C’est avec lui, que je reste serviteur et adorateur de ce même Dieu

C’est lui qui se saisit de mes mots, de mes mots choisis, et fait que tel ou tel touche. Non pas que j’aie été télécommandé, mais parce qu’il donne la fécondité. Il prend les choses comme il prend les mots pour en faire des signes. ça, je ne peux le faire. Je ne peux que donner. Lui, il donne la profondeur et la justesse que je ne saurais deviner. Et c’est très bien ainsi.

Ainsi, même quand je suis mécontent du propos, untel vient nous dire qu’on a touché juste, ou quand on est content, qu’on a bien cerné le mystère, un autre vous dire “rien compris” “bien aimé ton petit exemple ridicule” ou rien.

Une homélie s’écrit, avec toute l’intelligence du prédicateur, sa foi, sa vie, sa plume. On ne peut pas plus. L’Esprit, lui, lui donne sa fécondité (bis, je sais, mais tout est là)

vendredi 6 avril 2012 18:02

la croix de bas en haut

Voilà. Il y a les homélies qu’on maîtrise, et celles qu’on consent à donner, à laisser filer entre les lèvres. Peut-être moins une homélie qu’une méditation. Peu importe, il faut la laisser se dire, même quand on n'est pas sûr.

 Sans titre-1 copie

Ecouter la Passion est, et reste, une épreuve. C’est un récit long, et qui nous atteint d’une façon qu’on ne sait pas bien anticiper, même s’il nous est familier. Ce n’est pas tant de la surprise, de l’émotion, de la pitié, ni même de la compassion. C’est une autre profondeur qui se révèle.

Peut-être avant tout parce que justement nous y sommes confrontés à la mort d’un proche, d’un très familier, du plus familier. C’est une mort avec aussi peu de sens que les autres morts, la mort comme la brusque irruption/éruption de l’absence de sens dans notre quotidien.

Il n’est plus temps alors d’élever les yeux, ou la voix vers Dieu, c’est trop tard. La mort d’un proche, d’un aimé me fait buter trop souvent sur la stèle, elle m’attire à terre, m’atterre, m’enterre aussi. J’y suis pesant, englué, lourd. J’ai mal de ne pas comprendre, j’ai mal tout court.

Qu’il ait parlé hier, que je connaisse le demain n’y change pas tant que ça. Que les mots de l'Evangile témoignent de l'attitude du Christ ne simplifient pas non plus. Le mal, la souffrance, la mort, viennent me tordre de l’intérieur.

C’est une Mise en abyme aux deux sens du mot à l’oral. Plongée dans l’abîme, le trou : nous avons suivi Jésus. Nous sommes allés jusqu’au tombeau. Et cela n’est pas facile. Rien pour enjoliver ce récit, rien pour le rendre pire non plus. Ce qui trouble, c’est que c’est « vrai ». Je suis moi aussi dans l’abîme, avec lui.

un peu comme dans la figure de style, comme deux miroirs qui répercutent la même image à l’infini, l’une insérée dans l’autre. Parce que je suis un peu renvoyé à mes propres morts, je suis mis en abyme, d’un certain côté

MAIS Mon souci est exactement là aussi, je ne suis pas sûr d’être à l’image du Christ, de sa vie donnée. L’aurais je suivi, ne l’aurais je pas renié, l’aurais je hué aussi, comme la foule versatile et déçue ? Parce que profondément, dans ma foi, J’ai peur d’être celui qui abîme.

Je suis la foule qui crie. Qui crie de ne pas avoir été exaucé, qui crie de l’avoir oublié à avoir prétendu me l’approprier. C’est mon péché. C’est mon péché qu’il portait. Et me voilà plus bas que terre. Avec les mêmes raisons que Pierre pour pleurer. Comme quand je veux changer de vie au milieu d’un deuil, et que je ne le fais pas tant que ça.

Cependant les écritures ne parlent pas de sol, de terre, de caveau. Mais, dès la première lecture, d’un serviteur élevé, exalté. Détruit, honni, défiguré… mais pas atterré. Au contraire, ELEVE. Comme si le mouvement de don, d’humiliation, était le summum de l’élévation, et la mort le don ultime : du sang, de vie, de l’eau, pour être lavé. Il donne sa vie, il consent à la mort, il y relève et révèle l'homme: Humanité sauvée, fructueuse.

Ne restons pas les yeux dans la tombe, épuisés, déshumanisés par la mort. Suivons le fleuve de la vie donnée, de l’humanité révélée. Urs Von Balthasar parle de gloire de la croix. Gloire, déjà. Elévation dans le don. Parce dans la mort du Christ, l’Autre est déjà présent.

Alors, Comment est ce que je donne ma vie ? moi aussi, comment je deviens, homme à la manière du Christ, enfant de Dieu. Offrande de soi, aspiration, inspiration, souffle. Quitte à s’essouffler de mon souffle, autant que ça soit pour un autre

S’offrir, ouvrir, sourire, choisir, s’ouvrir. A l’autre, parce qu’il est le Christ, aussi.

Il transforme nos morts en aspirations, en souffles de résurrection.

Vous venez l’adorer ? venez le remercier, l’embrasser, le laisser vous emmener plus loin. Il fait de vous des vivants, par sa mort, il vous rend humains, jusqu’au profond, là. Ni par puissance, ni par force, mais par grâce.

lundi 7 novembre 2011 12:10

mon cher Ivan

Bonne nouvelle : Le Vatican en a marre des curés "sans saveur"

Par Ivan Rioufol le 7 novembre 2011 8h30, le figaro

Les curés sont majoritairement prévisibles, ennuyeux, transparents. Ils font fuir les fidèles. Cette constatation d'une évidence, c'est Le Vatican lui-même qui la dresse, c'est-à-dire Benoît XVI. C'est donc une bonne nouvelle. Les prêches des prêtres catholiques sont devenus souvent "incolores, inodores et sans saveur, au point d'être désormais tout à fait insignifiants", vient de dénoncer le cardinal Gianfranco Ravasi, responsable de la culture au Vatican. Selon l'AFP, le cardinal italien a invité les prédicateurs à prendre en compte les nouveaux langages pour capter l'attention des fidèles et aussi à ne pas craindre "le scandale" que crée la parole de la Bible. "Nous devons retrouver cette dimension de la parole qui offense, qui inquiète, qui juge", a-t-il affirmé. Il a aussi invité les prêtres à suivre "la révolution dans la communication". Il explique:"L'information télévisée et informatique demande à être incisif, de recourir à l'essentiel, à la couleur, à la narration".

Cet aveu d'un conformisme ecclésiastique est évidemment bien tardif, en regard des avancées de la déchristianisation et de la lassitude de nombreux catholiques (dont je suis) face à un clergé pusillanime et politiquement correct, même si je sais qu'il abrite de belles et courageuses personnalités qui œuvrent le plus souvent dans l'ombre. Cependant, le mea culpa est désormais assumé par l'Eglise et cette contrition est un pas important qui vient d'être franchi. Il est piquant de constater que c'est sous l'influence d'un pape plutôt malhabile dans la communication de masse que Le Vatican a décidé de moderniser sa manière de s'adresser aux gens. Reste que cet appel à rendre plus consistantes les prédications dans les églises n'est qu'un retour aux sources du catholicisme et aux méthodes employées par Jésus lui-même, souvent construites sur la provocation et l'exagération.

Dans un livre remarquablement documenté sur Jésus (1), l'historien Jean-Christian Petitfils rappelle notamment ce que fut l'intransigeance du Christ, sa violence verbale parfois, et son goût pour le style apocalyptique. "On se tromperait, écrit Petitfils, en en faisant un doux missionnaire ou un débonnaire professeur de morale (le Jésus sulpicien!). c'est un prophète authentique qui crie, invective, lance de cinglantes diatribes". Jésus ne craint pas le style provoquant, quand il dit ne pas apporter la paix mais "le glaive". Il jette l'anathème sur ceux qui ont refusé son message ou pour secouer les foules de leur torpeur spirituelle. Il prend à partie ses adversaires: "Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites (...), serpents, engeance de vipères!". C'est pourtant le même Jésus qui, "compatissant, empli d'une infinie miséricorde, appelle à lui toutes les victimes, tous les blessés de la vie", note l'historien. "Il ne cherche pas à instaurer son règne par la force".

Aux prêtres et aux évêques d'être à la hauteur de leur mission, en cessant d'être des robinets d'eau tiède et des enfonceurs de portes ouvertes. Il y a urgence.

(1) Jésus, de Jean-Christian Petifils, Fayard

mon cher Ivan,

je te remercie de soumettre à mon attention cette dépêche AFP, qui, je n’en doute pas, a su restituer la profondeur et la saveur des propos du cardinal Ravasi, qui, étant du Vatican, comme toi tu es du figaro, engage le propos du pape comme tu engages la position de Sarkozy. C’est vrai, quoi.

Soit dit en passant, tu as raison, et Ravasi aussi, on s’ennuie parfois en homélie. Pas tout le temps, mais parfois. Soit que le prédicateur n’était pas en verve ce jour là, ou pas en verve tout court, mais j’y reviendrai, soit que le texte, déjà, à la base, n’était pas facile facile, soit que j’étais pas super dispo pour écouter, agacé derechef par le tic verbal dudit prédicateur. Si ça peut te rassurer, je m’emmerde aussi souvent en écoutant la radio, lisant les journaux, mais jamais en regardant la télé, parce que je ne l’ai pas. Pire, non seulement je m’emmerde mais il m’arrive fréquemment de penser “ce type est un con, et il parle comme un con, et il ne pense pas”. Et autant je m’enquiquine ferme pendant certaines homélies, autant j’y ai plus rarement ce genre de pensées, même si ça finit par arriver.

L’homélie, c’est un truc récurrent, genre quotidien et hebdomadaire, format court, et où le sujet est imposé par la Parole qu’on sert, et le peuple auquel on s’adresse ((nous les cathos on dit peuple quand tu dis lectorat)). Parfois on est bons, on trouve le fil, l’intuition qui rend le propos intéressant, parfois, non. C’est con, j’ai oublié de prendre l’option “génie” au séminaire. Mais bon. Et puis, on est pas là pour qu’à la fin, on nous dise “chrysostome est de retour, mais pour aider les chrétiens à vivre.” Servir la Parole, le Christ, faire entrer dans la profondeur du propos, c’est pas toujours funky, et on n’y excelle pas tous et tout le temps. Mais bon. SI je faisais de la comm, je prendrais un micro HF, je me collerais en plein milieu du choeur, et je te parlerais au coeur, à toi, oui toi au 2e rang, qui veut être converti par Dieu, je serais enflammé, je serais drôle, je serais délicat, je serais… haï au bout de 3 fois du même numéro. Parce que la messe, c’est pas un numéro de charme, c’est l’espace de la rencontre avec le Christ. L’homélie y conduit, mais pas que. Le rite pose cet espace, les paroles du rite le permettent, et s’il est vrai que parfois la forme est franchement hyper ascétique voire repoussante, le fond n’est jamais dans la forme, que veux tu.

L’autre souci, mon cher Ivan, c’est que si on recrute un journaliste à sa plume, on ne recrute pas un curé à sa langue. On est divers, nous les prêtres, certains sont orateurs et bons orateurs, d’autres fédérateurs de communautés, tâcherons de l’unité, bosseurs en sous main, priants à l’extrême, accompagnateurs de génie… et on n’arrive pas à avoir toutes les qualités. C’est bien simple, il me semble bien souvent que toutes me manquent. On essaie d’être bons, mais bon, on fait c’qu’on peut et parfois c’est pas glorieux.

Alors certes, le coup du robinet d’eau tiède, c’est vrai que ça tue, le coup de la comm’ mal assumée, c’est redoutable, la parole qui manque de feu aussi, mais bon, tu vas pas arrêter d’aller voir ta mère parce qu’elle a un bouton sur le nez, voire une langue de vipère. C’est ta mère, t’y vas, et tu vas même t’arranger pour qu’elle ne tombe pas dans ses pires et détestables excès.

Si les curés te balancent de l’eau tiède, c’est peut être que l’Evangile a suffisamment marqué les esprits pour que ce qu’il dit te “tombe sous le sens” mais pas assez marqué les vies pour qu’on soit encore obligés de faire subtil et de le rappeler. Pire pour les portes ouvertes. OK, on les enfonce, mais toi, tu les franchis?

l’homélie est un art, et nous sommes de pauvres artisans. Je te promets qu’on bosse, certains plus que d’autres à ce genre de sujets, et qu’on brûle encore pas mal… mais ce n’est pas suffisant. J’accepte de me faire tancer, et qu’on me dise que j’ai tapé trop souvent à côté, mais je t’en prie, ne me fais pas le coup du “je suis pas venu à la messe, le curé est pire que la tourtel”, parce que c’est peut être ce dimanche là que la Parole que je sers, comme toi, t’aurait brûlé.

PS: si tu veux plus d’infos, pique à Jean Marie Le Guénois un bouquin auquel je viens de participer, “ils sont jeunes, ils sont prêtres, ils sont heureux” qu’on lui a envoyés en envoi presse, ça pourrait te réconcilier avec les curés tièdes comme moi, mais qui y croient encore.

PPS: je sais que ma petite réponse est méchante et beaucoup plus incisive que ton propos qui était bien quand même… mais bon, quand je suis agacé, je dis des gros mots, c’est comme ça. Et puis les gros mots c’est dans le langage informatique et télévisuel du temps, c’est “coloré”. Rouge, en fait. voire “exagéré”.

vendredi 3 juin 2011 10:38

marcheurs de Dieu

Cette année, j’ai été faible, manque d’idée, manque de pistes, j’ai repris pour les célébrations de profession de foi l’idée d’homélie à destination de l’assemblée nombreuse, distraite et parfois remuante qui n’a absolument pas écouté l’Evangile.

 Pdf homélie

bon, pour ne pas céder à la tentation de la recaser l’an prochain, je dépose ici mes pistes pour cette fameuse homélie.

 

Tout est contenu dans un sac à dos pour la vie, une (dé)marche, sac à dos à poser contre un pilier, et à donner en ce jour (ou montrer tout du moins) …

 

les parents, amis, famille sont le bâton de marche, toujours aux côtés, parfois en avant, parfois un peu derrière, toujours fidèle, et vrai soutien du quotidien;

 

on ne se met en route que parce qu’on est appelé à aller quelque part, attendu, invité…

 

 

pour avancer, une carte c’est un ensemble de chemins déjà parcourus par d’autres marcheurs, et les chemins à éviter, et notés par ces marcheurs. La Bible, c’est un peu ça aussi.

 

 

pour se rassurer, trouver son chemin dans la nuit, se réchauffer, une vie intérieure éclairée par la foi

 

 

pour ne pas mourir en chemin, l’eau des
  sacrements, souvent, régulièrement

 

 

pour se protéger des intempéries, une bonne cape de pluie, de valeurs, de morale… avancer dans la paix…

 

 

 

et comme on n’est pas seul, bien souvent, avancer en cordée… au pas du plus lent, en se soutenant !

 

hop, emballé c’est pesé.

mardi 9 juin 2009 19:33

une bien belle messe, msieur l'abbé

Il est de bon ton, à la fin d’une messe de mariage, surtout dans un diocèse passablement crotté, rural, pour ne pas dire provincial où même les villes de 100 000 habitants sont dites ‘de campagne’, il est de bon ton, donc, de féliciter, dans la mesure où il ne s’est pas trop emmêlé les pinceaux, le célébrant d’un généreux: “une bien belle messe, m’sieur l’abbé/msieur l’curé/mon père”, qu’il s’agisse d’une célébration eucharistique ou pas. Quelques-uns oseront même s’esbaudir sur l’art du prédicateur, avec les mêmes qualificatifs, peu ou prou! Dans la majorité des cas, ce n’est qu’un soupçon de générosité qui permet audit ecclésiastique de renâcler à la question qui fâche:

“ah oui, et quoi en particulier ?
- tout, mon père…
- un aspect notamment ?
- non, non, l’ensemble était très bien”

s’empêtre le flagorneur sous l’œil narquois du flagorné. Mais on ne pose pas trop souvent la question. Il arrive tout de même de temps en temps que l’écoute a été particulièrement attentive, et un échange commence… mais ce n’est pas si courant!

J’en venais à douter de la franchise des complimenteurs en tous genres qui trouvent tout formidable pour être gentils quand dans un obscur appentis de Brix, sur un vieil almanach du facteur de 2007, avec non pas des chats, mais des pommiers, de la verdure, bref, du régionalisme façon la poste et une belle éloge des quatre coins de l’hexagone…

On y parlait de tout, on y parlait de rien… et comme la poste n’est guère vaticane, il n’y avait pas de mention de l’Evangile d’aujourd’hui où il était question de sel de la terre, ni de mention non plus des chrétiens configurés à l’agneau pascal… Non, non ce n’était que du régionalisme pur beurre, mais dans ces jolies définitions sur les trésors de nos terroirs, une jolie coquille, encore une, nous a fait découvrir que les homélies normandes, certes délicates, avaient naturellement un bon goût de sel

je suis tombé sur une charmante définition.

bon ça va, ça va. je sais c'est illisible et flou. Faut me faire confiance sur ce coup là, il faisait super sombre dans l'appentis en question, alors j'ai complètement foiré la photo, on va pas en faire un fromage!

si les homélies des Normands sont bonnes, c’est qu’elles sont de pré-salé! Tu m’étonnes que les familles parisiennes se pressent dans la région aux beaux jours. C’est pour l’Evangile!

- page 1 de 2

Page top