mardi 25 novembre 2014

coucou, petit parisien

lundi 24 novembre
il paraît qu’il pleut à Paris.
je n’ai pas pris mon appareil photo,
mais c’est tellement beau que même le téléphone s’en sort
IMG_20141124_135656IMG_20141124_135951IMG_20141124_140234IMG_20141124_140343IMG_20141124_140532IMG_20141124_140754IMG_20141124_141225IMG_20141124_140955
après, tu peux continuer de te gausser sur mon bout du monde
froid, pluvieux, bouseux (pour le côté frisquet, ok)

simplement, si tu n’es jamais venu par ici (poke … ) tu rates un truc Clignement d'œil

dimanche 6 octobre 2013

une ballade sur le chemin perdu

CirquePlume©YvesPetit (19)

Je vais finir par être jaloux du talent que Dieu dépose dans la vie de tant de personnes qu’Il s’acharne à mettre sur mon chemin… parce que ça tient du miracle. Il a dû décider, depuis le début de ma vie, de me sauver même quand je n’ai même pas l’impression d’être perdu. Il l’a fait en me tapant sur l’épaule dans le coin d’un oratoire parfois, en patientant que ma nuque se déraidisse souvent, en papillonnant d’un cil discret en orée d’un coucher de soleil mirobolant, d’un bout de Parole glissée au coin de l’oreille, d’un arpège de poète libre et chantant. Il l’a fait d’un sourire au bon moment, d’un téléphone qui a sonné à vide, d’un bout de papier griffé d’encres adressées, d’une vibration au fond de la poche. Il l’a fait au bas d’une page cornée, d’un cd retrouvé, ou dans une photo, ou quelques notes offertes par un artiste vrai et vibrant. Il l’a fait dans l’horizon balinais.

Samedi, tout allait bien avec ce qu’il faut de boulot par dessus la tête. C’était mon seul soir libre de toute la semaine, parce que la veille, c’était un beau moment d’aumônerie, mardi, des lumières estudiantines sur le récit de Cana, mercredi des étudiants célébrant leur année en commencement, jeudi un dîner de confiance délicate dans une famille engagée. Et lundi, j’avais reçu un email à durée de vie limitée, qui annonçait un ami, un spectacle, une ville, et le tout uniquement pour cinq jours. C’était le dernier soir. J’ai foncé, en retard comme parfois vers Caen, le coeur léger de revoir Greg, le génial pianiste-trompettiste-danseur-joueur_de_gamelan-percussionniste_corporel que j’avais reçu comme ami à Bali. Je suis arrivé à Caen, le moteur essoufflé de s’être hâté, et 1/4h avant le début, c’était archi complet. Grégoire avait griffonné mon nom pour l’ouvreuse, et m’avait invité d’un coup de fil tonitruant, à me faufiler pour trouver une petite place. J’ai grimpé quatre à quatre les gradins et demandé au sourire qui m’accueillait au sommet si elle n’avait pas une idée pour un tout seul et tout maigre. Deuxième rang, parfait. La famille à mes côtés était tout sourire, tout heureuse d’être là. Un papa, quatre enfants arrivés depuis pas mal de temps. On a bavassé les dernières minutes, je devais être le seul parmi les mille spectateurs entassés à ne pas savoir ce que je venais voir… le cirque plume.

Il faut dire que je n’aime pas le cirque, les hommes qui maîtrisent fauves et animaux, qui maîtrisent le corps, qui maîtrisent le rire, le strass et les airs, et concluent, bras et mains tendus, victorieux, d’un sourire en TADAAAAM, j’ai peur des clowns parce que leur identité s’inscrit sur leur peau, ils cachent l’intérieur sous l’emphase, et le maquillage démesuré fait obstacle à ma sérénité. Je suis moins impressionné que perturbé par cette excellence vibrionnante. Je n’aime pas le cirque.

Et la lumière s’est éteinte sur le plateau encombré vers lequel descendait un piano à queue suspendu, et où oscillait une larme de verre. ET TOUT A COMMENCE.

C’était encore une fois, comme à chaque fois que je suis touché, d’une sensibilité et d’une légèreté sans nom. Pas de brio, pas d’excellence tapageuse mais des talents qui s’expriment dans des sourires complices, un clown émouvant, des artistes-musiciens-circassiens qui laissaient se déployer leur talent dans une poésie sans mot, dans une douceur ébouriffante.

Il y avait cette femme qui jouait avec les flots, avec la mort, avant de s’élever aérienne vers des cieux sans effort, ou ces personnes traversant le plateau en rythme effréné, il y avait de l'air, du son, du talent, il y avait ce second degré léger, il y avait ce rythme, celui de Greg, mais partagé avec des talentueux du corps et du reste. Parce que c’est cela qui m’a touché avant tout. C’était tout l’homme, de la moindre fibre de ses muscles à la délicatesse de son mouvement, du pétillement de ses yeux aux harmoniques de ses ensembles musicaux, on sourit, on rit, on vole un peu.

CirquePlume©YvesPetit (7)

On se dit surtout que l’on doit, dès le retour, vaquer à cette occupation fondamentale, de donner le sourire, de sourire en donnant, de permettre à ceux que l’on rencontrera de déployer en eux le don qu’ils ont reçu, de concourir, comme Eglise, à quelque chose de cette joie qui est don de Dieu. Je vous assure que parfois, il y a des gens qui ont une manière de vous regarder et de vous donner, qui vous permet de deviner sous tant de talent quelques reflets des cieux. Un cirque d’une humanité bercée d’infini, tendre, léger, donné.

Le plus beau, c’est de croiser au sortir des étudiants du mercredi, ou un ancien élève qui me reconnaît, puis de parler en vérité avec l’ami retrouvé. Parce qu’il est doux de se laisser sauver.

et comme dans toute ballade, à la fin de l’envoi, ils touchent.

ça se passe là.

lundi 5 janvier 2009

déliés et pleins

Délie le temps, déploie-le en espaces infinis où seul prime l’être, goûte la seconde en pulsation saturée qui n’a pas de suivante, lis, écoute, relis, prie, regarde, laisse-toi regarder, décale-toi afin que la farandole des jours ne s’impose comme ton seul rythme.

Dans cet autrement du temps, laisse-toi happer par un ailleurs que tu n’aurais su te donner, par un autre temps à l’éphémère futile. Tournoie autour de chaque instant comme un flocon se joue de la gravité, en délicates nervures de légèreté.

Délie le temps, le temps du vide, de la vacance, car bientôt ce temps à la lisière duquel tu jouais saura te rattraper, plein.

Il a couru sans toi, en soubresauts palpitant de passé, grave d’une espérance amenuisée, il te saisira aux épaules, aux oreilles, aux paupières, par la manche, par la main et te projettera dans sa danse inéluctable vers des lendemains chargés des guerres d’hier.

Mais, alors, habitant chaque instant dans sa course effrénée d’agenda compressé, l’art d’avoir goûté chaque pulsation du temps pendant les vacances fera respirer chaque seconde nouvelle d’une aspiration qui tient le monde en haleine, l’espace d’une espérance que les minutes du monde ne savent pas nous donner.

Pendant les vacances, je veux délier les instants pour aménager dans leur course irrésistible la césure de l’espérance et chaque instant ouvert fera respirer le monde.